Lo lop e lo musicaire

Collecté en 1997 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Pomayrols Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les récits d’expérience relatifs au loup mis en fuite par le bruit du frottement de sabots ferrés ou par le son fortuit d’un instrument de musique sont nombreux en Rouergue. En pays montanhòl il est souvent question d'une cabreta.

Il s’agit de récits dont les acteurs et les lieux sont identifiés.

Célina utilise le terme musica pour désigner l'accordéon et le verbe musicar pour signifier jouer de la musique.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Célina, Judith (sœur Procule) NAUJAC

née en 1907 à Pomayrols.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra un del Cròs [de Navas] que veniá d'enamont, sai que de Nasbinals, enamont benlèu. Veniá d'una fèsta, èra nuèch, aviá de fo(g)assa dins son sac e pièi aviá una musica. Èra anat per musicar dins aquela fèsta. E, tot en un còp, un lop lo seguiá e aviá paur d'aquel lop… Alara, aviá de fo(g)assa, tot còp, li'n gitava un pauc e, del temps que la manjava, el caminava. E quand se sarrava, li'n tornava gitar un altre pauc.
Pièi, tot en un còp, agèt l'idèia de far marchar l'acordeon. Fasquèt marchar l'acordeon e s'arrestèt, lo seguèt pas pus. Pièi se disiá :
“S'aviái sachut, l'auriái fach marchar pus lèu parce que m'a manjada presque tota la fo(g)assa !” »
Le loup et le musicien
« C’était quelqu’un du Cros [de Naves] qui venait de là-haut, sans doute de Nasbinals, là-haut peut-être. Il venait d’une fête, il faisait nuit, il avait de la fouace dans son sac et puis il avait un instrument. Il était allé jouer de la musique dans cette fête. Et, tout à coup, un loup le suivait et il avait peur de ce loup... Alors, il avait de la fouace, de temps en temps, il lui en jetait un peu et, pendant qu’il la mangeait, lui, il marchait. Et quand il s’approchait, il lui en jetait à nouveau un autre peu.
Puis, tout à coup, il eut l’idée de jouer de l’accordéon. Il joua de l’accordéon et s’arrêta, il ne le suivit plus. Puis il se disait :
“Si j’avais su, j’aurais joué plus tôt parce qu’il a presque mangé toute ma fouace !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...