Lo còl d'auca

Collecté en 2000 Sur les Communes de Auriac-Lagast, Cassagnes-Bégonhès, Salmiech Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CLÉMENT CUQ

né en 1925 à Salmiech.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí, dins nòstre vilatge, n'aviam una, filhòta, e ben li'n mancava pas un tropèl de jorns jos la cloca mès li'n mancava quauqu'uns. Sa mamà… S'apelava Marinon e sa mamà, la Juliena, la voliá ben maridar mès pas moièn, pas moièn de li ne far sentir cap, los refusava totes.
Alara se metèt a la passejar per las fèstas. Anava a Cassanhas, a-z-Auriac, a Caplonga, a Saumièg ne'n parlèm pas… Mès aquí i anavan pas que l’après-miègjorn per çò que la nuèch caliá far lo camin a pè, podián pas… S'aventuravan pas, a mièjanuèch, a-z-anar a las fèstas.
Alara una annada, quand mèmes, a fòrça de la far passejar, li'n trobèt un a Caplonga, un de La Ginèsta, alà, un Pierron. Aquela Juliena, qu'èra contenta d'ajure trobat un Pierron per la siuna Marinon !
E alara, coma la fèsta de Caplonga se troba al mes de novembre, tardèron pas a los maridar, los maridèron lo mes de mai.
Lo matin de la nòça, la Juliena diguèt al Pierron :
“Aqueste ser, quand anaretz al lièch, la vos cal pas espaurugar que sap pas qu’es aquò qu’un òme, alara se l'espaurugatz, ne faretz pas res, vos abandonarà.”
E lo Pierron li di(gu)èt, a la Juliena :
“Vo'n fasètz pas, l'espaurugarai pas, farai pas que la lisar per la premièira nuèch… Lo li farai acostumar.”
Alara lo lendeman matin, la Juliena languissiá que se levèsson per dire de saupre cossí avián passada aquela nuèch.
Tot en un còp dins la cosina ausiguèt de passes per l'escalièr que davalava. Di(gu)èt :
“Ten, se son levats, quand mèmes !”
Aquò sia(gu)èt la Marinon. S'amenèt tota bofla, aquí, tota eborifada, los uèlhs mièg-encavats.
La Juliena i fa(gu)èt :
“Alara Marinon, aquela premièira nuèch s’es bien passada ?
– M'en parlètz pas mamà, n’ai pas clutat un uèlh !
– E perqué ?
– Tota la nuèch m’a passejat un còl d’auca pel ventre…
– Bogre de bèstia, aquò èra pas un còl d’auca !
– Mès si mamà, aquò èra un còl d'auca per çò que èra sadol, l’ai paupat, èra sadol, aviá engoladas doas prunas. E pièi, te vau dire melhor, la calor del lièch a facha fondre la graissa e me'n a empetegada lo fons de la camisa amai la man quand l'ai paupat !”
L'istoèra ditz pas cossí passèron la segonda nuèch ! »
Le cou d’oie
« Ici, dans notre village, nous avions une fille, eh bien il ne lui manquait pas beaucoup de jours sous la poule mais il lui en manquait quelques-uns. Sa maman... Elle s’appelait Marinou et sa maman, Julienne, voulait bien la marier, mais pas moyen, pas moyen de lui en faire sentir aucun, elle les refusait tous.
Alors elle se mit à la promener dans les fêtes. Elle allait à Cassagnes, à Auriac, à Caplongue, à Salmiech n’en parlons pas... Mais là elles n’y allaient que l’après-midi parce que la nuit il fallait faire le chemin à pied, elles ne pouvaient pas... Elles ne s’aventuraient pas, à minuit, à aller dans les fêtes.
Alors une année, quand même, à force de la promener, elle lui en trouva un à Caplongue, un de La Gineste, là-bas, un Pierrou. Cette Julienne, qu’elle était contente d’avoir trouvé un Pierrou pour sa Marinou !
Et alors, comme la fête de Caplongue a lieu au mois de novembre, ils ne tardèrent pas à les marier, ils les marièrent au mois de mai.
Le matin de la noce, Julienne dit à Pierrou :
“Ce soir, quand vous irez au lit, il ne vous faut pas l’effrayer car elle ne sait pas ce que c’est qu’un homme, alors si vous l’effrayez, vous n’en ferez rien, elle vous abandonnera.”
Et Pierrou dit à Julienne :
“Ne vous en faites pas, je ne l’effraierai pas, je ne ferai que la caresser pour la première nuit... Je la ferai s’y habituer.”
Alors le lendemain matin, Julienne était impatiente qu’ils se lèvent pour savoir comment ils avaient passé cette nuit.
Tout à coup dans la cuisine elle entendit des pas dans l’escalier qui descendait. Elle dit :
“Tiens, ils se sont levés, quand même !”
Ce fut Marinou. Elle s’amena toute bouffie, là, toute ébouriffée, les yeux à demi enfoncés.
Julienne lui fit :
“Alors Marinou, cette première nuit s’est bien passée ?
– Ne m’en parlez pas, maman, je n’ai pas fermé un œil !
– Et pourquoi ?
– Toute la nuit il m’a promené un cou d’oie sur le ventre...
– Bougre d’idiote, ce n’était un cou d’oie !
– Mais si maman, c’était un cou d’oie parce qu’il était repu, je l’ai palpé, il était repu, il avait avalé deux prunes. Et puis, je vais te dire mieux, la chaleur du lit a fait fondre la graisse et m’en a empêtré le fond de la chemise et la main quand je l’ai palpé !”
L’histoire ne dit pas comment ils passèrent la deuxième nuit ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...