Las Borinas

Collecté en 2000 Sur les Communes de Bertholène, Laissac, Palmas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les Bourines, sur la commune de Bertholène, était la plus grosse exploitation agricole du département de l'Aveyron et comptait donc une domesticité importante. Elle était jadis l'une des granges monastiques de l'Hôpital d'Aubrac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMONDE AYFRE

née Costes en 1934 à Palmas.

Transcription

Occitan
Français
« Las Borinas, aquò èra una gròssa bòria, dins lo temps. Aquò èra… La fasián marchar… S'apelavan los Masvièlh.
E mon paire i èra lo(g)at. N'i aviá dos de Paumàs que i trabalhavan. Partissián lo luns matin e dintravan pas cada seras parce que a pè o en bicicleta, aquò fasiá luènh. Quant aquò fa d'aicí ? 22 o 23 quilòmèstres, aquò fasiá de Paumàs. Cada seras, per venir, aquò fasiá tard e èran lasses.
Mon paire èra batièr, a l'epòca, e son copin atanben. S'apelava Badòc Josèp, qu'es mòrt n'i a un brave briu.
Aquela dama èra pas tròp cosinièira e pièi los domestiques, sabètz, passavan pel trauc un pauc de la catonièira coma se ditz. Fasiá de farces. Per nos far veire que manjava pas bien, de còps, me portava un bocin de farçon, lo seras, per nos far veire cossí èra. Auriatz trach aquò a un can, l'auriatz assucat, dejà, de luènh. »
Les Bourines
« Les Bourines, c'était une grosse ferme, dans le temps. C'était… Ceux qui la dirigeaient… Ils s'appelaient les Masvieil.
Et mon père y était loué. Il y en avait deux de Palmas qui y travaillaient. Ils partaient le lundi matin et ils ne revenaient pas chaque soir parce qu'à pied ou en bicyclette, ça faisait loin. Combien ça fait d'ici ? 22 ou 23 km, ça faisait de Palmas. Chaque soir, pour venir, ça faisait tard et ils étaient fatigués.
Mon père était bouvier, à l'époque, et son copain aussi. Il s'appelait Badoc Joseph, il est mort il y a fort longtemps.
Cette dame n'était pas trop cuisinière et puis les domestiques, vous savez, ils passaient un peu par le trou de la chatière comme on dit. Elle faisait des farcis. Pour nous montrer qu'il ne mangeait pas bien, des fois, il me rapportait un morceau de farçou, le soir, pour nous faire voir comment c'était. Vous auriez jeté ça à un chien, vous l'auriez assommé, déjà, de loin. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...