Lo parelh de Balsac

Collecté en 2000 Sur la Commune de Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dresser se dit dondar ou adondar et joindre jónger. Le taureau est le brau, le bœuf le buòu (une paire de bœufs : un parelh de buòus).

Quand on n’avait pas les moyens d’avoir un parelh de buòus, on utilisait des vaches.

On commençait par joindre un jeune animal avec un bœuf expérimenté. Les bœufs attelés étaient guidés à la voix, en occitan, et chacun connaissait son nom.

La vente des bœufs de travail était très lucrative. L'arrivée des tracteurs, après le second conflit mondial, mit un terme à ce marché.

Pour fabriquer les jougs, on faisait appel à un jougtier (jotièr). Habituellement, il venait sur place pour travailler sur mesure. Il fallait tenir compte de la taille des bêtes (bœufs ou vaches) ainsi que de leur morphologie.

La redonda est l'anneau qui reçoit le bout du timon (pèrga). Celui-ci est maintenu par une cheville (cavilha, ataladoira) en acacia ou en buis (bois). Littéralement, redonda signifie ronde.

Las julhas sont les longes de cuir qui permettaient d'attacher le joug sur la tête des bêtes. Les frontaux sont appelés coissins.

Vidéo

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien ROUS

né en 1924 à Balsac

Transcription

Occitan
Français
« Allez, lo jog, allez ! Là…
– Non ! O metes a la bana enfòra. Passa darrèr.
Escopís !
– Cal escopir ?
– A… oèi, oèi !
– Là, voilà.
– Aquí cal passar de l'autre costat per…
Espèra-te, espèra-te, espèra-te !
Te cal far un autre torn.
– Ça y est.
– L'as fach ?
– Je viens de le faire.
– Ah mais làse'n fa pas que dos aquí e tres enfòra.
– Voilà.
– Voilà.
A ! Guinèl !
A !
– Chchchch… Arrèr !
E ben ! Arrèr enlai !
Arrèr enlai !
– L'ataladoira aquí, voilà, allez.
– Aquò's fach ambe d'acacià, l'acacià aquò's solide, aquò, o l'afaire de bois.
– Quand avián pas d'acacià fasián ambe de bois.
– De bois, oui.
– A ! Allez !
– Ven, ven… A !
Ò ! Ò ! Là ! Ch… Ò !
– E ben aquí prenem lo jog. Un còp èra lo penjavan a las fustas sus d'afaires…
– De cròcs…
– De cròcs. Mès ara n'i a pas pusses.
Prenem lo jog e començam de prene lo d'a drecha en agachent los buòus. Començam d'i pausar lo jog, fasètz un torn a la bana d'enfòra, la passatz aquí e anatz a l'autre. L'autre, lo qu'es dònde, se sarra facilament mès coma elses los a calgut un bocin los far sarrar ambe la còrda. Aquò fa que pièi après lo d'aquí se jong entièr e, quand avètz finit, venètz far aquel. Et voilà.
Las julhas fan nòu mèstres soassanta e encara son pas pro lòngas parce que en principe duvètz far tres torns sus cada bana. Aicí as tres torns, aquí tanben mès, a la bana d'endins, manca un torn. Aquò fariá dètz mèstres.
Chchch… E ben !
Escopissètz e aquò fa còla e se desfa pas tant vite.
– Allez, vei-ci vèni ! Allez !
– Aquò n'avança ! »
La paire de bœufs de Balsac
« Allez, le joug, allez ! Là...
– Non, tu le mets à la corne extérieure. Passe derrière.
Crache !
– Il faut cracher ?
– Ah... oui, oui !
– Là, voilà.
– Là, il faut passer de l’autre côté pour...
Attends, attends, attends !
Il te faut faire un autre tour.
– Ça y est.
– Tu l’as fait ?
– Je viens de le faire.
– Ah mais là on n’en fait que deux là et trois à l’extérieur.
– Voilà.
– Voilà.
Ah ! Guinel !
Ah !
– Chchchch... Arrière !
Eh bien ! Arrière là-bas !
Arrière là-bas !
– La cheville là, voilà, allez.
– C’est fait avec de l’acacia, l’acacia c’est solide, ça, ou le truc en buis.
– Quand ils n’avaient pas d’acacia ils faisaient avec du buis.
– Du buis, oui.
– Ah ! Allez !
– Viens, viens... Ah !
Oh ! Oh ! Là ! Ch... Oh !
– Eh bien là nous prenons le joug. Autrefois ils le pendaient aux poutres sur des trucs...
– Des crochets...
– Des crochets. Mais maintenant il n’y en a plus.
Nous prenons le joug et nous commençons à prendre celui de droite en regardant les bœufs. Nous commençons à lui poser le joug, vous faites un tour à la corne extérieure, vous la passez là et vous allez à l’autre. L’autre, celui qui est dressé, se serre facilement mais comme eux il a fallu un peu les faire se serrer avec la corde. Ça fait qu’ensuite celui de là se lie entier et, quand vous avez fini, vous venez faire celui-là. Et voilà.
Les longes font neuf mètres soixante et encore elles ne sont pas assez longues parce que, en principe, vous devez faire trois tours sur chaque corne. Ici il y a trois tours, là aussi mais, à la corne intérieure, il manque un tour. Ça ferait dix mètres.
Chchch... Eh bien !
Vous crachez et ça fait de la colle et ça ne se défait pas aussi vite.
– Allez, viens ici, viens ! Allez !
– Ça avance ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...