Senta Barba, senta Flor…

Collecté en 1992 Sur les Communes de Belcastel, Quins Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Particulièrement nombreux étaient autrefois les rites de protection qui étaient sensés éloigner le malheur des maisons d'habitation, des étables ou des récoltes.

Nous nous contenterons ici de citer les plus courants.

Dès que l'orage menaçait, les gens prenaient chandelles et eau bénites et sortaient sur le pas de la porte pour invoquer sainte Barbe, sainte Fleur et parfois même sainte Marie-Madeleine.

À l'intérieur des maisons on trouvait également du laurier ou du buis bénits le jour des Rameaux, des images pieuses, des croix et des chapelets. Les petits enfants, au berceau, bénéficiaient d’une protection encore plus étroite. On trouvait aussi des statues de la Vierge dans toutes les maisons que les familles rapportaient de Lourdes ou des pèlerinages à Ceignac. 

À Quins, on veillait aussi particulièrement à la protection des récoltes.

Le feu de Saint-Jean jouait aussi un rôle important dans la protection des hommes et des bêtes. Ainsi à Centrès les gens sautaient le feu de la Saint-Jean ou bien marchaient sur les cendres froides le lendemain pour éviter d’avoir des puces tout au long de l’année. À Centrès et dans les communes voisines on faisait également marcher les brebis sur les cendres froides du feu de la Saint-Jean disposées devant la bergerie, pour les protéger ou les guérir de la garrelhièira.  (CORDAE)

Son

HENRIETTE BRIANE

née Serres en 1925 à La Borie de Belcastel.

Transcription

Occitan
Français
« Senta Barba, senta Flor,
Viva la crotz de mon Sauvur.
Tant que lo monde pregarà,
Lo tròne tombarà pas. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Ethnotexte

HENRIETTE BRIANE

née Serres en 1925 à La Borie de Belcastel.

Transcription

Occitan
Français
« Alucavan la candela benesida e fasián una crotz ambe d’aiga benesida defòra, davant la pòrta. Èra una candèla que fasián benesir lo jorn de la candelièira, lo dos de febrièr, cada an…
I aviá totjorn los images de la comunion solannèla e totes los images de… Cada quatre ans i aviá una mission, una retrèta qu’èra facha pels pèras de Vabre. E aquí, a la fin de la retrèta, te balhavan un image. I aviá lo Sacré-Cur… D’alhurs, lo Sacré-Cur èra dins totes los ostals e mèmes i aviá bravament d’ostals qu’èran sus la pòrta, dedins. Lo Sacré-Cur e lo Saint Cœur de Marie, totes dos.
Los nènes pichons, al brèç, penjàvem una pichòta crotz o una medalhe o un image de la Senta-Vièrja…
E per las recòltas, lo jorn de Pentacosta, lo curat benesissiá l’aiga de la font amont. Lo monde n’anavan quèrre, anavan quèrre d’aiga benesida e, ambe las bròcas de laurièr e de bois qu’avián benesits lo jorn dels Rampalms, fasián una pichòta crotz e dins, totes los camps de blat, metián aquela crotz e l’aiga de Pentacosta.
[A Meljac] e ben pels camps, quand avián finit de laurar un camp, metián las selhas, per selhar. Los semenaires espintavan de palha per marcar lo selhon. Alara marcavan lo selhon a tant de distença. Prenián tres, quatre mèstres, avián de pallha, n’espintavan, una aquí, una cinc mèstres pus bas. Aquí selhavan. Pièi quand avián finit lo camp, la palha que restava, la metián en crotz en signe que Diu lo benesiguèssa. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...