La capèla dels Boisses de Sent-Ginièis

Collecté en 1997 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Pomayrols, St-Geniez-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La tradition orale occitane regorge de témoignages relatant la protection des objets sacrés par les populations à l'époque révolutionnaire (cloches noyées ou enterrées pour qu’elles ne tombent pas entre les mains des révolutionnaires, objets cultuels cachés dans la nature ou dans des maisons particulières…).

De même, les légendes relatives aux conséquences du déplacement de statues sont relativement nombreuses en Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CÉLINA, JUDITH (SŒUR PROCULE) NAUJAC

née en 1907 à Pomayrols.

Transcription

Occitan
Français
« A Sant-Ginièis, i aviá la capèla dels Boisses, aval, Nòstra-Dama dels Boisses. A la Revolucion, quand tuèron los moènas, aquí, trois religieuses,las entarrèron vivas, aquí, a Nòstra-Dama dels Boisses. E la Senta Vièrja, la metèron dins un ròc, dins de boisses. E n’i a pas un briu, n’i a pas cent ans d’aquò, que un vinhairon entendèt una voès que li di(gu)èt d’anar veire. Enfin, lo sonèt. Prenguèt una escala, montèt e trobèt aquela Senta Vièrja dins un ròc, mès la poguèt pas sortir. Èra tròp pesuga. Calguèt que lo curat de la paroèssa la vengue quèrre. Alara la prenguèron. La prenguèron a Sant-Ginièis. La metèron dins la glèisa. Lo lendeman matin, la tornèron trobar sul camin, aquí, en montent a Verlac. I an metut la capèla, ara, Nòstra-Dama dels Boisses. La trobèt aquí lo moliniá de Sant-Pèire. Passa ambe sas muòlas, i te saca un emplastre e, lo lendeman, trobèt una muòla escanada. Tres jorns, la tornèron prene a Sant-Ginièis, e cada matin, pendent tres jorns, tornava montar amont, al ras decont èra esconduda, aquí, un pauc pus bas. I es aval, aquela Senta Vièrja, Nòstra-Dama dels Boisses. I fasquèron una capèla e dempuèi es aquí. Aquò son de dròles d’afars, n’arribava, uèi n'arriba pas de tot aquò ! »
La chapelle des Buis
« À Saint-Geniez, il y avait la chapelle des Buis, là-bas, Notre-Dame des Buis. À la Révolution, quand ils ont tué les moines, là, ils ont enterré vivantes trois religieuses, là, à Notre-Dame des Buis. Et ils ont mis la Sainte Vierge dans un rocher, dans des buis. Et il n’y a pas longtemps, il n’y a pas cent ans de ça, un vigneron a entendu une voix qui lui a dit d’aller voir. Enfin, elle l’a appelé. Il a pris une échelle, il est monté et il a trouvé cette Sainte Vierge dans un rocher, mais il n’a pas pu la sortir. Elle était trop lourde. Il a fallu que le curé de la paroisse vienne la chercher. Alors ils l’ont prise. Ils l’ont prise à Saint-Geniez. Ils l’ont mise dans l’église. Le lendemain matin, ils l’ont retrouvée sur le chemin, là, en montant à Verlac. Ils y ont bâti une chapelle, maintenant, Notre-Dame des Buis. Le meunier de Saint-Pierre l’a trouvée là. Il passe avec ses mules, il lui met un coup et, le lendemain, il a trouvé une mule crevée. Trois jours, ils l’ont reprise à Saint-Geniez, et chaque matin, pendant trois jours, elle remontait là-haut, à côté de là où elle était cachée, là, un peu plus bas. Elle est là-bas, cette Sainte Vierge, Notre-Dame des Buis. Ils y ont bâti une chapelle et depuis elle est là. Ce sont de drôles d’histoires, il en arrivait, aujourd’hui ces choses-là n’arrivent pas ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...