Un jorn de granda fèsta…

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Aubin Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent pendant les banquets ou les repas de noces. En retenir un entier représente une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PHILIPPINE AMOROS

née Garcia en 1911 à Rovilha (Espagne).

Transcription

Occitan
Français
« Un jorn de granda fèsta, Mossur Menièr, mèra de Manja-Cèba, aviá reünit, per faire un banquet fòrça monde distingats. I aviá aquí lo grefièr, lo brigadièr de gendarmariá, lo farmacien, enfin fòrça monde, òmes e femnas, e mème Mossur lo curat.
Après un banquet de premièira que li mancava pas res : pola farcida, bolhit, rostit, salada, fromatge, gormandisa e mème lo possa-cafè.
Al mièg d'aquela assemblada, i aviá una femna de cinquanta ans que aviá perdut son òme fasiá quauques meses. Un gerdarmàs de femna que gulava pus fòrt de totas e que s'amusava a escandalizar aquel paure Mossur lo curè.
Aquest'òme, plan elevat, escotava sans respondre mès la mostarda començava de li montar al nas e qu'attenditla bona ocasion per plaçar sa replica. Aquò tardèt pas.
Aquela femnassa se vira de son costat e li demanda, amb un topet de pelharòta :
“Di(g)atz, Mossur lo curè, vos que sètz plan ambe lo Bon Dius e que sabètz tot çò que se passa dins aqueste monde, poiriatz me dire ont se troba lo miun òme ?
– Avètz pas qu'a demandar, z'o vos dirai.
– Pareis qu'aquel grand bandit es a l'Ifèrn.
– Nani, es pas a l'Ifèrn. Aviá fach totes los sacrifices sus aquesta Tèrra.
– Alara es al Purgatòri ?
– Nani, es pas al Purgatòri. Aviá pas tant meritat.
– Mès alèra es al Paradís ?
– Nani, es pas al Paradís.
– Mès, vos trufatz de ieu ! Se es pas a l'Ifèrn, se es pas al Purgatòri, se es pas al Paradís, ont es passat ? Me rendriatz un grand service se podiatz me dire ont se troba.
– Ben, se troba enquèra davant la pòrta del Paradís.
– Davant la pòrta del Paradís ?
– E de qué i fabrica ?
– Estudian ensemble ambe sent Pèire cossí poiriá far per li dientrar.
– Mès enfin, per quna rason dientra pas ?
– Paura Madama ! Gràcia a vòstra volontat, pòrta sul cap tantas de còrnas que pòt pas passar pel grand portal !” »
Un jour de grande fête...
« Un jour de grande fête, Monsieur Ménier, maire de Mange-Oignon, avait réuni, pour faire un banquet, beaucoup de personnes distinguées. Il y avait là le greffier, le brigadier de gendarmerie, le pharmacien, enfin beaucoup de monde, hommes et femmes, et même Monsieur le curé.
Après un banquet de première où il ne manquait rien : poule farcie, bouilli, rôti, salade, fromage, gourmandise et même le pousse-café.
Au milieu de cette assemblée, il y avait une femme de cinquante ans qui avait perdu son mari depuis quelques mois. Une grosse femme qui gueulait plus fort que toutes et qui s’amusait à scandaliser ce pauvre Monsieur le curé.
Cet homme, bien élevé, écoutait sans répondre mais la moutarde commençait à lui monter au nez et il attendit la bonne occasion pour placer sa réplique. Ça ne tarda pas.
Cette grosse femme se tourne de son côté et lui demande, avec un toupet de chiffonnière :
“Dites, Monsieur le curé, vous qui êtes bien avec le Bon Dieu et qui savez tout ce qui se passe dans ce monde, pourriez-vous me dire où se trouve mon mari ?
– Vous n’avez qu’à demander, je vous le dirai.
– Il paraît que ce grand bandit est en Enfer.
– Non, il n’est pas en Enfer. Il avait fait tous les sacrifices sur cette Terre.
– Alors il est au Purgatoire ?
– Non, il n’est pas au Purgatoire. Il n’avait pas tant mérité.
– Mais alors il est au Paradis ?
– Non, il n’est pas au Paradis.
– Mais, vous vous moquez de moi ! S’il n’est pas en Enfer, s’il n’est pas au Purgatoire, s’il n’est pas au Paradis, où est-il passé ? Vous me rendriez un grand service si vous pouviez me dire où il se trouve.
– Eh bien, il se trouve encore devant la porte du Paradis.
– Devant la Porte du Paradis ?
– Et qu’y fait-il ?
– Ils réfléchissent avec saint Pierre comment il pourrait faire pour y entrer.
– Mais enfin, pour quelle raison n’entre-t-il pas ?
– Pauvre Madame ! Grâce à votre volonté, il porte sur la tête tant de cornes qu’il ne peut pas passer par le grand portail !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...