Los oires

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Aubin, Clairvaux-d'Aveyron, Cransac, Decazeville, Firmi Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Bassin de Decazeville représentait un marché important pour le vin de Marcillac.

Pour le transport du vin, on fabriquait des outres (oires) en peau de chèvre. En occitan, ce nom est du genre masculin. Les outres contenaient entre 50 et 60 litres de vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIEN CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Un oire aquò èra lo quart d'una barrica, c'est-à-dire fasiá cinquanta e quauques litres, l'oire. Ne caliá quatre per far la barrica. Vendiam lo vin coma aquò un còp èra. Lo nos crompavan alara preniam lo vin… Mès ieu, quand ère jove, lo venián quèrre quand mème, i aviá quauques transporturs ambe quauquas camionetas que ne venián quèrre… Tantes d'oires, aquò fasiá tantas de barricas e prenián aquò dins lo Bacin.
Aquò's una cabra virada davant-darrèr, c'est-à-dire que la borra… Quand tuavan una cabra, fasián passar tota la cabra pel còl per dire que l'oire, c'est-à-dire que la pèl se trauquèssa pas, e caliá que tota la cabra passèssa pel còl. Alara lo còl servissiá, ambe lo fonilh qu'apelam, per l'emplir. Aquò èra l'oire aquò.
En general aquò teniá a pus près una semal, c'est-à-dire que la semal correspondiá un briat a l'oire. La semal aquò èra la mesura. Versàvem aquò dins l'oire, coma aquò èra mesurat.
Oui, lo miu pèra ne fasiá. Me sovene que, quand ère jove, un còp èra los ostals èran pas coma los nòstres, me sovene qu'un còp aviá penjada una cabra a la cosina e aquela cabra, ieu aviái quatre o cinc ans, me fasiá paur parce que aviam pas encara l'electricitat. Aquò èra abans 1928. Alara aquela cabra èra penjada a la travada, vesiái aquela ombra, aquò èra la nuèch, e aquela ombra que se passajava d'aquela bèstia, sabètz que n'ai gardat lo sovenir encara de tant que n'aviái paur.
Alara durbián la cabra, manjavan… fasián còire la vianda. Aquela vianda aquò èra quicòm mai que quand parlan de desjunar a la cabra als jorns d'uèi ! Als jorns d'uèi aquò val pas res de tot, la cabra dels jorns d'uèi. Metián aquò acaptat de lard, metián aquò al forn del pan e aquò èra un desjunar extrà ! »
Les outres
« Une outre c’était le quart d’une barrique, c’est-à-dire elle faisait cinquante et quelques litres, l’outre. Il en fallait quatre pour faire la barrique. Nous vendions le vin comme ça autrefois. Ils nous l’achetaient alors nous prenions le vin... Mais moi, quand j’étais jeune, ils venaient le chercher quand même, il y avait quelques transporteurs avec quelques camionnettes qui venaient en chercher... Tant d’outre, ça faisait tant de barriques et ils prenaient ça dans le Bassin.
C’est une chèvre retournée devant-derrière, c’est-à-dire que les poils... Quand ils tuaient une chèvre, ils faisaient passer toute la chèvre par le cou pour que l’outre, c’est-à-dire que la peau ne se perce pas, et il fallait que toute la chèvre passe par le cou. Alors le cou servait, avec l’entonnoir, pour la remplir. C’était l’outre ça.
En général ça contenait à peu près une comporte, c’est-à-dire que la comporte correspondait un peu à l’outre. La comporte c’était la mesure. Nous vidions ça dans l’outre, comme ça c’était mesuré.
Oui, mon père en faisait. Je me souviens que, quand j’étais jeune, autrefois les maisons n’étaient pas comme les nôtres, je me souviens qu’une fois il avait pendu une chèvre à la cuisine et cette chèvre, moi j’avais quatre ou cinq ans, me faisait peur parce que nous n’avions pas l’électricité. C’était avant 1928. Alors cette chèvre était pendue au plafond, je voyais cette ombre, c’était la nuit, et cette ombre qui se promenait de cette bête, vous savez que j’en ai gardé le souvenir encore tellement j’en avais peur.
Alors ils ouvraient la chèvre, ils mangeaient... ils faisaient cuire la viande. Cette viande c’était autre chose que quand ils parlent de déjeuner à la chèvre aujourd’hui ! Aujourd’hui ça ne vaut rien du tout, la chèvre d’aujourd’hui. Ils mettaient ça couvert de lard, ils mettaient ça au four à pain et c’était un déjeuner extra ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...