Auriac (Aveyron) – Vue Générale

Sur la Commune de Auriac-Lagast Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Auriac (Aveyron) – Vue Générale
Equidé blanc et enfant (dròlle, enfant) dans une prairie (prada, prat) entourée de murets en pierre (paredons) et pailler (garbièira, palhièr) rectangulaire

« Le prieuré de Saint-Léonard d’Auriac fut uni à l’archiprêtré de Conques en 1320 par Mgr. de Pleinecassagne. L’évêque de Rodez y levait un péage en 1269. La commanderie de La Selve et l’abbaye de Bonnecombe avaient de leur côté, des droits seigneuriaux à Auriac. Astorg, abbé de Bonnecombe, les avait acquis de Brenguier de Calmont en 1277.
La concurrence de ces autorités explique peut-être qu’Auriac ait joui assez tôt de franchises. Celles-ci furent concédées en 1346 par l’abbé de Bonnecombe : les habitants avaient droit à deux syndics pour les représenter. En 1440, ils obtinrent l’autorisation de clôturer et de fortifier leur bourg. Les fossés étaient alimentés par deux sources voisines du cimetière.
L’église XVIIIe a été brûlée par la foudre en 1937, à l’exception du chœur. Elle renferme un tableau de saint Léonard par J. B. Delmas (1840). Projet de construction d’une chapelle dédiée à sainte Catherine en 1518. Au cimetière, au Moyen Age, oratoire de Notre-Dame de Pitié.
Moncan : Le domaine de Moncan fut donné à Bonnecombe en 1172 par la famille Bonnefous et devint une grange importante. Béatrix de Clermont, femme de Jean Ier d’Armagnac, y testa en 1361. La grange fut acquise à la Révolution par Jean-Antoine Passelac de Villecomtal. Il ne reste plus rien de la chapelle et du cimetière, mais la tour subsiste. Blason de l’abbé de Bonnecombe, Astorg de Cenaret (XVe siècle). Les habitants de la Salette devaient faire la garde à Moncan.
Randan : Le mas de Randan est cité dès 1172 dans un acte de donation à la commanderie de La Selve. Ce fut une seigneurie d’une branche de la famille de Méjanès, qui en reçut en 1649 de Louis d’Arpajon la justice, en paréage avec l’abbaye de Bonnecombe. Le paréage était une convention entre deux seigneurs pour exercer la justice en commun.En 1773, Jean-François de Méjanès donna Randan à François-Régis Bonnefous, du Roube. Le château a été reconstruit en 1844. Il fut la propriété du Dr. Raymond Bonnefous, président du Conseil général de l’Aveyron de 1949 à 1976.
Le Roube : Tour attestée au XVe siècle. Origine de la famille Bonnefous. » (Jean Delmas, 1996)

Auriac

Photo

Auriac (Aveyron) – Vue Générale
© GALTIER Henri, CANAC Françoise

Photo

Auriac (Aveyron) – Vue Générale
© GALTIER Henri, CANAC Françoise

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...