Lo trabalh a la mina

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aubin, Decazeville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucette et René BARTHE

née Lacombe en 1932 à Decazeville ; né en 1930 à Aubin.

Transcription

Occitan
Français
« Mon paire èra agricultur jusca l'atge de quaranta ans, mai quaranta… Bòn e aprèssa anèt trabalhar mès pas dins la mina. Li es anat un bocin mès podiá pas susportar. Èra un agricultur, èra un òme de la campanha, del grand èr, e dins la mina li estofava, èra pas bien e anèt defòra. Mès fasiá partida de la mina, mès èra defòra, al plan aérien. Aquò èra los carretons que partián e anavan vidar a las montanhas que vesètz. Trabalhava tot a fèt al bot, amont. I anave portar lo dinnar lo dijòus parce que podiá pas manjar, i aviá de sofre que partiá d'aquela montanha e aquò èra un desagrement. Podiá pas manjar.
– Tocavan la paga cada quinze jorns e un acompte a la fin del mes.
Oui mès èran pas riches e èran pas enviats. La situacion, lo trabalh, parce que èran dins la mina, sabián que avián de trabalh mès per dire de far de flors e d'èstre riches, non, non.
Buvián, enfin manjavan bèlcòp coma aquò dins los cafès o dins los… e a la fin del mes, la paga… Aquò arribava. Lo trabalh èra talament dur que, aprèssa, quand èran defòra se'n donavan una. I a de femnas de minurs que son estadas malerosas d'aquela situacion. »
Le travail à la mine
« Mon père était agriculteur jusqu’à l’âge de quarante ans, plus de quarante... Bon et ensuite il alla travailler mais pas dans la mine. Il y est allé un peu mais il ne pouvait pas supporter. C’était un agriculteur, c’était un homme de la campagne, du grand air, et dans la mine il étouffait, il n’était pas bien et il alla dehors. Mais il faisait partie de la mine, mais il était dehors, au plan aérien. C’était les chariots qui partaient et ils allaient vider aux montagnes que vous voyez. Il travaillait tout à fait au bout, là-haut. J’allais lui porter le déjeuner le jeudi parce qu’il ne pouvait pas manger, il y avait du soufre qui partait de cette montagne et c’était un désagrément. Il ne pouvait pas manger.
– Ils touchaient la paye tous les quinze jours et un acompte à la fin du mois.
– Oui mais ils n’étaient pas riches et ils n’étaient pas enviés. La situation, le travail, parce qu’ils étaient dans la mine, ils savaient qu’ils avaient du travail mais pour faire des fleurs et être riches, non, non.
Ils buvaient, enfin ils mangeaient beaucoup comme ça dans les cafés ou dans les... et à la fin du mois, la paye... Ça arrivait. Le travail était tellement dur que, ensuite, quand ils étaient dehors ils s’en donnaient une. Il y a des femmes de mineurs qui ont été malheureuses de cette situation. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...