Lo gran per la mosca

Collecté en 1997 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Pomayrols Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Face à la maladie, les anciens disposaient d’un ensemble de remèdes empiriques dont certains devaient être d’une efficacité toute relative si l’on en juge par l’important taux de mortalité.

Dans un contexte économique difficile, on n'appelait le médecin qu’en dernier recours.

Le témoignage de Célina Naujac est à rapprocher des enquêtes réalisées sur le canton de Saint-Chély d'Aubrac relatives aux pierres qui enlèvent les poussières sous les paupières (pèiras pels uèlhs) ou aux pierres utilisées contre le venin (pèiras de veren). Ici, il ne s'agit peut-être pas d'une pierre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Célina, Judith (sœur Procule) NAUJAC

née en 1907 à Pomayrols.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra coma un gran de milhàs que, un paure, l'avián fach jaire, que veniá de Lordas e lor aviá donat. Aquò èra per guerir la malautiá dels uèlhs. Aquela malautiá s'apelava la mosca.
L'uèlh veniá roge. Ieu l'ai avut, aquel afaire. Lo me z'i metèron. Alara meton aquel gran dins l'uèlh e, s'aquò's pas la mosca, tomba. Meton un damantal aquí sus la falda, meton un bandèu, meton lo gran dins l'uèlh. S'aquò's pas la mosca, tomba. S'aquò's la mosca, i demòra. E d'ont mai lo mal es profond, i demòra. De còps i demòra una ora, de còps mièja-ora, de còps mai. E un còp, me sovene, jamai tombava e la mameta nos di(gu)èt, als enfants aquí :
“Agachatz que siaga pas tombat per tèrra…”
E, del temps qu'agachàvem per tèrra, tot en un còp tombèt sus la falda del Mossur, aquí.
E la mamà, quand aquò èra per d'enfants, que los podián pas menar, anava dins los ostals lo li metre. Venguèt un jorn aquí lo portar a la pichona de la Mercadièira a tres ans. Aviá tres ans, que venguèt lo li metre. »
Le grain pour la mouche
« C’était comme un grain de maïs qu’un pauvre venant le Lourdes et qu’ils avaient fait coucher leur avait donné. C’était pour guérir une maladie des yeux. Cette maladie s’appelait la mouche.
L’œil devenait rouge. Moi je l’ai eu, ce machin. Ils me l’y appliquèrent. Alors ils mettent ce grain dans l’œil et, si ce n’est pas la mouche, il tombe. Ils mettent un tablier là sur les genoux, ils mettent un bandeau, ils mettent le grain dans l’œil. Si ce n’est pas la mouche, il tombe. Si c’est la mouche, il y reste. Et plus le mal est profond, plus il y reste. Parfois il y reste une heure, parfois une demi-heure, parfois plus. Et une fois, je me souviens, il ne tombait jamais et ma mémé nous dit, aux enfants :
“Regardez s’il n’est pas tombé par terre...”
Et, pendant que nous regardions par terre, tout à coup il est tombé sur les genoux du Monsieur, là.
Et ma mère, quand c’était pour des enfants, qu’ils ne pouvaient pas les amener, elle allait dans les maisons le lui mettre. Elle vint un jour le porter à la petite Mercadier à trois ans. Elle avait trois ans quand elle vint le lui mettre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...