Los oires

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Aubin, Clairvaux-d'Aveyron, Cransac, Decazeville, Firmi Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour le transport du vin, on fabriquait des outres (oires) en peau de chèvre. En occitan, ce nom est du genre masculin. Les outres contenaient entre 50 et 60 litres de vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNAND CABROLIER

né en 1925 à Valadou de Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra per portar lo vin. Aquò èra lo merchand de vin que n'aviá, ara de còps anava livrar dins lo Bacin, 50 litres en principe. Aquò èra comòde per lo portar… Aquò èra pas comòde, o caliá saupre far, sus l'esquina. Per passar los escalièrs empr'aquí se caliá corbar mès aquò èra pas facile a portar. Aquò se brandissiá.
Aquò èra fach amb una pèl de cabra. La cabra, la caliá pas copar. Tot passava pel còl. Tota la carn passava pel còl de la cabra per pas espetar l'oire. Pièi caliá far aquò que cal far de causas (?) per lo conservar. Pièi lo tondiam, que i agèssa pas tanta de borra dedins. Et allez, aquò èra per portar lo vin.
E aquí, lo que s'ocupava del vin a Claravals anava a Cransac, a Decazevila portar dos oires, tres oires, enfin li anava quand li demandavan.
Lo venián quèrre aicí, aviam totas las cabras, de cabras n'an pas plus.
Aquò èra bien tanat, sai pas de qué li metián, me rapèle pas. Aquò èra bien tanat. Non aquò aviá pas de gost, non, non. Ara pièi quand avián servit, los caliá los far egotar. Lo caliá penjar pel cuol, que s'egotèsse bien, que venguèsson pas agres dedins.
A si, aquò èra pratique, mai qu'una barrica. E pièi un tipe tot sol, cinquanta quilòs aquò èra faisable. Mès, per lo portar, aquò se brandolhava. Ieu n'ai ajut sortit de dins de cavas, parce qu'ai fach de tot dins ma vida, e m'avián ensenhat. Mès me'n sortiái. Me'n tri(gu)iái aquò mès aquò se brandolha. Aquò's pas un pes de farina, se cal téner a l'equilibre. Aquò's pas comòde.
Aquò èra un merchand de vin o alara quand aquò èra de païsans que venián cercar de vin, avián de carretas, fasián amb una barrica, fasián pas ambe d'oires. Aquò èra juste aicí lo merchand de vin per l'anar portar a Cransac, a Decazevila, dins lo Bacin. Mès i aviá mai qu'el. Autrament, los païsans que venián, venián ambe la barrica. Aquò èra pus… Pièi se desbrolhavan.
E ara voilà aquò's finit : ni barrica, ni oire, ni veire… »
Les outres
« C’était pour porter le vin. C’était le marchand de vin qui en avait, maintenant parfois il allait livrer dans le Bassin, 50 litres en principe. C’était commode pour le porter... Ce n’était pas commode, il fallait savoir le faire, sur le dos. Pour passer les escaliers par là il fallait se courber mais ce n’était pas facile à porter. Ça remuait.
C’était fait avec une peau de chèvre. La chèvre, il ne fallait pas la couper. Tout passait par le cou. Toute la viande passait par le cou de la chèvre pour ne pas crever l’outre. Puis il fallait faire ce qu’il faut pour la conserver. Puis nous la tondions, pour qu’il n’y ait pas autant de poil dedans. Et allez, c’était pour porter le vin.
Et là, celui qui s’occupait du vin à Clairvaux allait à Cransac, à Decazeville porter deux outres, trois outres, enfin il y allait quand ils le lui demandaient.
Ils venaient le chercher ici, nous avions toutes les chèvres, des chèvres ils n’en ont plus.
C’était bien tanné, je ne sais pas ce qu’ils y mettaient, je ne me souviens pas. C’était bien tanné. Non ça n’avait pas de goût, non, non. Maintenant ensuite quand elles avaient servi, il fallait les faire égoutter. Il fallait la pendre par le cul, pour qu’elle s’égoutte bien, qu’elles ne deviennent pas aigres dedans.
Ah si, c’était pratique, plus qu’une barrique. Et puis un type tout seul, cinquante kilos c’était faisable. Mais pour le porter, ça se balance. Moi j’en ai eu sorti de dans des caves, parce que j’ai fait de tout dans ma vie, et ils m’avaient appris. Mais je m’en sortais. Je m’en tirais mais ça se balance. Ce n’est pas un poids de farine, il faut se tenir à l’équilibre. Ce n’est pas commode.
C’était un marchand de vin ou alors quand c’était des paysans qui venaient chercher du vin, ils avaient des charrettes, ils faisaient avec une barrique, ils ne faisaient pas avec des outres. C’était juste ici le marchand de vin pour aller le porter à Cransac, à Decazeville, dans le Bassin. Mais il y avait plus que lui. Autrement, les paysans qui venaient, ils venaient avec la barrique. C’était plus... Puis ils se débrouillaient.
Et maintenant voilà c’est fini : ni barrique, ni outre, ni verre... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...