Lo lach de feda

Collecté en 2000 Sur les Communes de Balsac, Mayran Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avant l’avènement de la Lacaune et du roquefort, beaucoup de fermes avaient un petit troupeau de moutons pour le lait, la laine et l’agneau.

Avec le développement de Roquefort, progressivement, à partir de la fin du XIXe siècle, des laiteries (lachariás) s’installèrent dans les villages, dans certains hameaux et même dans les exploitations les plus importantes, partout en Rouergue, à l’exception de l’extrême nord et de l’ouest du département. Beaucoup de villages avaient plusieurs laiteries dépendant de sociétés différentes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Roger BORIES

né en 1920 à La Bessarède de Mayran.

Transcription

Occitan
Français
« Dins lo temps, avián una quarantena de fedas e las molzián. Anàvem portar lo lach a la lachariá a Las Farguetas enlà. A l'epòca, èra dins la cort de Tornièr qu'apelavan. Fasiá bistrò en mème temps. Lo tipe a crompat a costat, ara, e fan bèlcòp pus fòrt, aquò's Combas d'a Ròcafòrt.
Caliá anar pièi a Balsac, n'i aviá una autra a Mairanh. N'i aviá una autra a Mairanh, de pichinèla, pareil. Mès ara o a tot gropat, o a tot metut ensemble. »
Le lait de brebis
« Dans le temps, ils avaient une quarantaine de brebis et ils les trayaient. Nous allions porter le lait à la laiterie aux Farguettes là-bas. À l’époque, elle était dans la cour de Tournier comme ils l’appelaient. Il faisait bistrot en même temps. Le type a acheté à côté, maintenant, et ils font beaucoup plus fort, c’est Combes de Roquefort.
Il fallait aller ensuite à Balsac, il y en avait une autre à Mayran. Il y en avait une autre à Mayran, une petite, pareil. Mais maintenant il a tout regroupé, il a tout mis ensemble. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...