L'escòla agricòla de Rinhac

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Aubin, Auzits, Calmont, Decazeville, Druelle, Rignac, Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

René Bourdoncle fut l'un des initiateurs de l'école agricole de Rignac où il enseigna avec passion.

Afin que ses élèves puissent passer de la théorie à la pratique, il prit lui-même une exploitation d'une vingtaine d'hectares en fermage, près de l'école, et acheta le matériel agricole nécessaire.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

BOURDONCLE RENé ET GAUDOU JACQUES

René, né en 1935 à Auzits.

Transcription

Occitan
Français
« Mon paire trabalhava a la mina, aviam pas plan ben, aviam un bocin d'òrt e una pichòta vinha et voilà. Alèra aprèssa anère a l'escòla aquí en bas dinc a quatòrze ans coma tot lo monde a-n-aquela epòca, dinc al certificat d'études. Après lo certificat d'études, bòn, los parents m'envièron a Aubinh. A Aubinh, i aviá un cours complémentaire qu'apelavan Aquò's aquí que formavan los obrièrs per trabalhar o a la mina o Decazevila, a las usinas, quoi. Fasián d'ajusturs, de tornurs, mème fasián l'electricitat tanben. I aviá tres o quatre seccions tecnicas. Anère aquí, passère lo CAP e, dabans de partir al regiment, comencère de far un an… Parce que agère lo CAP a dòtz-a-uèch ans e, juste abans lo regiment, un an e mièg, anère trabalhar a la Vièlha Montanha. Sabiái pas de que far bòn, anère a la Vièlha Montanha e aquò's aquí que me desgostère del trabalh d'usina. Mès alèra…
“A…, ai dich, mès poirai pas far ma vida aquí, ieu…”
Èstre totjorn aquí, totjorn susvelhat per un contramèstre. Un jorn aviái de trabalh en pagalha, te'n donavan tròp, lo podiás pas far, te fasiás engular e passavas tres o quatre jorns sans far res ! Caliá far semblant de trabalhar !
“Non, non, ieu di(gu)ère, ieu poirai pas téner !”
Aprèssa, lo depart pel regiment, e tombère sus un regiment un bocin bizarre : les compagnies sahariennes. Vos rendètz compte : partir d'Ausits e anar aval al fons de l'Africa dins lo Sahara !
E bòn, li calguèt anar e li anère, e li fa(gu)ère quand mème 30 meses, aquò fa long, pas qu'una permission. E aquí agère… Parce que, dins lo Sahara, quand siás dins lo desèrt, as lo temps de soscar e de dire :
“Mès quand vas tornar, vas tornar a l'usina ?”
Di(gu)ère :
“Non, pòde pas !”
Me metère a estudiar.
Ai dich :
“Bòn, la natura m'agrada…”
O aviái dich a de pichòtas coneissenças, un tipe d'aicí… Lo notari d'Ausits qu'èra un tipe extra-fòrt que m'inicièt al depart a ensartir los rosièrs, los aures, un, l'autre, me parlar de las flors… Li s'i coneissiá e pièi èra pas un imbecile ges. Aquò m'aviá donat dejà d'idèias e aquò m'agradava.
Di(gu)ère :
“Bòn, escota, s'aquò's coma aquò, vau assajar de veire.”
Crompère de libres “Biologie végétale”. Alèra premier cycle, deuxième cycle… E, pendent lo regiment, estudière. Mès estudière aquò à fond. E dejà, a dich de far, de comprene… Tot sol ! Aviái pas degús per m'ensenhar. Aquò èra un bocin dròle.
Tòrne del regiment :
“Ara, ont anar ?”
Parce que començave de saupre de causas mès pas… Èra impossible de se far embauchar enluòc. E alèra trobère un copin de ieu, Ricard s'apelava, de Druèla, de Romeguet, aviá son oncle qu'èra frèra. Èra frèra des clercs de Saint-Viateur, los d'aval, d'a Vilafranca. E ieu, d'ensenhar… Aquò m'agradava d'ensenhar.
Me di(gu)èt :
“Sabes pas, se vòls trabalhar e ben los frèras te prendràn.
– Ah bon ? Oui mès ieu vòle pas far frèra !
– Mès mème, te prendràn coma aquò per trabalhar.”
E ben bòn, bocin a bocin trobère lo que s'ocupava d'aquò e anère chals frèras amont a Cenhac, li aviá una escòla. I aviá justament una pichòta escòla d'agricultura mès aquò èra le cours post-scolaire agricole. Comencère coma aquò. Alèra estudiava, ieu, aquò m'agradava, estudiave l'agricultura e lo tornave dire. Aquò's ben plan vertat que, las premièiras annadas, aquò èra pas tot a fèt… Aquò èra un bocin bringa-branga mès coma aquò èra un trabalh… Bòn, se fasiá. Èra pas tròp… Bòn.
Mès, a dich d'estudiar, fini(gu)ère per comprene bien e di(gu)ère :
“Bòn, pòde pas demorar coma aquò…”
Caliá quicòm d'oficiel e anère dos còps pendent tres meses a l'école d'agriculture d'Ondes, à l'école nationale d'agriculture d'Ondes. Passère lo diplòma e reüssi(gu)ère mon diplòma per poire ensenhar al bas, tot a fèt bas. Et voilà cossí me metère… rentrère tot doçament dins l'agricultura.
Mès atencion, quand anère chals frèras amont, coma aviái pas de diplòmas, l'escòla èra pas sous contrat, li aviá res. Lo directur me di(gu)èt :
“Ah, Monsieur Bourdoncle, je vais vous dire une chose, du travail, on vous en trouvera mais vous serez pas payé.”
Macarèl ! Passère dètz ans sans paga, di(g)a ! Dètz ans. Aquò m'agradava tant.
“Mais vous serez nourri, logé, blanchi mais on n'a pas de sous.”
Et c'est vrai. Aquò èra vertat. I aviá pas que tres frèras e ieu, èrem quatre. I aviá soassanta quinze elèvas. I aviá un pensionat de pichinèlses et le cours agricole.
Et voilà. E aprèssa passèt sous contrat e agère una pichòta paga. M'enfin, ai fach bèlcòp de trabalh per pauc d'argent. Mès aumensa… Aquí… A Vivièrs, a l'usina, ganhave plan ma paga mès me carrave pas. Amont, ai fach una vida professionala extra. Aquò èra de vacanças. Aquò èra de vacanças que me rapèle que, quand las vacanças arribavan :
“A mès aquò's domatge, ara van partir, los enfants…”
Aquò's bizarre. E quand z'o disiái als collègas, me disián :
“Mès siás caluc ! I a las vacanças…
– Oui mès ieu me tarda de tornar començar.”
Aquò's per dire cossí me soi agradat.
Et voilà coma aquò ai po(g)ut contunhar e, coma l'estudi de la natura, l'estudi de la natura, de la biologie, de l'agronomie, aquò's pas d'aquí aquí, aquò se finís pas. Se pòt saupre un bocin, mès ne pòt saupre… Arrèstas pas, totjorn aprenes. Aquò fa que, se las premièiras annadas aquò èra tot a fèt rudimentaire coma dison, vas la fin, m'ère espincat coma cal e ère plan capable de far un cors coma cal e mème, vas la fin, aquò… Sabes que ne sabiái de causas ! Parce que totjorn apreniái, totjorn apreniái, totjorn apreniái, totjorn apreniái.
E alèra, per aprene mai, ère a Cenhac en dinc a… Pense dotze ans, dotze o tretze ans. E aprèssa, a Rinhac, i aviá una escòla de filhas. Cossí apelavan aquò ? Una escòla… Cours ménager. I aviá una cinquantena de filhas, i aviá pas cap de… E lo directur, que veniá far quauques cors a Cenhac, me di(gu)èt :
“Escota, sabes pas, vèni a Rinhac, seràs pas tan luènh de chas tus e vam montar una escòla pels enfants. Bòn, i a las filhas, gardam las filhas m'enfin vam far quicòm d'agricòla.”
E aquò's coma aquò que soi anat aicí a Rinhac e n'ai profitat, aquí, de prene una bòria per poire trabalhar la tèrra. Parce que far mon trabalh d'agronomie, d'agricultura, metèm, d'agricultura, pas que teorica o pas qu'ambe lo tablèu, sabètz, taca, taca, taca… Totes los rendaments tombavan juste e ieu quand mème aquò me geinava, e volguère prene una bòria. L'escòla po(gu)èt lo(g)ar una bòria amont a La Crotz-Lònga, i aviá vint-a-dos ectaras, planièr, polit coma tot. Prenguère aquò a ma responsabilitat. Parce que… A ma responsabilitat, parce que te vòle dire quand, al conselh d'administracion, di(gu)èrem :
“Voilà, nos cal prene de tèrra per dire de poire trabalhar, pels enfants…”
Lo president o sai pas qué… Agachèron un bocin… E se trachèron que totas las bòrias que èran presas per las escòlas : rendament zèro o deficit. Totas èran en deficit, totas. Alèra di(gu)èron :
“Avèm pas d'argent per metre aquí. Non, non, podèm pas.”
Agère lo culòt de z'o prene a mon compte. Fa que lo bail sia(gu)èt pas al nom de l'escòla, Bourdoncle René, fermier. Mès que me caliá pagar l'afèrme… Me rapèle, a-n-aquela epòca, pagave un milion d'afèrme cada an, la mitat a Nadal e l'autra mitat a Sent-Joan, a la vièlha, aquí, la vièlha enfin, Madama Segonds qu'èra una brava femna. Et voilà.
Mas que me calguèt crompar lo materiel. I aviá un vièlh Zetòr mas èra una antiquitat. Me calguèt crompar de materiel mès aviái pas un sòu ! E cossí far ? E lo Crèdit… Sabes cossí fa lo Crèdit, se as pas quicòm per respondre marcha pas. E quand mème, los tipes del conselh d'administracion, qu'èran de gròsses païsans d'aquí tot lo torn, me portèron caucion. Mès pas mai ! Portar caucion aquò vòl dire :
“Bon, garantissèm mès aquò's a tu a tornar.”
E i arribère. Arribère a trabalhar, a vendre los produits e a remborsar tot. Li ganhère pas d'argent mès alinhère. E pièi los enfants èran contents coma aquò parce que sabián qu'aquò èra miu alèra quand prenián lo tractur, disiái :
“Te prèste aquò, es miu di(g)a, es pas a l'escòla !”
Alèra li fasián mai atencion.
Aquí fa(gu)ère de trabalh extra. Se carravan aquí.
Aviam tres tracturs et allez : un laurava, l'autre estripava, l'autre passava l'engrais… Et allez !
Los te fotiái… Ne preniái nòu cada còp alèra te'n fotiái tres a cada tractur. E cada còp, a cada tractur, metiái un desgordit, un moièn e un fèble. Èran ensemble. Aquò fa que aquò riscava pas tròp. Lo pus desgordit fasiá passar l'autre a conduire. Et voilà.
E passèrem de bon temps ! A ! E sabes qu'èran contents ! »
L’école agricole de Rignac
« Mon père travaillait à la mine, nous n’avions pas beaucoup de terre, nous avions un petit jardin et une petite vigne et voilà. Alors ensuite, j’allai à l’école là en bas jusqu’à quatorze ans comme tout le monde à cette époque, jusqu’au certificat d’études. Après le certificat d’études, bon, mes parents m’envoyèrent à Aubin. À Aubin, il y avait un cours complémentaire comme ils l’appelaient. C’est là qu’ils formaient les ouvriers pour travailler ou à la mine ou à Decazeville, dans les usines, quoi. Ils faisaient des ajusteurs, des tourneurs, ils faisaient même l’électricité aussi. Il y avait trois ou quatre sections techniques. J’allai là, je passai le CAP et, avant de partir au régiment, je commençai à faire un an... Parce que j’eus le CAP à dix-huit ans et, juste avant le régiment, un an et demi, j’allai travailler à la Vieille-Montagne. Je ne savais pas quoi faire bon, j’allai à la Vieille-Montagne et c’est là que je me dégoûtai du travail d’usine. Mais alors...
“Ah... j’ai dit, mais je ne pourrai pas faire ma vie là, moi...”
Être toujours là, toujours surveillé par un contremaître. Un jour j’avais du travail en pagaille, ils t’en donnaient trop, tu ne pouvais pas le faire, tu te faisais engueuler et tu passais trois ou quatre jours sans rien faire ! Il fallait faire semblant de travailler !
“Non, non, dis-je, moi je ne pourrai pas tenir !”
Ensuite, le départ pour le régiment, et je tombai sur un régiment un peu bizarre : les compagnies sahariennes. Vous vous rendez compte : partir d’Auzits et aller là-bas au fond de l’Afrique dans le Sahara !
Et bon, il fallut y aller et j’y allai, et j’y fis quand même 30 mois, ça fait long, seulement une permission. Et là j’eus... Parce que, dans le Sahara, quand tu es dans le désert, tu as le temps de réfléchir et de dire :
“Mais quand tu vas rentrer, tu vas retourner à l’usine ?”
Je dis :
“Non, je ne peux pas !”
Je me mis à étudier.
J’ai dit :
“Bon, la nature me plaît...”
Je l’avais dit à des petites connaissances, un type d’ici... Le notaire d’Auzits qui était un type extra-fort qui m’initia au départ à greffer les rosiers, les arbres, un, l’autre, me parler des fleurs... Il s’y connaissait et puis ce n’était pas du tout un imbécile. Ça m’avait donné déjà des idées et ça me plaisait.
Je dis :
“Bon, écoute, si c’est comme ça, je vais essayer de voir.”
J’achetai des livres “Biologie végétale”. Alors premier cycle, deuxième cycle... Et, pendant le régiment, j’étudiai. Mais j’étudiai ça à fond. Et déjà, à force de faire, de comprendre... Tout seul ! Je n’avais personne pour m’enseigner. C’était un peu drôle.
Je rentre du régiment :
“Maintenant, où aller ?”
Parce que je commençais à savoir des choses mais pas... Il était impossible de se faire embaucher quelque part. Et alors je trouvai un copain à moi, Ricard il s’appelait, de Druelle, de Roumeguet, son oncle était frère. Il était frère des clercs de Saint-Viateur, ceux de là-bas, de Villefranche. Et moi, d’enseigner... Ça me plaisait d’enseigner.
Il me dit :
“Tu ne sais pas, si tu veux travailler eh bien les frères te prendront.
– Ah bon ? Oui mais moi je ne veux pas faire frère !
– Mais quand même, ils te prendront comme ça pour travailler.”
Eh bien bon, petit à petit je trouvai celui qui s’occupait de ça et j’allai chez les frères là-haut à Ceignac, il y avait une école. Il y avait justement une petite école d’agriculture mais c’était le cours post-scolaire agricole. Je commençai comme ça. Alors j’étudiais, moi, ça me plaisait, j’étudiais l’agriculture et je redisais ça. Il est bien vrai que les premières années ce n’était pas tout à fait... C’était un peu bringue-brangue mais comme c’était un travail... Bon, ça se faisait. Ce n’était pas trop... Bon.
Mais à force d’étudier, je finis par comprendre bien et je dis :
“Bon, je ne peux pas rester comme ça...”
Il fallait quelque chose d’officiel et j’allai deux fois pendant trois mois à l’école d’agriculture d’Ondes, à l’école nationale d’agriculture d’Ondes. Je passai le diplôme et j’obtins mon diplôme pour pouvoir enseigner au bas, tout à fait bas. Et voilà comment je me mis... j’entrai tout doucement dans l’agriculture.
Mais attention, quand j’allai chez les frères là-haut, comme je n’avais pas de diplômes, l’école n’était pas sous contrat, il n’y avait rien. Le directeur me dit :
“Ah, Monsieur Bourdoncle, je vais vous dire une chose, du travail, on vous en trouvera mais vous serez pas payé.”
Macarel ! Je passai dix ans sans paye, dis ! Dix ans. Ça me plaisait tellement.
“Mais vous serez nourri, logé, blanchi mais on n'a pas de sous.”
Et c'est vrai. C’était vrai. Il n’y avait que trois frères et moi, nous étions quatre. Il y avait soixante-quinze élèves. Il y avait un pensionnat de petits et le cours agricole.
Et voilà. Et ensuite elle passa sous contrat et j’eus une petite paye. Mais enfin, j’ai fait beaucoup de travail pour peu d’argent. Mais au moins... Là... À Viviez, à l’usine, je gagnais bien ma paye mais ça ne me plaisait pas. Là-haut, j’ai fait une vie professionnelle extra. C’était des vacances. C’était des vacances car je me souviens que, quand les vacances arrivaient :
“Ah mais c’est dommage, maintenant les enfants vont partir...”
C’est bizarre. Et quand je le disais aux collègues, ils me disaient :
“Mais tu es fou ! Il y a les vacances...
– Oui mais moi il me tarde de recommencer.”
C’est pour dire comment je me suis plu.
Et voilà comme ça j’ai pu continuer et, comme l’étude de la nature, l’étude de la nature, de la biologie, de l’agronomie, ce n’est pas de là là, ça ne finit pas. On peut en savoir un peu, mais on ne peut savoir... Tu n’arrêtes pas, tu apprends toujours. Ça fait que, si les premières années c’était tout à fait rudimentaire comme on dit, vers la fin, j’avais approfondi comme il faut et j’étais bien capable de faire un cours comme il faut et même, vers la fin, ça... Tu sais que j’en savais des choses ! Parce que toujours j’apprenais, toujours j’apprenais, toujours j’apprenais, toujours j’apprenais.
Et alors, pour apprendre plus, j’étais à Ceignac jusqu’à... Je pense douze ans, douze ou treize ans. Et ensuite, à Rignac, il y avait une école de filles. Comment appelaient-ils ça ? Une école... Cours ménager. Il y avait une cinquantaine de filles, il n’y avait aucun... Et le directeur, qui venait faire quelques cours à Ceignac, me dit :
“Écoute, tu ne sais pas, viens à Rignac, tu ne seras pas aussi loin de chez toi et nous allons monter une école pour les enfants. Bon, il y a les filles, nous gardons les filles mais enfin nous allons faire quelque chose d’agricole.”
Et c’est comme ça que je suis allé ici à Rignac et j’en ai profité, là, pour prendre une ferme pour pouvoir travailler la terre. Parce que faire mon travail d’agronomie, d’agriculture, disons, d’agriculture, seulement théorique ou seulement avec le tableau, tac, tac, tac... Tous les rendements tombaient juste et moi quand même ça me gênait, et je voulus prendre une ferme. L’école put louer une ferme là-haut à La Croix Longue, il y avait vingt-deux hectares, plats, jolis comme tout. Je pris ça sous ma responsabilité. Parce que... Sous ma responsabilité parce que je veux te dire que quand, au conseil d’administration, nous dîmes :
“Voilà, il nous faut prendre de la terre pour pouvoir travailler, pour les enfants...”
Le président ou je ne sais quoi... Ils regardèrent un peu... Et ils s’aperçurent que toutes les fermes qui étaient prises par les écoles : rendement zéro ou déficit. Toutes étaient en déficit, toutes. Alors ils dirent :
“Nous n’avons pas d’argent à mettre là. Non, non, nous ne pouvons pas.”
J’eus le culot de le prendre à mon compte. Ça fait que le bail ne fut pas au nom de l’école, Bourdoncle René, fermier. Mais il me fallait payer le loyer... Je me souviens, à cette époque, je payais un million de loyer chaque année, la moitié à Noël et l’autre moitié à la Saint-Jean, à la vieille, là, la vieille enfin, Madame Segonds qui était une brave femme. Et voilà.
Mais il me fallut acheter le matériel. Il y avait un vieux Zetor mais c’était une antiquité. Il me fallut acheter du matériel mais je n’avais pas un sou ! Et comment faire ? Et le Crédit... Tu sais comment fait le Crédit, si tu n’as pas quelque chose pour répondre, ça ne marche pas. Et quand même, les types du conseil d’administration, qui étaient des gros paysans de là tout autour, se portèrent caution. Mais pas plus ! Porter caution ça veut dire :
“Bon, nous garantissons mais c’est à toi de rendre.”
Et j’y arrivai. J’arrivai à travailler, à vendre les produits et à tout rembourser. Je n’y gagnai pas d’argent mais j’alignai. Et puis les enfants étaient contents comme ça parce qu’ils savaient que c’était à moi alors quand ils prenaient le tracteur, je disais :
“Je te prête ça, c’est à moi, dis, ce n’est pas à l’école !”
Alors ils y faisaient plus attention.
Là je fis du travail extra. Ils se plaisaient là.
Nous avions trois tracteurs et allez : un labourait, l’autre émottait, l’autre épandait l’engrais... Et allez !
Je les foutais... J’en prenais neuf chaque fois alors j’en foutais trois à chaque tracteur. Et chaque fois, à chaque tracteur, je mettais un dégourdi, un moyen et un faible. Ils étaient ensemble. Ça fait que ce n’était pas trop risqué. Le plus dégourdi faisait passer l’autre à conduire. Et voilà.
Et nous passâmes du bon temps ! Ah ! Et tu sais qu’ils étaient contents ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...