Cançon per revirar lo temps passat

Collecté en 1997 Sur les Communes de Aurelle-Verlac, Castelnau-de-Mandailles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson nostalgique des temps anciens a été composée par François Mathat (1882-1968) dit Padena, de L'Estival, sur la commune de Castelnau de Mandailles. La famille Mathat était originaire des Enfruts de Saint-Chély d'Aubrac.

L'aüc ou aluc (verbe : aücar, alucar) dont il est question à la fin de la chanson est un cri de joie qui se poussait au retour des veillées ou entre montanhièrs, d'un masuc à l'autre. Il ponctue également le rythme de la bourrée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIENNE MARCILLAC

née Mondot en 1924 à L'Estival de Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« “Uèi ne tiram un triste temps,
L'òm diriá que sèm pas contents,
Ausèm pas pus ni nuèch ni jorn,
Cantar las cançons d'amor,
Cantar las cançons d'amor.

Nos rapelam que dins lo temps,
Los gens èran bien pus contents,
Anavan e venián del trabalh,
Cantavan jusca d'ostal,
Cantavan jusca d'ostal.

Ausiatz boriaires e boièrs,
Totes cantar de viva voès,
Las bèlas cançons del país,
Qu'egaiavan los vesins,
Qu'egaiavan los vesins.

Los dalhaires quand èran al prat,
En còla totes arrengats,
Totes cantavan a-z-alta votz,
Torcerent l'èrba de pels pès,
Torcerent l'èrba de pels pès.

Ausiatz los meissonièrs pels camps,
Totes en butent lo volam,
Cantavan lo refrenh joiós,
Del polit blat rosselon,
Del polit blat rosselon.

Uèi dins lo siècle del progrès,
Entendètz pas una sola voès,
Entendètz pas que lo cric-crac,
De las machinas pels prats,
De las machinas pels prats.

A la vinha los vinhairons,
Los colaires a colasons,
En sotirent lo vièlh tonèl,
Cantavan los èrs novèls,
Cantavan los èrs novèls.

Ausiatz dins totes los chantièrs,
Los maçons amai los fustièrs,
Cada còp que buvián un copet,
Cantavan un altre verset,
Cantavan un altre verset.

Los pastres darrièr los motons,
Cantavan de polidas cançons,
La cançon de la Crotz de mai,
Que s’emblida pas jamai,
Que s’emblida pas jamai.

Dins las vilhadas acabant lo jorn,
Cadun cantava sa cançon,
Amb los còntes dels papanons,
Tenián tot lo monde joiós,
Tenián tot lo monde joiós.

Uèi lo país sembla endurmit,
Ausèm pas un aluc, pas un crit,
Dins los vilatges o los ostals
Ausèm pas que lo crit del gal,
Ausèm pas que lo crit del gal.”

Aquò's un vesin que las fasiá. La nuèch, fabricava aquelas cançons e pièi, quand n'aviá facha una, nos fasiá venir e nos l'apreniá e la copiàvem. S'apelava François Mathat. François Mathatde L'Estival. »
Chanson pour retourner le temps passé
« “Aujourd’hui c’est un triste temps,
On dirait que nous ne sommes pas contents,
Nous n’entendons plus ni nuit ni jour
Chanter les chansons d’amour,
Chanter les chansons d’amour.

Nous nous rappelons que dans le temps
Les gens étaient bien plus contents,
Ils allaient et ils venaient du travail,
Ils chantaient jusqu’à la maison,
Ils chantaient jusqu’à la maison.

Vous entendiez fermiers et laboureurs,
Tous, chanter de vive voix
Les belles chansons du pays,
Qui égayaient les voisins,
Qui égayaient les voisins.

Les faucheurs quand ils étaient au pré,
En équipe tous alignés,
Tous chantaient à haute voix,
Nous viendrons à bout de l’herbe à nos pieds,
Nous viendrons à bout de l’herbe à nos pieds.

Vous entendiez les moissonneurs dans les champs,
Tous, en poussant la faucille,
Ils chantaient le refrain joyeux
Du joli blé doré,
Du joli blé doré.

Aujourd’hui dans le siècle du progrès,
Vous n’entendez pas une seule voix,
Vous n’entendez que le cric-crac
Des machines dans les prés,
Des machines dans les prés.

À la vigne les vignerons,
Les viticulteurs à la décuvaison,
En soutirant le vieux tonneau,
Chantaient les airs nouveaux,
Chantaient les airs nouveaux.

Vous entendiez sur tous les chantiers,
Les maçons et aussi les charpentiers,
Chaque fois qu’ils buvaient un coup,
Ils chantaient un autre verset,
Ils chantaient un autre verset.

Les bergers derrière les moutons,
Chantaient de jolies chansons,
La chanson de la Croix de mai,
Qu’on n’oublie jamais,
Qu’on n’oublie jamais.

Dans les veillées en achevant le jour,
Chacun chantait sa chanson,
Avec les contes des pépés,
Ils gardaient tout le monde joyeux,
Ils gardaient tout le monde joyeux.

Aujourd’hui le pays semble endormi,
Nous n’entendons pas un aluc, pas un cri,
Dans les villages et les maisons
Nous n’entendons que le cri du coq,
Nous n’entendons que le cri du coq.”

C’est un voisin qui les faisait. La nuit, il composait ces chansons et puis, quand il en avait fait une, il nous faisait venir et il nous l’apprenait et nous la recopiions. Il s’appelait François Mathat. François Mathat de L'Estival. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...