Peiroton lèva-te d'aquí…

Collecté en 2000 Sur les Communes de Belcastel, Naucelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Marie-Thérèse a appris ce beau chant de noël (nadalet) auprès de la mémé Comte, une voisine de son village natal, Belcastel.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIE-THÉRÈSE GALIBERT

née Barrau en 1940 à Belcastel.

Transcription

Occitan
Français
« “Peiroton lèva-te d’aquí,
Siás pas tu las de te durmir ?
– Daissa-me far una autra cutada,
Amai tu revas coma cal,
Mès n’es pas mièjanuèch sonada,
Qué vòls anar faire al pastural ?

– Mès n’as pas plan entendut,
Me dison qu’un Dius es nascut !
– Qual t’a dich aquela novèla ?
A ! se cresiái que siá vertat !
Marchariái ben sus mar, sus tèrra
Jusca que l’auriái rencontrat.

– O pòdes creire, creire, creire,
Qu’un ange del Cèl z'o m’a dich,
Mès fai viste qu’anarem veire,
Esperarai que sia(g)as vestit.

A… paure pastorèl,
Dison qu’as perdut lo capèl,
Lo capèl amai la casqueta,
N’i auriá per far pèrdre lo sen,
Met-la enç'amont sus la caisseta,
Mès fai viste que n’anarem.

– A… paure pastorèl,
Dison que i a tres palms de nèu,
Nos caldriá ben quauqua candela,
Quauque flambèl,
Per far una brica de calada,
Sans aquò nos assucarem.

– Nos caldriá ben quicòm de presentable,
Quicòm de bon,
Mès ne passarem a l’estable,
Li prendrem un anhelon.

– Vos portam un anhelon,
Es nascut n’i a pas ne gaire,
Vos portariam de melhor,
Se n’aviam nautres, pecaire,
Nautres quauque jorn aurem,
De la mira e de l’encens.”

Demorèrem aquí un pauc,
Tres estrangièrs dintrèron,
Dintrèron en se rient,
Totes plens de presents.

Un li portava de l’aur,
E l’autre de la mira,
E l’autre de l’encens,
E totes l’adorèrem.

“Adorem l’Enfant nascut,
Es nascut parmi nosautres,
Es nascut per nos sauvar,
E pièssas per nos donar,
Paradís per estrena.” »
Pierrot, lève-toi de là…
« Pierrot, lève-toi de là,
N’es-tu pas las de dormir ?
– Laisse-moi faire un autre somme,
Tu rêves et même comme il faut,
Mais ce n’est pas minuit sonné,
Que veux-tu aller faire au pâturage ?

– Mais n’as-tu pas bien entendu,
On me dit qu’un Dieu est né !
– Qui t’a dit cette nouvelle ?
Ah ! si je croyais que ce soit vrai !
Je marcherais bien sur mer, sur terre,
Jusqu’à l’avoir rencontré.

– Tu peux le croire, croire, croire,
Car un ange du Ciel me l’a dit,
Mais fais vite car nous irons voir,
J’attendrai que tu sois habillé.

Ah... pauvre petit berger,
On dit que tu as perdu ton chapeau,
Ton chapeau et ta casquette,
Il y aurait de quoi faire perdre le sens,
Mets-la là-haut sur la petite caisse,
Mais fais vite car nous nous en irons.

– Ah... pauvre petit berger,
On dit qu’il y a trois pans de neige,
Il nous faudrait bien quelque chandelle,
Quelque flambeau,
Pour faire un passage,
Sans cela nous nous assommerons.

– Il nous faudrait bien quelque chose de présentable,
Quelque chose de bon,
Mais nous passerons à l’étable,
Nous lui prendrons un agnelet.

– Nous vous portons un agnelet,
Il est né il n’y a pas longtemps,
Nous vous porterions quelque chose de mieux,
Si nous en avions nous, mon pauvre,
Nous nous aurons quelque jour,
De la myrrhe et de l’encens.”

Nous restâmes là un peu,
Trois étrangers entrèrent,
Ils entrèrent en riant,
Tous pleins de présents.

L’un lui apportait de l’or,
Et l’autre de la myrrhe,
Et l’autre de l’encens,
Et tous nous l’adorâmes.

“Adorons l’Enfant né,
Il est né parmi nous,
Il est né pour nous sauver,
Et ensuite pour nous donner,
Paradis pour étrenne.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...