La serventa

Collecté en 2000 Sur les Communes de Bertholène, Laissac, Palmas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Il existait des foires à la loue (lògas) mais les jeunes pastres et les serventas étaient recrutés directement dans les familles. Les enfants étaient parfois loués juste pour la nourriture, de Pâques à la Toussaint.

La serventa (chambrièira, bona…) s’occupait des tâches ménagères, apportait les repas aux hommes sur leur lieu de travail, allumait le feu le matin, soignait les cochons… Dans les régions produisant le lait pour Roquefort, elle participait même à la traite. Elle aidait également aux travaux des hommes (fenaison, moisson…) mais la réciproque n'existait pas.

Les pascadas sont des sortes de crêpes épaisses. Le vendredi, elles remplaçaient la viande.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMONDE AYFRE

née Costes en 1934 à Palmas.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá tres taulas : los patrons, los domestiques e la serventa alai.
I soi demorada pas mal de temps, ai pas jamai tastat lo burre. Manjàvem pas que de lard, lo matin, un pauc de confitura, de conariás atal, quoi. E lo vendres de pascadas.
Trimàvem parce que anave lavar al riu de Bertolena aval en bas. L'ivèrn, lo linge, quand lo lavàvetz sul peiron, aquí, del riu, s'atapava, se colava al riu…
Aviái mèmes pas una lampa electrica. Lo matin, anave far biure al cantalés, a cinc-e-mièja, empr'aquí, e ben tamponave dins las vacas parce que i aviá pas de lum dins lo vilatge. De còps las vesiás mèmes pas… »
La servante
« Il y avait trois tables : les patrons, les domestiques et la servante là-bas.
J'y suis restée pas mal de temps, je n'ai jamais goûté au beurre. Nous ne mangions que du lard, le matin, un peu de confiture, des conneries comme ça, quoi. Et le vendredi des pascades.
Nous trimions parce que j'allais laver au ruisseau de Bertholène là-bas en bas. L'hiver, le linge, quand vous le laviez sur la pierre du ruisseau, là, il se collait au ruisseau…
Je n'avais même pas une lampe électrique. Le matin, j'allais apporter à boire au vacher, à 5h30, par-là, eh bien je tamponnais dans les vaches parce qu'il n'y avait pas de lumière dans le village. Parfois tu ne les voyais même pas… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...