Los accidents a la mina

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Aubin Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT HERMET

né en 1923 à Aubin.

Transcription

Occitan
Français
« Al debut li aviá una lampa a man coma aquò e li aviá la lampa de securitat, la lampa per trobar lo grison, quoi, una lampa de securitat. Aprèssa avèm ajuda la lampa-capèl.
Las galariás principalas èran electrifiadas, quand mème, mès pas dins los chantièrs, non, non. Non, non, dins los chantièrs… A mès quand avèm ajuda la lampa-capèl aquò anava ben. Ara avèm totjorn gardat quand mème… Dins los avançaments avèm totjorn gardat la lampa de securitat per çò que, per trobar lo grison nos caliá aquò.
Lo grison, jusca un o un-e-mièg per cent, se pòt trabalhar mès après a dos per cent cal començar d'evacuar e cal començar d'o sinhalar.
Lo grison es pus laugièr que l'oxigèna, es pus laugièr alèra se tròba tot lo temps en surfaça, tot lo temps en naut. Alèra, quand arribàvem al chantièr, als avançaments o al montatge, preniam la lampa e la montàvem doçament en naut. Se jamai la lampa… la flama montava d'un còp e s'escantissiá, podiam partir en vitessa.
Per trobar la teneur del grison, baissàvem la flama de la lampa, juste que se vegèsse un bocin de aquò jaune e la montàvem doçament. Alèra, al-dessús d'aquela flama jauna se fasiá una aureòla, una aureòla bleuâtre e aquò èra lo grison. Quand aquela aureòla fasiá l'espessor d'un poce a pus près, caliá o sinhalar.
Oui, al Banèl i agèt un còp de grison, aquí. I agèt sèt mòrts aquí en 56.
Alèra, cada còp que fasiam un avançament, nos caliá totjorn un ventilatur darrès, a quatre o cinc mèstres darrès, per lo far partir. »
Les accidents à la mine
« Au début, il y avait une lampe à main comme ça et il y avait la lampe de sécurité, la lampe pour trouver le grisou, quoi, une lampe de sécurité. Ensuite nous avons eu la lampe-chapeau.
Les galeries principales étaient électrifiées, quand même, mais pas dans les chantiers, non, non. Non, non, dans les chantiers... Ah mais quand nous avons eu la lampe-chapeau ça allait bien. Maintenant nous avons toujours gardé quand même... Dans les avancements nous avons toujours gardé la lampe de sécurité parce que, pour trouver le grisou il nous fallait ça.
Le grisou, jusqu’à un ou un pour cent et demi, on peut travailler mais ensuite à deux pour cent il faut commencer à évacuer et il faut commencer à le signaler.
Le grisou est plus léger que l’oxygène, il est plus léger alors il se trouve tout le temps en surface, tout le temps en haut. Alors, quand nous arrivions au chantier, aux avancements ou au montage, nous prenions la lampe et nous la montions doucement en haut. Si jamais la lampe... la flamme montait d’un coup et elle s’éteignait, nous pouvions partir en vitesse.
Pour trouver la teneur en grisou, nous baissions la flamme de la lampe, pour qu’on voie juste un peu du truc jaune et nous la montions doucement. Alors, au-dessus de cette flamme jaune se faisait une auréole une auréole bleuâtre et c’était le grisou. Quand cette auréole faisait l’épaisseur d’un pouce à peu près, il fallait le signaler.
Oui, au Banel il y eut un coup de grisou, là. Il y eut sept morts là en 56.
Alors, chaque fois que nous faisions un avancement, il nous fallait toujours un ventilateur derrière, à quatre ou cinq mètres derrière, pour le faire partir. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...