Los chavals dins la mina

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aubin, Cransac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ BARTHE

né en 1930 à Aubin.

Transcription

Occitan
Français
« Lo miu paire èra minur e dressava los chavals dins la mina, oui. Dressava defòra per començar e aprèssa los dintrava dins la mina pendent una quinzena de jorns mès los tornava sortir, lo ser, per los menar a l'estable. E quand èran plan dressats, los laissava al fons de la mina.
Aviá començat aviá catòrze ans. Quand comencèt, montava sus un vagonet de carbon per metre lo colièr al chaval parce que èra pas dels pus bèlses. Per metre lo colièr al chaval qu'èra bèl montava sul vagonet de carbon.
Quand dressava defòra, li portave la sopa dins lo cabàs e un jorn me fasquèt davalar al fons de la mina, aviái sèt o uèch ans apr'aquí. Un diminge me prenguèt aval al fons de la mina e vegère los estables ont èran los chavals. Aquò èra al potz 1 a Cransac.
Començava de lor far tirar un tronc d'aure, los premièrs jorns ambe las guidas e aprèssa, quand èran abituats, laissava estar las guidas e los comandava a la paraula. Los comandava en patoès. Alèra fasiá : “A, I, A !” lo chaval anava a drecha. E se fasiá : “A, I, E !” lo chaval partiá a gaucha.
Tiravan los vagonets, li aviá… Lor fasiá tirar uèch vagons de carbon, aquò fasiá cinc cents quilòs dins cada vagon. Lo chaval aviá l'abituda, comptava, al còp de colièr sabiá quant aviá darrès.
En 48, los sorti(gu)èron totes, los chavals, que aquò èra la granda grèva. Èran partits a la campanha, aquò èra los païsans d'alentorn que los avián preses parce que li aviá pas degús per los sonhar. Alèra, aquel jorn que los prenián, mon paire èra malaute. Los destaquèron de l'estable, amont a Cransac, mès n'i a un que lo po(gu)èron pas destacar. Alèra lo chèf, l'ingeniur en chèf fa(gu)èt anar cercar mon paire a l'ostal.
Lo pèra fa : “E Coquet !” E lo chaval : “Iiiiiii !” Se metèt a refrenir. Li passèt jol ventre, lo carecèt e tot e lo destaquèt. Sans aquò degús lo podiá pas destacar, aquel.
Se se rebutavan, los tornavan vendre mès sovent los tornavan dressar defòra quand èran rebutats, lo paire los tornava dressar e tornavan far. Mès n'i aviá que los caliá vendre.
Los tornavan sortir mòrts, de còps…
Al potz 1 los estables èran crusats dins lo ròc, aquò èra pas de galariás.
Li aviá lo fen, la civada, i aviá d'ai(g)a pardí parce que i aviá totjorn una conduita d'ai(g)a que davalava al fons de la mina.
Quand dressava pas, menava un chaval qu'èra dressat al fons e fasiá lo rotlatge dins la granda galariá per amenar del chantièr jusca la gara del potz, pendent uèch oras. E de còps i demorava los tres pòstes, quand mancava quauqu'un aquò li arribava de far 24 oras sans tornar venir a l'ostal. »
Les chevaux dans la mine
« Mon père était mineur et il dressait les chevaux dans la mine, oui. Il dressait dehors pour commencer et ensuite il les rentrait dans la mine pendant une quinzaine de jours mais il les ressortait, le soir, pour les amener à l’étable. Et quand ils étaient bien dressés, il les laissait au fond de la mine.
Il avait commencé à quatorze ans. Quand il commença, il montait sur un wagonnet de charbon pour mettre le collier au cheval parce qu’il n’était pas des plus grands. Pour mettre le collier au cheval qui était grand il montait sur le wagonnet de charbon.
Quand il dressait dehors, je lui apportais la soupe dans le panier et un jour il me fit descendre au fond de la mine, j’avais sept ou huit ans par là. Un dimanche il me prit au fond de la mine et je vis les étables où étaient les chevaux. C’était au puits 1 à Cransac.
Il commençait à leur faire tirer un tronc d’arbre, les premiers jours avec les guides et ensuite, quand ils étaient habitués, il laissait les guides et il les commandait à la parole. Il les commandait en patois. Alors il faisait : “Ah, hi, ah !” le cheval allait à droite. Et s’il faisait : “Ah, hi, hé !” le cheval partait à gauche.
Ils tiraient les wagonnets, il y avait... Il leur faisait tirer huit wagons de charbon, ça faisait cinq cents kilos dans chaque wagon. Le cheval avait l’habitude, il comptait, au coup de collier il savait combien il avait derrière.
En 48, ils les sortirent tous, les chevaux, parce que c’était la grande grève. Ils étaient partis à la campagne, c’était les paysans des alentours qui les avaient pris parce qu’il n’y avait personne pour les soigner. Alors, ce jour-là où ils les prenaient, mon père était malade. Ils les détachèrent de l’étable, là-haut à Cransac, mais il y en a un qu’ils ne purent pas détacher. Alors le chef, l’ingénieur en chef fit aller chercher mon père à la maison.
Mon père fait : “Eh Couquet !” Et le cheval : “Hiiiii !” Il se mit à hennir. Il lui passa sous le ventre, il le caressa et tout et il le détacha. Sans ça personne ne pouvait le détacher, celui-là.
S’ils se rebutaient, ils les revendaient mais souvent ils les dressaient à nouveau dehors quand ils étaient rebutés, mon père les dressait à nouveau et ils retravaillaient. Mais il fallait en vendre certains.
Ils les ressortaient morts, parfois...
Au puits 1 les étables étaient creusées dans le rocher, ce n’était pas des galeries.
Il y avait le foin, l’avoine, il y avait de l’eau bien sûr parce qu’il y avait toujours une conduite d’eau qui descendait au fond de la mine.
Quand il ne dressait pas, il conduisait un cheval qui était dressé au fond et il faisait le roulage dans la grande galerie pour amener du chantier jusqu’à la gare du puits, pendant huit heures. Et parfois il y restait les trois postes, quand il manquait quelqu’un ça lui arrivait de faire 24 heures sans revenir à la maison. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...