La venda del vin

Collecté en 2000 Sur les Communes de Aubin, Clairvaux-d'Aveyron, Cransac, Decazeville, Firmi, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Bassin de Decazeville représentait un marché important pour le vin de Marcillac.

Pour le transport du vin, on fabriquait des outres (oires) en peau de chèvre. En occitan, ce nom est du genre masculin. Les outres contenaient entre 50 et 60 litres de vin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIEN CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Lo vin un còp èra que se buviá, se buviá dins lo Bacin aval. Buvián aquò al pinton, apelavan aquò lo pinton o lo litre. Anavan biure a quatre, fasián portar un litre, a dos o tres fasián portar un pinton. Ieu ai vist un tipe que veniá d'a Cransac, veniá aicí a-z-un bistrò que exista pas pus als jorns d'uèi, veniá en mobileta per biure un pinton de vin. Alara li servissián un pinton de vin a la terrassa, aquel vin fresque. Veniá exprès per biure un pinton de vin a Claravals. Als jorns d'uèi aquò exista pas pus.
Los minurs, un còp èra, garantissián que buvián entre quatre e cinc litres de vin per jorn. Aquò's coma aquò que consomavan nòstre vin qu'èra un vin que fasiá entre uèch degrès e mièg e nòu degrès mès anava pas pus luènh. Ara buvián aquò coma ara buvèm d'ai(g)a.
Sovent èra per barrica, per barrica o la pipa coma fasián un còp èra. La pipa aquò èra doas barricas de dos cent vint-a-cinc litres. Vendiam lo vin, disiam : tant la pipa. Aquò èra aquò.
Fa un briu que… Al debut, quand ère jove, ne prenián d'aicí amb una èga e un char-à-bancs, anavan portar lo vin coma aquò aval. E dabans fasián a bastas, c'est-à-direqu'aquò èra en general los muòls que partián. Avián una basta de cada costat, i metián un oire dedins, e partián ambe dos oires de vin a Cransac.
Rodés, lo fasián venir del Miègjorn puslèu, ieu pense. Se'n preniá aicí, ne venián crompar mès mens. Crompavan mai de vin al Miègjorn que aicí. Aicí lo vin èra care en rapòrt del vin del Miègjorn. Èra care. C'est-à-dire aquò's los amaturs del Bacin que venián crompar nòstre vin, amai sia(gu)èsse care, lo crompavan quand mème.
Se trabalhava pas coma lo Miègjorn. Trabalhavan ambe de chavals o de muòls e se carravan mai. Avián d'estendudas pus bèlas qu'aicí. Aicí aquò èra un ectara e mièg lo mai, lo mai. E alara i aviá una banda de vinhairons mès avián pas de vinhas cadun. »
La vente du vin
« Autrefois le vin qui se buvait, il se buvait dans le Bassin là-bas. Ils buvaient ça au demi-litre, ils appelaient ça le demi-litre ou le litre. Ils allaient boire à quatre, ils faisaient porter un litre, à deux ou trois ils faisaient porter un demi-litre. Moi j’ai vu un type qui venait de Cransac, il venait ici à un bistro qui n’existe plus aujourd’hui, il venait en mobylette pour boire un demi-litre de vin. Alors ils lui servaient un demi-litre de vin à la terrasse, ce vin frais. Il venait exprès pour boire un demi-litre de vin à Clairvaux. Aujourd’hui ça n’existe plus.
Les mineurs, autrefois, ils garantissaient qu’ils buvaient entre quatre et cinq litres de vin par jour. C’est comme ça qu’ils consommaient notre vin qui était un vin qui faisait entre huit degrés et demi et neuf degrés mais il n’allait pas plus loin. Ils buvaient ça comme nous buvons de l’eau maintenant.
Souvent c’était par barrique, par barrique ou la pipe comme ils faisaient autrefois. La pipe c’était deux barriques de deux cent vingt-cinq litres. Nous vendions le vin, nous disions : tant la pipe. C’était ça.
Ça fait un moment que... Au début, quand j’étais jeune, ils en prenaient d’ici avec une jument et un char-à-bancs, ils allaient porter le vin comme ça là-bas. Et avant ils faisaient avec des bastes, c’est-à-dire que c’était en général les mulets qui partaient. Ils avaient une baste de chaque côté, ils y mettaient une outre dedans, et ils partaient avec deux outres de vin à Cransac.
À Rodez, ils le faisaient venir du Midi plutôt, je pense. Ils en prenaient ici, ils venaient en acheter mais moins. Ils achetaient plus du vin du Midi qu’ici. Ici le vin était cher en rapport avec le vin du Midi. Il était cher. C’est-à-dire que ce sont les amateurs du Bassin qui venaient acheter notre vin, même s’il était cher, ils l’achetaient quand même.
On ne travaillait pas comme dans le Midi. Ils travaillaient avec des chevaux ou des mulets et c’était plus agréable. Ils avaient des étendues plus grandes qu’ici. Ici c’était un hectare et demi le plus, le plus. Et alors il y avait une bande de vignerons mais ils n’avaient pas de vignes chacun. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...