Lo trabalh a la mina

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Aubin, Cransac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ROBERT HERMET

né en 1923 à Aubin.

Transcription

Occitan
Français
« Ai començat après los Chantièrs de Junessa, aviái vint ans, ai començat a-n-aquela epòca.
Al debut, quand arrivatz, vos meton coma manòbra. Fasètz manòbra a quauqu'un que i es dempèi… qu'es ancien, quoi, que coneis lo trabalh. Aprèssa, a la longa, quand l'òm a aprés lo mestièr, l'òm pren los utisses, l'òm pren lo chantièr.
Ai ajut trabalhat vint-a-dos ans e un trimestre al fons de la mina, al Banèl. Aquò èra lo potz de la mina que s'apelava lo Banèl, èra a Combas. Ai trabalhat atanben un bocin a Cransac m'enfin la majoritat del temps ai trabalhat a Combas, al Banèl, a quatre cents mèstres jos tèrra, a quatre cents mèstres. Ai trabalhat, ai fach… Ai trabalhat tot lo temps al chantièr, a la talha, als avançaments e al ròc.
Après, aquò s'es modernizat un bocin, pardí. Autramensa, al debut, caliá rotlar ambe de vagonets, tot lo temps caliá rotlar ambe de vagonets. Coma per far l'abatatge al carbon aviam lo pistolet, aviam lo martèl-picur dejà. Aquò èra pas coma dins lo temps que ai entendut parlar los anciens que fasián lo còp de mina ambe la masseta. La masseta… nautres, o avèm pas cone(g)ut aquò.
Aprèssa, aquò s'es modernizat, aquò's s'es fach de talha, an electifiada la mina, i a ajut de rascletas que menavan lo carbon e de tapis. Fasián de trémies e fasián arribar lo carbon, tot dins aquela trémie e, aprèssa, los pichons tracturs d'en bas, los anavan quèrre e fasián des convois. »
Le travail à la mine
« J’ai commencé après les Chantiers de Jeunesse, j’avais vingt ans, j’ai commencé à cette époque.
Au début, quand vous arrivez, ils vous mettent comme manœuvre. Vous faites manœuvre pour quelqu’un qui y est depuis... qui est ancien, quoi, qui connaît le travail. Ensuite, à la longue, quand on a appris le métier, on prend les outils, on prend le chantier.
J’ai travaillé vingt-deux ans et un trimestre au fond de la mine, au Banel. C’était le puits de la mine qui s’appelait le Banel, il était à Combes. J’ai travaillé aussi un peu à Cransac mais enfin la majorité du temps j’ai travaillé à Combes, au Banel, à quatre cents mètres sous terre, à quatre cents mètres. J’ai travaillé, j’ai fait... J’ai travaillé tout le temps au chantier, à la taille, aux avancements et au roc.
Après, ça s’est modernisé un peu, bien sûr. Autrement, au début, il fallait rouler avec des wagonnets, tout le temps il fallait rouler avec des wagonnets. Comme pour faire l’abattage au charbon nous avions le pistolet, nous avions le marteau-piqueur déjà. Ce n’était pas comme dans le temps dont j’ai entendu parler les anciens qui faisaient le coup de mine avec la massette. La massette... nous, nous n’avons pas connu ça.
Ensuite, ça s’est modernisé, ça s’est fait à la taille, ils ont électrifié la mine, il y a eu des racloirs qui emportaient le charbon et des tapis. Ils faisaient des trémies et ils faisaient arriver le charbon, tout dans cette trémie et, ensuite, les petits tracteurs d’en bas, ils allaient les chercher et ils faisaient des convois. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...