Cançon per revirar lo temps passat

Collecté en 1993 par CORDAE Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Castelnau-de-Mandailles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons déjà publié cette chanson interprétée alors par Emilienne Benoît dans une publication consacrée à la Vallée du Lot.

Il s'agit d'une chanson composée par François Mathat de L'Estival.

Lucienne Marcillac aujourd'hui domiciliée aux Escodats (commune d'Aurelle-Verlac) naquit et passa une grande partie de sa jeunesse à L'Estival où elle avait très bien connu le chansonnier.

Ce chant s'inscrit parfaitement dans cette longue tradition de chansons identitaires mettant en avant une résistance à l'histoire, ici en l’'occurence une résistance au progrès. L'auteur regrette le temps où les chansons et la gaité accompagnaient tous les moments importants de l'existence, particulièrement le travail. (CORDAE)

Son

LUCIENNE MARCILLAC

née Mondot en 1924 à L'Estival de Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Uèi ne tiram un triste temps,
L'òm diriá que sèm pas contents,
Ausèm pas pus ni nuèch ni jorn,
Cantar las cançons d'amor,
Cantar las cançons d'amor.

Nos rapelam que dins lo temps,
Los gens èran bien pus contents,
Anavan e venián del trabalh,
Cantavan jusca d'ostal,
Cantavan jusca d'ostal.

Ausiatz boriaires e boièrs,
Totes cantar de viva voès,
Las bèlas cançons del país,
Qu'egaiavan los vesins,
Qu'egaiavan los vesins.

Los dalhaires, quand èran al prat,
En còla totes arrengats,
Totes cantavan a-z-alta votz,
Torcerent l'èrba de pels pès,
Torcerent l'èrba de pels pès.

Ausiatz los meissonièrs pels camps,
Totes en butent lo volam,
Cantavan lo refrenh joiós,
Del polit blat rosselon,
Del polit blat rosselon.

Uèi dins lo siècle del progrès,
Entendètz pas una sola voès,
Entendètz pas que lo cric-crac,
De las machinas pels prats,
De las machinas pels prats.

A la vinha, los vinhairons,
Los colaires a colasons,
En sotirent lo vièlh tonèl,
Cantavan los èrs novèls,
Cantavan los èrs novèls.

Ausiatz dins totes los chantièrs,
Los maçons amai los fustièrs,
Cada còp que buvián un copet,
Cantavan un altre verset,
Cantavan un altre verset.

Los pastres darrièr los motons,
Cantavan de polidas cançons,
La cançon de la Crotz de mai,
Que s’emblida pas jamai,
Que s’emblida pas jamai.

Dins las vilhadas acabant lo jorn,
Cadun cantava sa cançon,
Amb los còntes dels papanons,
Tenián tot lo monde joiós,
Tenián tot lo monde joiós.

Uèi lo país sembla endurmit,
Ausèm pas un aluc, pas un crit,
Dins los vilatges o los ostals
Ausèm pas que lo crit del gal,
Ausèm pas que lo crit del gal. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...