Pascas

Collecté en 1999 par IOA Sur la Commune de Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour Pâques (Pascas), on mangeait exceptionnellement de la viande de boucherie. Souvent, on préparait un pot-au-feu (bolhit de buòu).

Les bœufs abattus pour Pâques étaient préalablement promenés et exposés dans les bourgs.

La messe pascale fournissait l’occasion d’étrenner un vêtement neuf.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

TEYSSÈDRE LUCIENNE ET BURG MARTHE

née Teyssèdre en 1920 à Balsac ; née Teyssèdre en 1926 à La Salinie de Balsac.

Transcription

Occitan
Français
« Anavan a Rodés e crompavan lo bolhit de buòu. A la campanha, manjàvem pas las polas, manjàvem lo buòu.
– Los joves estrenavan…
– Estrenavan per Pascas.
– E ben per Pascas.
– Un mantèl, un capèl…
– Una rauba puslèu ! Una rauba d'estiu.
– Aquò èra…
– Un capèl. E de solièrs, quand n'aviam besonh.
– Aquò anonçava la prima alara cambiavan dejà de toilette. »
Pâques
« Ils allaient à Rodez et ils achetaient un bouilli de bœuf. À la campagne, nous ne mangions pas les poules, nous mangions le bœuf.
– Les jeunes étrennaient quelque chose...
– Ils étrennaient quelque chose pour Pâques.
– Eh bien pour Pâques.
– Un manteau, un chapeau...
– Une robe plutôt ! Une robe d’été.
– C’était...
– Un chapeau. Et des souliers, quand nous en avions besoin.
– Ça annonçait le printemps alors ils changeaient déjà de toilette. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...