Los Espanhòls del Bacin de La Sala

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aubin, Decazeville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCETTE BARTHE

née Lacombe en 1932 à Decazeville.

Transcription

Occitan
Français
« Las filhas, qu'èrem filhas a l'epòca, quand los minurs, los Espanhòls, son arribats dins la mina, a… caliá pas frequentar un Espanhòl ! Aquò èra la onta de la familha ! Lo Francés voliá pas d'un gendre espanhòl. Mon paire me disiá :
“Mena-me un Espanhòl que veiràs de que te vau far !”
Èran tan braves que d'autres mès aquò èra una… Sai pas per de qué disián aquò. Èra un bocin fièr d'abòrd, l'Espanhòl, aviá rason. Sai pas s'aquò's… Voilà èran un bocin senhors, volián un bocin far lo chèf de pòsta, far un bocin de… E aquò lor agradava pas.
I a mai que ieu, totas las filhas, mai o mens, los parents lor disián pas d'amenar un Espanhòl. »
Les Espagnols
« Les filles, car nous étions des filles à l’époque, quand les mineurs, les Espagnols, sont arrivés dans la mine, ah... il ne fallait pas fréquenter un Espagnol ! C’était la honte de la famille ! Le Français ne voulait pas d’un gendre espagnol. Mon père me disait :
“Ramène-moi un Espagnol et tu verras ce que je vais te faire !”
Ils étaient aussi gentils que d’autres mais c’était une... Je ne sais pas pourquoi ils disaient ça. Il était un peu fier d’abord, l’Espagnol, il avait raison. Je ne sais pas si c’est... Voilà ils étaient un peu seigneurs, ils voulaient un peu faire le chef de poste, faire un peu de... Et ça ne leur plaisait pas.
Il y a plus que moi, toutes les filles, plus ou moins, les parents leur disaient de ne pas ramener un Espagnol. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...