Diable de cat !

Collecté en 1993 par CORDAE Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Curières, Espalion, Lassouts, Le Cayrol Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"Diable de cat" nous a souvent été présentée sur le canton comme la chanson fétiche de la famille Lacan. En fait, elle était surtout chantée par le frère aîné, Jean-Joseph, qui demeurait à Coussanes (Le Cayrol) et qui l'interprétait dans toutes les occasions. Cette version par ailleurs semble localisée au hameau des Azémars puisqu'elle cite des noms de fermes et des noms de personnes des environs. Or dans la région, la chanson était aussi chantée par Pierre Lacroix, célèbre cabretaire de Vieurals (commune d'Aurelle-Verlac, sur le canton de Saint-Geniez).

Nous en trouvons également une variante plus complète dans la monographie consacrée par l'abbé Cayla à la commune de Curières, à la fin du XIXe siècle.

Jean Cayrel, neveu de Joseph Lacan, qui avait toujours entendu cette chanson dans sa famille, l'a réapprise à notre intention à partir d'un enregistrement de l'oncle Joseph fait par la famille Lacan au cours d'une noce en 1974.

Lorsque Joseph l'interprétait, il prenait toujours le ton solennel des chants religieux et concluait toujours la chanson par "Amen".

Les paroles ne manquent pas de singularité. Elles passent en revue en les diabolisant et en les maudissant l'ensemble des bêtes nuisibles qui viennent mettre en péril les biens domestiques et les récoltes. (CORDAE)

Son

Jean CAYREL

né en 1924 au Plo de Masse d'Espalion.

Transcription

Occitan
Français
« Diable de cat,
Dison que l’altre te mena,
Diable de cat,
Siás possedat !
Mès te promete e t’asse(g)ure,
Que jamai aicí ieu t’endure,
Tròç de golard !

Tròç de brigand,
Que m’as manjat un cunh de burre,
Tròç de brigand,
E la mitat del lard d’antan !
Mès te promete e t’asse(g)ure,
Que jamai aicí ieu t’endure,
Tròç de golard !

Tròç de golard,
Que m’as manjat tot un fromatge,
Tròç de golard,
Encara me siás tornat al lard !
Ne sentiràs lo pes de mos braces,
Amb un planponh de bridolasses,
Tròç de golard !

Te'n sacarai,
Sus la codena,
Se tòrnas me lecar la padena,
Te'n sacarai,
Se ne tòrnas aicí jamai.

[Los lops de rats,
Me n’an traucat lo sac de farina,
Los lops de rats,
Me n’an devorat totes los sacs !

Aquelses sorcièrs,
Crenton pas ni bruch ni tendas,
Aquelses sorcièrs,
Ni tendas ni ratièrs.
E lo caton se galamina,
Tot lo lòng de la cosina,
Los lops de rats.

Diable de pòrcs,
Que m’an facha perir l’ortala,
Diable de pòrcs,
N’i auriá per far pas res pels òrts !

Ambe lo nas,
Foton lo país en derota,
Ambe lo nas,
Se los anèls los adondavan pas.

Dejós dessús viran las motas,
Las m’an ben dejosterradas totas,
Ambe lo nas,
L’altre jorn m’anèron a la canabièira,
Me fa(gu)èron perir la pesièira,
Ambe lo nas.

Polas e gal,
Que m’an facha perir l’ortala,
Polas e gal,
Que m’an ben dejosterrat los alhs.
Ambe tota vòstra gasalha,
M’avètz laissat res que ço valga,
Polas e gal.

Lo guserat,
Es pas l’amic de las galinas,
Lo guserat,
Jamai aucèl pus celerat !

Las polas venon cridar famina,
Sus la pòrta de la cosina,
Lo guserat,
Destruís tota aquela raça,
Quite de manjar de fogassa,
Lo guserat.

Missant bestial,
Pesolhs, cimes e nièiras,
Missant bestial,
Que me'n remplisson l’ostal,
Venètz aicí las annadas entièiras,
Venètz aicí téner fièira,
Missant bestial.

Ambe d’argent viu,
Se faràn ben plan far la caça,
Ambe d’argent viu,
Mès totes se fotràn pas d’ieu.
Se faràn ben plan far la caça,
Se faràn fretar la carcassa,
Ambe d’argent viu.

Cans e candèls,
Qu’alarmatz tot lo vesinatge,
Cans e candèls,
Pastres, portatz los caramèls.
Los lops çai i son,
Pastres, venètz anèm z'o veire,
Los lops çai i son,
Portatz los fusilhs a piston.
Que los saurà tirar que los tire,
Mès que jamai los tornèm veire,
Los lops çai i son.

Devàs Bosquet,
Çai tròta aquela òrra bestiassa,
Devàs Bosquet,
Mangèt una feda a Jaquet !
Ne rempliguèt plan sa tripassa,
Se farà ben plan far la caça,
Devàs Bosquet,
Ne rempliguèt son embessièira,
Ambe de raices e de falhièiras,
Devàs Bosquet.

Monsur Rigal,
Nos aviá promesa una lèbre,
Monsur Rigal,
Nos dispensarà del regal.
Nos aviá promés un pijon al ginebre,
Nos farà coma de la lèbre,
Monsur Rigal.

Diluns passat,
El que beviá e que pagavem,
Diluns passat,
Que cantàvem Diable de cat !
Diguèrem que tornariam far,
Coma fasquèrem,
Diluns passat.

Nom d’un mestièr,
Tan valdriá trainar la cadena,
Nom d’un mestièr,
Cavalièiras e conselhièrs.
O podètz dire, paure Antoèna,
De Curlandas a Burèia,
Nom d’un mestièr. 

Amen !] »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...