La frucha del país

Collecté en 2000 Sur les Communes de Auzits, Cransac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Rares étaient les pays où le climat ne permettait pas une petite production fruitière familiale.

Jusque dans les années 1950 la production fruitière de la région d'Auzits était expédiée par le train.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ BOURDONCLE

né en 1935 à Auzits.

Transcription

Occitan
Français
« Nòstre país aicí, a Ausits, totas las comunas que se tocan aquí, a-n-aquel nivèl, sèm a 300, 350 mèstres d'altituda. Enfin, se vas al riu, se mòntas sul tèrme m'enfin bon, a pus près…
I a de frucha. L'avantatge que i a, aicí, aquò's que i a de tota frucha e aquela frucha es estada comercializada bèlcòp dabans la guèrra en dinqu'en 50. En 50 bon, lo monde se metèron a ajure de bèstias bravament e daissèron tombar la frucha. Mès, abans la guèrra e en dinqu'en 50…
Lo trenh que passa aquí, aquí i a la linha de Rodés e Capdenac, a la gara d'Ausits, i aviá una deviacion e aquí cargavan cad'an de vagons e de vagons de frucha.
Alèra voilà. Començavan per la persèga. La persèga, aquò èra l'aboriva qu'apelavan, la persèga del 14 de julhet. Al 14 de julhet, fasián…
Bon, se fasiá de cerièiras mès las cerièiras se'n fasiá mès pas que per la consomacion o pels mercats.
Mès, en expedicion, s'expediava de persègas pendent una mesada, aprèssa aquò èra la pera. I aviá de peras aborivas, la doyenne de juillet ou autre, ou la Guyot, pièi aprèssa i aviá la pera Nòstra-Dama. la William qu'apèlan, que se'n expediava bravament. Aquí a pus près al mème moment o benlèu un bocin pus lèu o un bocin pus tard, de prunas.
I aviá bèlcòp de prunas mès alèra, ai vist… Los païsans arribavan aquí ambe lo tombarèl, lo carri e de plenas descas de prunas. Alèra o des Reine-Claude, bèlcòp, mème la pruna negra, tot partiá per la confiturariá. E ne fasián de vagons e de vagons que partián d'aicí, de la gara d'Ausits.
Après la pruna e la pera, començava la poma. Aviam una poma aboriva que ara… Sai pas ara cossí fa, ara val pas res, aquò's la mèma mès val pas res. Aquò èra la reinette de Caux. E tot lo monde aviá de reinette de Caux. Aquò èra una poma aboriva e s'amassava aquí al mes de setembre. Aquò s'expediava, aquò. Pièi après las pomas un bocin pus tardivas e la darrièira aquò èra aquela famusa Sainte-Germaine qu'apelavan, la reinette de Brive. L'apelavan la Sainte-Germaine. E pareil, las expedicions.
Mès tanlèu… Aviam pas finit las pomas que las castanhas arribavan e s'expediava bravament de castanhas ! I aviá dos expediturs qu'expediavan, fasián pareil, de vagons de castanhas.
Après la castanha i aviá la nose. Fasián pas tant, bèlcòp mens, mès enfin se vendiá de noses.
Aquò fa que bèlcòp de pichòtas bòrias de… Parce que aicí aquò èra de bòrias pichinèlas, aquò èra de bòrias de dètz ectaras, dètz, quinze ectaras. E mème mai, i aviá enquèra pus pichinèl coma bòria. I aviá la bòria de quatre o cinc ectaras. Per de qué ? Parce que èrem a costat de Cransac e bèlcòp de monde d'Ausits, d'òmes, anavan trabalhar a Cransac. Trabalhavan a la mina o a l'usina qu'i aviá a costat. Aquò fa que, en fa(gu)ent las oras de la mina, quand tornavan aicí, avián un bocin de tèrra. Los pus fòrts arribavan a ajure un parelh de vacas o de còps un bocin mai, pas gaire mai, mès coma los autres elevavan lor pòrc. Elevavan lor pòrc, un o dos pòrcs per dire de… Aquò fa que… E avián un bocin de vinha. Avián los aures. Aquò fa que totas las tèrras èran trabalhadas, pertot. Quand vese, quand agache en faça que vese de bartas… Mès aquò èra de vinhas ! De vinhas o de paredons ont fasián d'òrts, d'un, de l'autre. Tot èra trabalhat. Et voilà cossí lo país se podiá…
E alèra lo païsan qu'èra païsan, qu'èra pas minur, qu'èra païsan, bèlcòp tirava mai d'argent de la frucha – vos parle de pendent la guèrra o abans la guèrra – de la frucha que de vendre de vedèls o de lach. Ah oui, oui, oui, bèlcòp ! E pièi tot d'un còp, aquò qu'apèlan la révolution fourragère, se metèron, allez : “Vam enlevar totes aquelses aures qu'emmèrdan et en avant ! Vam laurar, aquí far de milh e far de ray grass et en avant et allez !” La révolution fourragère fotèt la frucha per tèrra. »
Les fruits du pays
« Notre pays, ici, à Auzits, toutes les communes qui se touchent là, à ce niveau, nous sommes à 300, 350 mètres d’altitude. Enfin, si tu vas au ruisseau, si tu montes sur une colline mais enfin bon, à peu près...
Il y a des fruits. L’avantage qu’il y a, ici, c’est qu’il y a de tous fruits et ces fruits ont été commercialisés beaucoup avant la guerre et jusqu’en 50. En 50 bon, les gens se mirent à avoir des bêtes beaucoup et ils laissèrent tomber les fruits. Mais, avant la guerre et jusqu’en 50...
Le train qui passe là, là il y a la ligne de Rodez et Capdenac, à la gare d’Auzits, il y avait une déviation et là ils chargeaient chaque année des wagons et des wagons de fruits.
Alors voilà. Ils commençaient par la pêche. La pêche, c’était la précoce comme ils l’appelaient, la pêche du 14 juillet. Au 14 juillet, ils faisaient...
Bon, on faisait des cerises mais les cerises on en faisait mais seulement pour la consommation ou pour les marchés.
Mais, en expédition, on expédiait des pêches pendant un mois, ensuite c’était la poire. Il y avait des poires précoces, la doyenne de juillet ou autre, ou la Guyot, puis ensuite il y avait la poire Notre-Dame, la William comme ils l’appellent, on en expédiait beaucoup. Là à peu près au même moment ou peut-être un peu plus tôt ou un peu plus tard, des prunes.
Il y avait beaucoup de prunes mais alors, j’ai vu... Les paysans arrivaient là avec le tombereau, le char et de pleins paniers de prunes. Alors ou des Reine-Claude, beaucoup, même la prune noire, tout partait pour la confiturerie. Et ils en faisaient des wagons et des wagons qui partaient d’ici, de la gare d’Auzits.
Après la prune et la poire, commençait la pomme. Nous avions une pomme précoce qui maintenant... Je ne sais pas maintenant comment ça se fait, maintenant elle ne vaut rien, c’est la même mais elle ne vaut rien. C’était la reinette de Caux. Et tout le monde avait de la reinette de Caux. C’était une pomme précoce et on la ramassait là au mois de septembre. On l’expédiait. Puis ensuite les pommes un peu plus tardives et la dernière c’était la fameuse Sainte-Germaine comme ils l’appelaient, la reinette de Brive. Ils l’appelaient la Sainte-Germaine. Et pareil, les expéditions.
Mais aussitôt... Nous n’avions pas fini les pommes que les châtaignes arrivaient et on expédiait beaucoup de châtaignes ! Il y avait deux expéditeurs qui expédiaient, ils faisaient pareil, des wagons de châtaignes.
Après la châtaigne, il y avait la noix. Ils n’en faisaient pas tant, beaucoup moins, mais enfin on vendait des noix.
Ça fait que beaucoup de petites fermes de... Parce qu’ici c’était des fermes toutes petites, c’était des fermes de dix hectares, dix, quinze hectares. Et même plus, il y avait encore plus petit comme ferme. Il y avait la ferme de quatre ou cinq hectares. Pourquoi ? Parce que nous étions à côté de Cransac et beaucoup de gens d’Auzits, des hommes, allaient travailler à Cransac. Ils travaillaient à la mine ou à l’usine qu’il y avait à côté. Ça fait que, en faisant les heures de la mine, quand ils revenaient ici, ils avaient un peu de terre. Les plus forts arrivaient à avoir une paire de vaches ou parfois un peu plus, pas beaucoup plus, mais comme les autres ils élevaient leur cochon. Ils élevaient leur cochon, un ou deux cochons pour... Ça fait que... Et ils avaient un peu de vigne. Ils avaient les arbres. Ça fait que toutes les terres étaient travaillées, partout. Quand je vois, quand je regarde en face et que je vois des genêtières... Mais c’était des vignes ! Des vignes ou des terrasses où ils faisaient des jardins, de l’un, de l’autre. Tout était travaillé. Et voilà comment le pays pouvait se...
Et alors le paysan qui était paysan, qui n’était pas mineur, qui était paysan, souvent tirait plus d’argent des fruits je vous parle pendant la guerre ou avant la guerre des fruits que de vendre des veaux ou du lait. Ah oui, oui, oui, souvent ! Et puis tout d’un coup, ce qu’ils appellent la révolution fourragère, ils se mirent, allez : “Nous allons enlever tous ces arbres qui emmerdent et en avant ! Nous allons labourer, là faire du maïs et faire du raygrass et en avant et allez !” La révolution fourragère mit les fruits par terre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...