La vielhòta

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Sébazac-Concourès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson, dont la matrice remonterait au XVIIe siècle, est très répandue dans le domaine occitan où il en existe de nombreuses versions.

Dans certaines de ces versions, la vieille décrit longuement son cheptel.

La précipitation des événements et des rites liés au deuil renforce l'effet comique de la chanson. La neuvaine a normalement lieu neuf jours après les funérailles et lo cap de l'an le jour anniversaire de la mort.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ODETTE BOULET

née Grégoire en 1934 à Naves d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá un còp una vielhòta, (bis)
Que se voliá maridondar,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Que se voliá maridondar,
Dolalim, brombrom.

E se'n anèt a-z-una nòça, (bis)
Per aprene a dançar,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Per aprene a dançar,
Dolalim, brombrom.

Diguèt al galant que la menava : (bis)
“Te volriás pas maridondar,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Te volriás pas maridondar,
Dolalim, brombrom ?

– Pas ambe tu, paura vielhòta, (bis)
N’as pas que quatre dents tremblant’,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
N’as pas que quatre dents tremblant’,
Dolalim, brombrom.

– Ai cinc chavals dins mon estable, (bis)
Cadun a son colièr d’argent,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Cadun a son colièr d’argent,
Dolalim, brombrom.

Ai un tropèl de cinc cents fedas, (bis)
Caduna a son anhelon,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Caduna a son anhelon,
Dolalim, brombrom.

– Me'n diràs tant, paura vielhòta, (bis)
Que quicòm se poirà ben far,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Que quicòm se poirà ben far,
Dolalim, brombrom.”

E lo diluns s’enregistrèron, (bis)
Se maridèron lo dimars,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
Se maridèron lo dimars,
Dolalim, brombrom.

E lo dimècres sasquèt mòrta, (bis)
E l’entarrèron lo dijòus,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
E l’entarrèron lo dijòus,
Dolalim, brombrom.

E lo divendres la novena, (bis)
E lo sabte lo cap de l’an,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
E lo sabte lo cap de l’an,
Dolalim, brombrom.

E lo dimenge, tòrna a la messa, (bis)
June òme coma de d'abans,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
June òme coma de d'abans,
Dolalim, brombrom.

“Ambe l’argent de la vielhòta, (bis)
N’aurai ben una de vint ans,
Dolalim, brombrom, brandom, la vièlha,
N’aurai ben una de vint ans,
Dolalim, brombrom.” »
La petite vieille
« Il était une fois une petite vieille, (bis)
Qui voulait se marier,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Qui voulait se marier,
Doulalim, broumbroum.

Et elle s'en alla à une noce, (bis)
Pour apprendre à danser,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Pour apprendre à danser,
Doulalim, broumbroum.

Elle dit au galant qui la faisait danser : (bis)
“Tu ne voudrais pas te marider,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Tu ne voudrais pas te marider,
Doulalim, broumbroum ?

– Pas avec toi, pauvre petite vieille, (bis)
Tu n'as que quatre dents tremblantes,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Tu n'as que quatre dents tremblantes,
Doulalim, broumbroum.

– J'ai cinq chevaux dans mon étable, (bis)
Chacun d'eux a son collier d'argent,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Chacun d'eux a son collier d'argent,
Doulalim, broumbroum.

J'ai un troupeau de cinq cents brebis, (bis)
Chacune d'elles a son petit agneau,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Chacune d'elles a son petit agneau,
Doulalim, broumbroum.

– Tu m'en diras tant, pauvre petite vieille, (bis)
Car quelque chose pourra bien se faire,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Car quelque chose pourra bien se faire,
Doulalim, broumbroum.”

Et le lundi ils s'enregistrèrent, (bis)
Ils se marièrent le mardi,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Ils se marièrent le mardi,
Doulalim, broumbroum.

Et le mercredi elle fut morte, (bis)
Et ils l'enterrèrent le jeudi,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Et ils l'enterrèrent le jeudi,
Doulalim, broumbroum.

Et le vendredi la neuvaine, (bis)
Et le samedi l'anniversaire,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Et le samedi l'anniversaire,
Doulalim, broumbroum.

Et le dimanche, il retourne à la messe, (bis)
Jeune homme comme avant,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
Jeune homme comme avant,
Doulalim, broumbroum.

“Avec l'argent de la petite vieille, (bis)
J'en aurai bien une de vingt ans,
Doulalim, broumbroum, brandoum, la vieille,
J'en aurai bien une de vingt ans,
Doulalim, broumbroum.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...