L'òli de nose

Collecté en 1997 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Castelnau-de-Mandailles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant longtemps la noix a fourni au Rouergue l’essentiel de l’huile (òli) qui était utilisée pour la cuisine en temps de carême ou pour l’éclairage dans les lampes à huile (calelhs).

On organisait des veillées pour décortiquer les noix (clussir, dalejar, desnogalhar).

La plupart des moulins possédaient un ase pour écraser les noix.

En occitan, le mot òli est masculin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucienne MARCILLAC

née Mondot en 1924 à L'Estival de Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Fasiam d'òli. Clussissiam las noses e pièi anàvem portar los no(g)alhs a-z-un molin. Nos fasiá d'òli e nos serviam d'aquel òli parce que n'i aviá pas, pendent la guèrra. Fasiam ambe l'òli de nose. Passàvem tot l'ivèrn a far las vilhadas dins un ostal, dins l'altre. Et voilà.E nos amusàvem, cantàvem de cançons en patoès, en francés, de totes los biaisses. »
L’huile de noix
« Nous faisions de l’huile. Nous cassions les noix et puis nous allions porter les cerneaux à un moulin. Il nous faisait de l’huile et nous nous servions de cette huile parce qu’il n’y en avait pas, pendant la guerre. Nous faisions avec de l’huile de noix. Nous passions tout l’hiver à faire des veillées dans une maison, dans l’autre. Et voilà. Et nous nous amusions, nous chantions des chansons en patois, en français, de toutes les sortes. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...