Senta Barba, senta Flor…

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Belcastel, Quins Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La maison était presque toujours placée sous protection divine, comme en témoigne parfois une croix sculptée au-dessus de la porte d’entrée. On se protégeait de la foudre en se signant, en invoquant les saints, en brûlant le laurier bénit, en allumant le cierge bénit ou en aspergeant d’eau bénite le seuil de la porte.

Cette formule invoquant la protection des saints contre la foudre est presque toujours en français. Peut-être fut-elle divulguée par les almanachs ? On en trouve plusieurs variantes en occitan, résultat d’une traduction spontanée à une époque où l’occitan était la seule langue pratiquée au quotidien.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRIETTE BRIANE

née Serres en 1925 à La Borie de Belcastel.

Transcription

Occitan
Français
« Quand entendiam tronar, caliá anar quèrre las vacas, s'èran defòra, barrar totas las fenèstras, metre las vacas dedins. E pièi, quand lo tròne èra dessús, anar cercar l'ai(g)a benesida e far la crotz al cap de l'escalièr, defòra. Eh oui… E pièi tot lo monde a l'ostal. Et voilà. E esperàvem qu'aquò sia(gu)èsse passat.

“Senta Barba, senta Flor,
Viva la crotz de mon Sauvur.
Tant que lo monde pregarà,
Lo tròne tombarà pas.” »
Sainte Barbe, sainte Fleur...
« Quand nous entendions tonner, il fallait aller chercher les vaches, si elles étaient dehors, fermer toutes les fenêtres, mettre les vaches dedans. Et puis, quand le tonnerre était au-dessus, aller chercher l’eau bénite et faire la croix au bout de l’escalier, dehors. Eh oui... Et puis tout le monde à la maison. Et voilà. Et nous attendions que ce soit passé.

“Sainte Barbe, sainte Fleur,
Vive la croix de mon Sauveur.
Tant que les gens prieront,
La foudre ne tombera pas.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...