Los accidents a la mina (12 de setembre de 1930 al Banèl)

Collecté en 2000 Sur la Commune de Aubin Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean MANIEZ

né en 1921 à Aubin.

Transcription

Occitan
Français
« Mon paire, dins la mina, es estat tuat aicí a Combas, al Banèl d'abòrd una, lo 12 setembre en 1930. Aquel jorn, me'n rapelarai tota ma vida parce que aquò èra un jorn de paga, lo 12 e lo 25. E alèra m'aviá dich, lo ser, m'aviá dich :
“Demain tu viendras e te cromparai de cacaoetas.”
I aviá un tipe del Gas que veniá, aviá lo braç copat, Matòsse s'apelava, un Espanhòl. Veniá portar de paquets de cacaoetas. E alara aquí li aviá maites gaunhes coma ieu que, lo jorn de la paga, anàvem veire… Parce que la vida èra pas coma ara, tanpauc de causa vos fasiá plaser. Fa que li aviá maites enfants coma nautres que èran venguts esperar lor paire aquí.
E ieu i ère aquel còp, lo 12 de setembre 1930.
Coma ère aquí, l'ora èra passada, de doas oras…
“Macarèl, di(gu)ère, aquò's pas possible…”
Vesiái pas pus degús, ère tot sol e me'n vau per partir. Te fau quatre o cinc mèstres, li aviá lo lavoèr, aquí, e li aviá las femnas.
Alèra las femnas se fan :
“Ten, endacòm lo Maniez s'es tuat… Pareis que s'es tuat.”
I aviá de monde, tot aquò galopava.
N'i agèt pro, comprenguère. “Lo Maniez s'es tuat.”
Ne plorère pas ni mai res mès parti(gu)ère.
Arribère a l'ostal, ma maire me di(gu)èt :
“Et alors ? Et tu mènes pas le papa ?”
J'ai dit :
“Non, non, je l'ai pas vu… Je l'ai pas vu…
– Ah bon ?”
Mès mièja-orada pièi la venguèron avertir.
Ieu li aviái pas dich, podiái pas lo li dire…
Èra aquí, lo portèron, èra tot escrasat, lo cap teniá pas qu'ambe de bandas, aicí…
Un ebolament, voilà.
E ben un òme que… Aviái tres sòrres, ieu. Ère l'ainat de quatre e ma sòrre la pus jove aviá cinc meses. E ma maire se trobèt a trenta dos ans viusa aquí ambe quatre enfants. Fa que aquò èra una vida a l'epòca… E li aviá pas las allocacions familialas, atencion, aquò èra en 30 e las allocacions sorti(gu)èron pas qu'en 36.
Alèra fa que, ambe pauc de causas nos amusàvem. Lo Père Noël, tot aquò, aquò comptava pas ches nautres, n'aviam pas. Nos crompavan un parelh d'esclòps o alèra un damantal, las sòrres, per anar a l'escòla, mès des jouets, n'i aviá pas.
Fa que tot aquò es demorat dins mon cap, li ai pensat mai d'un còp e la vida èra dura.
I aviá un òme que ieu sabiái pas, que trobave quand anave a l'escòla, un Marocain qu'èra aquí a Combas, e alèra cada còp me galopava en me di(gu)ent :
“Tiens, tiens Mimile, tiens !”
Me donava de moneda, d'argent e apièi sachère que aquò èra lo manòbra de mon paure paire, aquel Marocain. L'apelavan lo Iaia a Combas, aicí. E ben aquel tipe jusc'al jorn que lo tornère pas veire, que parti(gu)ère d'aicí perque apièi parti(gu)ère a la campanha me lo(g)ar e lo vegère pas pus, e ben mès tot lo temps me donèt de bonbons. M'estimava per çò que sabiá, aviá trabalhat ambe mon paire e sabiá que ieu ère l'ainat.
Èrem una familha, sens ajure la misèra, mès èrem una familha que… Ma paura maire n'a vist. Èra pas… Sabiá pas cossí… E aviá sa maire enquèra, ma paura maire, enquèra mai. Fa que èrem cinc e sièis ambe ma maire.
Èrem maitas d'una familha coma aquò… Èrem pas los sols, nautres. E dins lo temps li aviá de familhas nombrosas coma aquò e li aviá pas qu'un òme que trabalhèsse parce que las femnas avián pro a elevar los enfants.
Aquò's de temps que l'òm se rapèla. Ieu pòde venir vièlh, me'n rapèlarai tota ma vida. »
Les accidents à la mine (12 septembre 1930 au Banel)
« Mon père, dans la mine, a été tué ici à Combes, au Banel tout d’abord, le 12 septembre en 1930. Ce jour-là, je m’en souviendrai toute ma vie parce que c’était un jour de paye, le 12 et le 25. Et alors il m’avait dit, le soir, il m’avait dit :
“Demain tu viendras et je t’achèterai des cacahouètes.”
Et il y avait un type du Gua qui venait, il avait le bras coupé. Matosse il s’appelait, un Espagnol. Il venait apporter des paquets de cacahouètes. Et alors là il y avait d’autres gamins comme moi car, le jour de la paye, nous allions voir... Parce que la vie n’était pas comme maintenant, aussi peu de chose vous faisait plaisir. Ça fait qu’il y avait plusieurs enfants comme nous qui étaient venus attendre leur père là.
Et moi j’y étais cette fois-là, le 12 septembre 1930. Comme j’étais là l’heure était passée, de deux heures...
“Macarel, dis-je, ce n’est pas possible...”
Je ne voyais plus personne, j’étais tout seul et je m’en vais pour partir. Je fais quatre ou cinq mètres, il y avait le lavoir, là, et il y avait les femmes.
Alors les femmes se font :
“Tiens, quelque part Maniez s’est tué... Il paraît qu’il s’est tué.”
Il y avait du monde, tout ça galopait.
Il y en eut assez, je compris. “Maniez s’est tué.”
Je ne pleurai pas ni rien mais je partis.
J’arrivai à la maison, ma mère me dit :
“Et alors ? Et tu mènes pas le papa ?”
J'ai dit :
“Non, non, je l'ai pas vu… Je l'ai pas vu…
– Ah bon ?”
Mais une demi-heure après ils vinrent l’avertir.
Moi je ne le lui avais pas dit, je ne pouvais pas le lui dire...
Il était là, ils l’amenèrent, il était tout écrasé, la tête ne tenait qu’avec des bandes, ici...
Un éboulement, voilà.
Eh bien un homme qui... J’avais trois sœurs, moi. J’étais l’aîné de quatre et ma sœur la plus jeune avait cinq mois. Et ma mère se retrouva à trente-deux ans veuve là avec quatre enfants. Ça fait que c’était une vie à l’époque... Et il n’y avait pas les allocations familiales, attention, c’était en 30 et les allocations ne sortirent qu’en 36.
Alors ça fait qu’avec peu de choses nous nous amusions. Le Père Noël, tout ça, ça ne comptait pas chez nous, nous n’en avions pas. Ils nous achetaient une paire de sabots ou alors un tablier, les sœurs, pour aller à l’école mais des jouets, il n’y en avait pas.
Ça fait que tout ça est resté dans ma tête, j’y ai pensé plus d’une fois et la vie était dure.
Il y avait un homme que je ne connaissais pas, que je rencontrais quand j’allais à l’école, un Marocain qui était là à Combes, et alors chaque fois il me poursuivait en me disant :
“Tiens, tiens, Mimile, tiens !”
Il me donnait de la monnaie, de l’argent et ensuite je sus que c’était le manœuvre de mon défunt père, ce Marocain. Ils l’appelaient Iaia à Combes, ici. Eh bien ce type jusqu’au jour où je ne le revis pas, quand je partis d’ici parce qu’ensuite je partis à la campagne me louer et je ne le vis plus, eh bien mais tout le temps il me donna des bonbons. Il m’estimait parce qu’il savait, il avait travaillé avec mon père et il savait que j’étais l’aîné.
Nous étions une famille, sans être dans la misère, mais nous étions une famille qui... Ma pauvre mère en a vu. Elle n’était pas... Elle ne savait pas comment... Et elle avait sa mère encore, ma défunte mère, encore plus. Ça fait que nous étions cinq et six avec ma mère.
Nous étions plusieurs familles comme ça... Nous n’étions pas les seuls, nous. Et dans le temps, il y avait des familles nombreuses comme ça et il n’y avait qu’un homme qui travaillait parce que les femmes avaient assez de travail à élever les enfants.
C’est du temps dont on se souvient. Moi je peux devenir vieux, je m’en souviendrai toute ma vie. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...