L'uòu de sauma

Collecté en 2000 Sur la Commune de Balaguier-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

De nombreux contes mettent en scène des simples d'esprit à qui il arrive de multiples mésaventures. En Rouergue, ce conte met généralement en scène un jeune anti-héros nommé Joan lo Bèstia, Joan lo Nèci, Tòni, Toèna ou bien encore Joan-Joan, c'est-à-dire Jean ou Antoine.

Ici, il s'agit d'un couple de vieillards.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Raymond BEFFRE

né en 1923 à Vernet le Bas de Balaguier d’Olt.

Transcription

Occitan
Français
« Li aviá un còp dos vielhòts que començavan de se far pas plan lèstes, coma ieu, e per anar galopar a la fièra a Vilanòva o a Fijac, o coma aquò, se fasián patracas.
Di(gu)èron :
“Ten, anèm ensajar de crompar un ase.”
Alèra di(gu)èron :
“Oui mais un ase… Nos cal de l'argent per crompar un ase… Cossí farem ?”
Anèron a la fièra a Capdenac lo Naut, aquí, e vegèron lo prètz dels ases mès los trobèron tròp cars. Fa que ne crompèron pas.
Aquò passèt un an coma aquò mès se fasián lasses per anar a la fièra…
Di(gu)èron :
“Tant pis, cossí que ne siasque, ne cal trobar un.”
Tòrnan partir a la fièra a Vilafranca, lo cors de la fièra, aquí pariu, lo trobèron tròp car. Mès, en tornegent, trobèron un tipe romput o sai pas que, vegèron un taulièr, un bazar, que vendiá quicòm de redond, de rossèl e çò demandèron :
“Qu'es aquò que vendètz, aquí ?”
E lo tipe çò lor di(gu)èt :
“Aquò's dels uòus de sauma que vendèm.”
Alèra l'òme te di(gu)èt a la femna :
“Putain ! Seriá nòstre afar, aquò ! Mès cossí far per los far coar ? A qué ?”
Èran pro gròsses, aquò èra de las cojas, de pichòtas cojas, aquí.
E çò di(gu)èt :
“Ten, tant pis, anam far un afar. Tu coaràs un jorn, ieu un autre jorn e pendent un temps coma aquò.”
Alèra demandèron al tipe :
“Quant de temps nos cal coar ?
– A…, çò lor di(gu)èt, vos cal coar au mens trenta-quatre o trenta-cinc jorns.”
Bon. Coèron aquelses trenta-cinc jorns tranquilles coma tot mès, al cap de trenta-cinc jorns, çò di(gu)èt :
“Comenci de n'ager un sadol de coar aquel uòu ! Veses pas que comença a s'aplatir, ven mòl…”
La femna çò di(gu)èt :
“Mès val mai esperar un autre dos o tres jours, quicòm sortirà.”
Coèron un autre dos o tres jorns.
Un bon jorn l'òm çò ditz :
“E ben ara ieu n'ai un sadol, se vòls coar, coa, mès ieu t'abandoni ton uòu.”
Alèra la femna fa(gu)èt pariu. Al cap d'un autre parelh de jorns, s'arrestèt de coar e çò di(gu)èt :
“Ten, te preni aquel uòu, ieu lo te vau…”
Avián un bastàs darrèr l'ostal, un bocin luènh.
“Te vau gitar aquel uòu pel bartàs !”
Que pudiá coma tot.
E pardí, te prenon aquela coja, la te van gitar. En gitent aquela coja, putain, una lèbre se'n va. E la paura femna que çò ditz :
“A ! Lo nòstre paure asicon que n'es partit ! Que s'aviam coat un jorn de mai cossí seriá sortit !” »
L'œuf de mule
« Il était une fois deux vieillards qui commençaient à ne pas être très lestes, comme moi, et pour aller courir à la foire à Villeneuve ou à Figeac, ou comme ça, ils devenaient patraques.
Ils dirent :
“Tiens, nous allons essayer d'acheter un âne.”
Alors ils dirent :
“Oui mais un âne… Il nous faut de l'argent pour acheter un âne… Comment ferons-nous ?”
Ils allèrent à la foire à Capdenac le Haut, ici, et ils virent le prix des ânes mais ils les trouvèrent trop chers. Cela fait qu'ils n'en achetèrent pas.
Un an passa comme cela mais ils étaient fatigués pour aller à la foire…
Ils dirent :
“Tant pis, quoi qu'il en soit, il faut en trouver un.”
Ils repartent à la foire à Villefranche, le cours de la foire, là aussi, ils le trouvèrent trop cher. Mais, en tournant, ils trouvèrent un type malin ou que sais-je, ils virent un étal, un bazar, qui vendait quelque chose de rond, de jaune, et ils demandèrent :
“Que vendez-vous, là ?”
Le type lui dit :
“Ce sont des œufs de mule que nous vendons.”
Alors le mari dit à sa femme :
“Putain ! Ce serait notre affaire, ça ! Mais comment faire pour les faire couver ? À quoi ?”
Ils étaient assez gros, c'était des courges, de petites courges, là.
Et il dit :
“Tiens, tant pis, nous allons faire une affaire. Toi tu couveras un jour, moi un autre jour et un moment comme ça.”
Alors ils demandèrent au type :
“Combien de temps nous faut-il couver ?
– Oh…, leur dit-il, il vous faut couver au moins trente-quatre ou trente-cinq jours.”
Bon. Ils couvèrent ces trente-cinq jours tranquilles comme tout mais, au bout de trente-cinq jours, il dit :
“Je commence à en avoir marre de couver cet œuf ! Tu ne vois pas qu'il commence à s'aplatir, il devient mou…”
La femme dit :
“Mais il vaut mieux attendre encore deux ou trois jours, quelque chose sortira.”
Ils couvèrent encore deux ou trois jours.
Un beau jour, l'homme dit :
“Eh bien maintenant moi j'en ai marre, si tu veux couver, couve, mais moi j'abandonne ton œuf !”
Alors la femme fit pareil. Au bout d'une autre paire de jours, elle s'arrêta de couver et dit :
“Tiens, je te prends cet œuf, moi je vais te le…”
Ils avaient un fourré derrière la maison, un peu loin.
“Je vais te jeter cet œuf dans le fourré !”
Car il puait comme tout.
Et bien sûr, ils prennent cette courge, ils vont la jeter. En jetant cette courge, putain, un lièvre s'en va. Et la pauvre femme dit :
“Ah ! Notre petit âne est parti ! Si nous avions couvé un jour de plus, il serait sorti !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...