Coissin e panièr carrejador

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le vallon de Marcillac on vendangeait (vendenhar) avec un panier que l’on portait sur les épaules, soutenu par un coussin, lo panièr carrejador.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien, Mauricette et Claude CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux ; née en 1951 à La Molière d'’Aurelle-Verlac ; né en 1948 à Clairvaux, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Los pus arrièirats fan quauques panièrs mès los pòrtan pas sul cap, mème lo sabon pas portar, ieu crese !
La fin… Aquò s'es acabat n'i a vint ans lo maximum, qu'aquò s'es acabat. Comencèrem de far ambe de panièrs… La cava aviá un quai de déchargement e portàvem encara los rasims a la cava ambe de panièrs mès los portàvem pas plan sul cap. N'i a vint ans a pus près. N'i a pas pus que vòlon lo portar sul cap.
– Los portavan… De Cassanhas, partián a la cava ambe los rasims sul cap.
– Sul cap.
– E aquí aquò s'apèla lo coissin.
– O dins la cuba.
– Lo coissin. Après lo metián dins la cuba a la cava.
– Caliá un baston per… Quand aquò èra sec, qu'aquò davalava bien nos caliá un baston per pas tombar, per pas lisar.
– E avure de bons molets.
Oui.
– Sustot per frenar.
– Ah oui, d'abituda cadun fasiá un pauc los sius.
– I aviá un professionel a Marcilhac que fasiá de panièrs, enfin de coissins totjorn.
– Mès bravament fasián los lurs.
– S'apelava Lavialeta. Es mòrt n'i a un briu.
Ouimès bravament se fasián los lurs, panièrs, oui.
– Lo monde sabián far de panièrs, oèi.
– Los petaçavan l'ivèrn quand fasiá de nèu a la velhada, mès oui, pardí. E las corbelhas aquò èra pareil, per vedenhar.
– E ben aquelses de Claravals fasián en davalent mès aquelses d'a Cassanhas sovent montavan parce que lo vilatge e las cavas èran en naut e, a Claravals, èran en bas.
Oui, n'i aviá un en 39, pendent la guèrra, que me disiá qu'aviá pas que setze ans. Èra nascut en 23 e se disiá lo jorn, lo matin :
“Paure pichon, sai pas se tendrai tota la jornada per montar lo rasim jusca Cassanhas…” »
Coussin et panier pour le transport
« Les plus arriérés font quelques paniers mais ils ne les portent pas sur la tête, ils ne savent même pas le porter, moi je crois !
La fin... Ça s’est terminé il y a vingt ans au maximum, que c’est fini. Nous commençâmes à faire avec des paniers... La cave avait un quai de déchargement et nous apportions encore les raisins à la cave avec des paniers mais nous ne les portions pas beaucoup sur la tête. Il y a vingt ans à peu près. Il n’y en a plus qui veulent le porter sur la tête.
– Ils les portaient... De Cassagnes, ils partaient à la cave avec les raisins sur la tête.
– Sur la tête.
– Et là ça s’appelle le coussin.
– Ou dans la cuve.
– Le coussin. Après ils le mettaient dans la cuve à la cave.
– Il fallait un bâton pour... Quand c’était sec, que ça descendait bien il nous fallait un bâton pour ne pas tomber, pour ne pas glisser.
– Et avoir de bons mollets.
– Oui.
– Surtout pour freiner.
– Ah oui, d’habitude chacun faisait un peu les siens.
– Il y avait un professionnel à Marcillac qui faisait des paniers, enfin des coussins toujours.
– Mais beaucoup faisaient les leurs.
– Il s’appelait Laviallette. Il est mort il y a longtemps.
– Oui mais beaucoup se faisaient les leurs, paniers, oui.
– Les gens savaient faire des paniers, oui.
– Ils les réparaient l’hiver quand il neigeait à la veillée, mais oui, bien sûr. Et les corbeilles c’était pareil, pour vendanger.
– Eh bien ceux de Clairvaux faisaient en descendant mais ceux de Cassagnes montaient souvent parce que le village et les caves étaient en haut et, à Clairvaux, ils étaient en bas.
Oui, il y en avait un en 39, pendant la guerre, qui me disait qu’il n’avait que seize ans. Il était né en 23 et il se disait le jour, le matin :
“Pauvre petit, je ne sais pas si je tiendrai toute la journée pour monter le raisin jusqu’à Cassagnes...” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...