La belle Isabeau

Collecté en 1991 par CORDAE Sur les Communes de Aurelle-Verlac, St-Geniez-d'Olt Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"La belle Isabeau" est très répandue dans cette région du Rouergue. On en recueille plusieurs variantes.

Généralement, dès les premiers vers de la chanson, la bergère danse au son d'une cabrette jouée par son amoureux. Ce n'est qu'ensuite qu'intervient l'homme de la ville. Ici, c'est ce dernier qui joue de la musette et du violon, instruments pourtant réservés aux paysans. (CORDAE)

Son

Albertine LAPORTE

née Lacroix en 1894 à Vieurals.

Transcription

Occitan
Français

Pas de transcription pour le moment.

« Le long du rivage,
La belle Isabeau,
Etant à l’ombrage,
Gardant son troupeau.
Gardant son troupeau,
Son troupeau seulette,
Son cœur doit languir,
De voir son ami.

Je m’approche d’elle,
Je me suis assis,
Lui disant : “La belle,
Votre bergerie,
Votre bergerie,
Me paraît fort belle,
Et ma compagnie,
Vous fait-elle plaisir ?

– Oui, répondit-elle,
Monsieur pourquoi donc ?
Les amours sont belles,
En toutes saisons.
En toutes saisons,
Les amours sont belles,
En toutes saisons,
Les amants sont bons.”

Il prend sa musette,
Son joli violon,
Joua sur l’herbette,
Quelques airs nouveaux.
La belle Isabeau,
Charmée de l’entendre,
Quitta ses sabots,
Et dansa sur l’herbeau.

La voyant si fière,
D’un pas dégagé,
Je lui ai dit : “La belle,
Voudrais-tu m’aimer ?
– J’aime un berger,
De dans mon village,
Et je l’aimerai,
Tant que je vivrai.

– Ce berger, la belle,
N’est qu’un paysan
Ça serait dommage,
Qu’il fût ton amant.
Quitte ce berger,
Ta fortune est faite,
J’ai cent mille francs,
Je t’en fais le présent.”

La bergère fine,
Lui a pris l’argent,
Tenant bonne mine,
A son soupirant.
A son soupirant,
Tenant bonne mine,
Et courut à travers prés,
Rejoindre son berger. »
© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...