Cantarèlas e caramèlas

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Ayssènes Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Au printemps, au moment de la montée en sève, on fabriquait des trompes en écorce (còrnas, cantarèlas), des anches (caramèlas) et des sifflets (estuflòls, sublets, siblets).

Jadis, cantarèlas, caramèlas et estuflòls servaient pour annoncer les offices pendant la semaine sainte, les cloches étant parties à Rome.

Vidéo

© Institut occitan de l'Aveyron - Réalisation Amic BEDEL

CARRIÈRE JEAN-MARIE ET BOU CHRISTIAN

né en 1950 ; né en 1937.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò, apèlan aquò una cantarèla. Las fasián la setmana senta perque, la setmana senta, las campanas se'n van a Roma. D'aquel temps, e ben se servissián d'aquelas cantarèlas per anonçar l'ora de la messa, del temps que i aviá pas las campanas.
Fasián aquò ambe la rusca d'una branca de castanhièr jove, un boès tendre.
– Aquí !
– Aquò's de boisson negre.
– Atencion de pas te picar… Ieu lo teni aquí. Sai pas…
– Si, si, aquí ten.
– Un autre, Joan-Marie, coma aquò te tendrà.
– Aquí !
– Aquí diu téner !
– Aquí ! Ara vau faire una caramèla.
– Mès la saba es pas plan montada encara…
– Veja, es venguda ! Aquí la meti dins la trompeta.
– Sai que fariam plan d'anar manjar perque avèm pas pus de buf ! »
Trompes et anches
« Ça, ils appellent ça une cantarèla. Nous les faisions pendant la semaine sainte parce que, la semaine sainte, les cloches s'en vont à Rome. En ce temps-là, eh bien ils se servaient de ces trompes pour annoncer l'heure de la messe, quand qu'il n'y avait pas les cloches.
Ils faisaient ça avec l'écorce qu'une branche de jeune châtaignier, un bois tendre.
– Là !
– C'est du buisson noir.
– Attention de ne pas te piquer… Moi je le tiens là. Je ne sais pas…
– Si, si, là ça tient.
– Un autre, Jean-Marie, comme ça il te le tiendra.
– Là !
– Là ça doit tenir !
– Là ! Maintenant je vais faire une anche.
– Mais la sève n'est pas tellement montée encore…
– Regarde, elle est venue ! Là je la mets dans la trompette.
– Sans doute ferions-nous bien d'aller manger parce que nous n'avons plus de souffle ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...