Mitat de Poleton

Collecté en 1996 Sur les Communes de Asprières, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

"Mitat de Poleton", "Mitat de Gal", "Mitat de Galhon" ou "Mièg-Polet" raconte l'histoire d'un coq usurpé qui va réclamer son dû à son débiteur. En chemin, il fait des rencontres qui lui seront précieuses.

Ce conte est classé AT 715 (Moitié de Coq) dans la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Dans la version de Paulette, c'est à la propriétaire (patrona) de Mitat de Poleton que le roi doit de l'argent.

Les formules de fin de conte soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

Ce joli conte est illustré par un film tourné en 1964 par André Andrieu au Mas de Combies sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULETTE MARMIESSE

née Delbosc en 1931 à Montredon (46).

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's Mitat de Poleton.
Mès cossí vau far per raconter aquò, ieu ?

Aquò se passava al temps dels reis, li aviá una paura femna que son òme èra mòrt al service del rei e lo rei li deviá de l'argent. Aquò se pagava, alèra a-n-aquel moment, en loís d'aur. Li'n deviá pas mal e les li voliá pas tornar.
Aquela paura femna pr'aquò n'aviá plan besonh… N'aviá plan besonh parce que aviá pas qu'una vaca, quauques lapins e quauques polets. Aviá una clocada de cotins. N'i aviá un dotze. N'i aviá tretze mès lo darrièr èra talament pichinèl que l'apelava Mitat de Poleton.
E alèra, aquela paura femna, un matin que les anava apasturar, se plorava, se plorava…
“Mon Diu, qué farai ieu ? Mon Diu qué farai ieu ? La vaca m'a crebat en vedelent. Ai pas de vedèl, ai pas de vaca… E lo rei que me deu de l'argent e que lo me vòl pas tornar ! E portant ai pas res per viure… Cossí farai ?”
E plorava.
Aquel cotinon qu'apelèm Mitat de Poleton aviá bon cur, lo paure, e se pensèt :
“Se ieu li anave, trobar lo rei ? Se ieu anave trobar lo rei e que li demandèsse l'argent, benlèu lo me donariá…”
Et allez, se decidèt. Parti(gu)èt.
Mès aviá de las cambas pichinèlas e arribèt lo ser qu'èra pas arribat.
Se trobèt dins un bòsc, di(gu)èt :
“Me cal ben trobar quicòm per m'arrucar, per passar la nuèt. Soi las, d'abòrd pòde pas pus marchar la nuèt. Me vau jaire.”
Te vegèt aquí un castanhièr, un fotral de castanhièr qu'èra cròi(g)ut. Dins aquela cròia, li aviá de las fuèlhas que s'èran rassembladas. Se metèt aquí dedins, s'amaguèt bien aquí dedins e passèt una bona nuèt.
Lo matin, a la poncha del jorn, çò que lo revelhèt, aquò's quicòm que li bufava per la figura.
Di(gu)èt :
“De qu'es aquò que me bufa dessús ?”
Se revelha. De qué te vei ? Lo rainald.
Lo rainald, quand lo vegèt tan pichinèl… D'abòrd, dejà, veniá de bien s'assadolar, el, alèra aviá pas apetit. Et puis, quand lo vegèt tan pichinèl, li di(gu)èt :
“Mès de qué fas aquí, paura bestiòta ? Que siás luènh de ta bassa-cort ! De qué fas aquí ?
– E ben me soi repausat que ai plan marchat tota la jornada, ai plan fat una bona nuèt.
– E cossí t'apèlas ?
– E ben m'apèle Mitat de Poleton.
– E end vas coma aquò, Mitat de Poleton ?
– Vau chal rei.
– Vas chal rei ?
– Oui.
– E de qué vas far chal rei ?
– E ben lo vau trobar parce que deu de l'argent a ma patrona e lo li vòl pas tornar. E ieu lo vau quèrre.
– E, çò fa lo rainald, mès se vas chal rei, me pòds pas prene ?
– A… si ben, se vòls. Si ben, se vòls, te pòde prene.
– E ben ten, allez, vene. E ben mès nos cal una formula…
– A… mès aurèm lèu fat, ten : Cric-crac, cric-crac, allez, dintra dins mon ventre e no'n anèm !”
Parce que, lo rainald, quand fa(gu)èt aquela formula, ten, venguèt pas pus bèl qu'un gran de blat. Alèra, lo cotin, avec lo bèc, l'atapèt.
Di(gu)èt :
“Allez, dintra dins mon ventre e no'n anèm !”
Tornèt partir, marchèt enquèra tota la jornada e lo ser arribèt. Alèra di(gu)èt :
“Enquèra me cal tornar arrestar aquesta nuèt.”
Alèra, aquí, li aviá un bartàs. Li aviá aquí dels eglantièrs, las rómecs, n'i aviá un brave briu que las avián pas copadas e, al fons, aquí, s'èran ramassat de las fuèlhas e tot aquò.
Mitat de Poleton di(gu)èt :
“Ten vau passar la nuèt aquí plan tranquille.”
Gratèt un bocin las fuèlhas e se ja(gu)èt aquí, amai dormi(gu)èt bien.
Lo matin, quicòm lo revelhèt parce que aquò gratava las fuèlhas.
Çò di(gu)èt :
“Ten, de qu'es aquò que… ?”
Èra jorn, èra un pauc jorn, alèra :
“De qu'es aquò que grata las fuèlhas ?”
E aquí te vegèt lo lop, lo lop que s'estonèt de veire aquela bestiòta, aquí, amagada aquí dins aquel bocin de fuèlhas.
Çò ditz :
“De qué fa aquela bestiòta tant luènh de la bassa-cort ?”
E, pardí, li demandèt :
“Qual sètz ?
– Soi Mitat de Poleton.
– A… Mitat de Poleton ! E end vas coma aquò ?”
E li di(gu)èt :
“Ten, vau chal rei que deu de l'argent a ma patrona e lo li vòl pas tornar. Ieu, lo vau cercar.
– E ben, se vas chal rei, pardí, te volriái ben demandar quicòm…
– E ben demanda… Demanda.
– Es que me prendriás pas ?
– A… si ben tant ! Si, si ! Mès atencion, ai dejà lo rainald.
– A… mès me fa pas res ! Soi copin amb el. Me fa pas res.
– E ben allez, anèm far una formula : Cric-crac, cric-crac…”
Allez, mon lop se trobèt a pus près coma un gran de civada.
Alèra lo polet, amb lo bèc, lo ramassa e li ditz :
“Dintra dins mon ventre, ten-te tranquille e partèm.”
E se'n tornèt.
A la mèja-jornada, apr'aquí, arribèt davant una ribièira. Aquò èra pas un riu, aquò èra una ribièira. Ten, mème m'es estat dit que aquò èra un bocin coma lo Lòt que passa aquí pas luènh de chas nautres.
Cossí voliatz qu'aquela bestiòta sautèssa ? Aviá pas d'alas pro bèlas per sautar, sabiá pas nadar… Li aviá una passièira mès li aviá talament d'ai(g)a que podiá pas sautar la passièira. Li aviá pas de pont.
Alèra èra aquí sul bòrd de l'ai(g)a que soscava cossí far e tot un còp, l'ai(g)a li di(gu)èt :
“Mès vòls passar de l'autre band, tu !
– E oui !
– E end vòls anar ?
– E ben vòle anar chal rei alai, que lo castèl es de l'autre band, e me cal ben passar…
– Vòls anar chal rei… E de qué vòls anar far chal rei ?
– Li vòle anar parce que deu de l'argent a ma patrona, lo li vòl pas tornar e ieu lo vau quèrre.
– E di(g)a, me prendriás pas ambe tu ?
– A… si ben, si ben. Si ben, se vòls te prendrai mès ai lo lop e lo rainald.
– A… mès me fa pas res, les coneisse. Venon beure sovent aquí, les coneisse. Me fa pas res.
– Et allez : Cric-crac, cric-crac…”
Tres gotas d'ai(g)a a pus près. Alèra lo cotin agèt lèu fat, t'avalèt aquò e po(gu)èt passar, l'ai(g)a èra partida.
Alèra contunhèt. A solicolc, aquí, a clausa de nuèt, arribèt davant lo castèl. Mès que, davant lo castèl, li aviá un grand portal et puis aquò èra gardat. E li aviá un pont-levís atanben.
Mès coquin… Èra pichinèl, se rescondèt un bocin et puis quand un tropèl de monde passèron, el passèt. Passèt e lo vegèron pas. Anèt en dusca dins lo castèl. Mème dins lo castèl, dintrèt. Arribèt a dintrar mès aprèssa, quand sia(gu)èt aquí, li aviá una granda pòrta, una polida pòrta.
Di(gu)èt :
“Aquí, lo rei deu èstre aquí. Mès cossí vau far per dintrar ?”
Parce que dintravan pas qu'un per un, aquí.
S'èra resdondut darrès un espèci de caissa, aquí, lo vesián pas non.
Di(gu)èt :
“Tanlèu que un dintrarà, ieu dintrarai.”
Z'o fa(gu)èt ben mès que lo vegèron…
Alèra l'autre tornèt barrar la pòrta vistament per pas lo daissar dintrar chal rei e li di(gu)èt :
“De qué fas aquí, tus ? Cossí diables siás arribat en dusca aquí ?
– E ben ai fat coma ai po(g)ut, me soi desbrolhat… Soi Mitat de Poleton, vos vau dire, e vòle veire lo rei !
– Vòls veire lo rei ?”
Apelèt maites copins qu'èran apr'aquí, apelèt mai monde e lor di(gu)èt :
“Di(g)atz, vòl anar veire lo rei, aquel d'aquí ! Quand mème… De qué li vòls al rei ?
– E ben li vòle demandar de l'argent parce que lo deu a ma patrona e lo li vòl pas tornar. E ieu lo vene quèrre !”
O… S'atapèron totes a rire… Mès ri(gu)èron talament fòrt que lo rei z'o entendèt e sorti(gu)èt.
Di(gu)èt :
“De qué se passa, aicí ?
– E ben se passa, tenètz sire, que aquel cotin, aquel Mitat de Poleton coma ditz, vos vòl parlar.
– Me vòl parlar ? Portaz-me aquò sus la taula, alai.”
Lo li portèron sus la taula. El se sie(gu)èt dins un fautulh… Aquò deviá èstre lo tròne qu'apèlan. Se sie(gu)èt aquí e lo metèt en fàcia.
Li di(gu)èt :
“De qu'es aquò que me vòls ?
– E ben devètz de l'argent a ma patrona, Unatala, e lo li volètz pas tornar, n'a plan besonh e ieu lo vene quèrre. Donatz-me l'argent e me'n tornarai.
– E quant li deve ?
– O…z'o sai pas…”
Alèra apelèt un tipe, lo rei, que anèt veire les libres de comptes. Li deviá, ieu pense, una vintena de loís d'aur. Aquò's enòrme, enòrme. Agèt pas enveja de lo li tornar, alèra di(gu)èt :
“Allez, atapatz-me aquò e fotètz-me aquò al polalhièr, aval, ambe las polas !”
L'atrapèron e lo fotèron al polalhièr. Mès que al polalhièr… Las polas sia(gu)èron pas tròp falsas mès li aviá un fotral de gal qu'aviá dels esperons pas possibles ! Li te volava dessús e, ambe lo bèc, lo picava. L'auriá ajut lèu tuat…
Solament Mitat de Poleton :
“Rainald, rainald, sòrs de dins mon ventre e tua-me tot aquò !”
Aquò sia(gu)èt lèu fat.
Mon rainald parti(gu)èt aprèssa, pardí.
Mès lo matin, quand venguèron apasturar e que vegèron aquel carnatge, èran pas contents, bien entendu. Aquela paura que veniá portar del gran, que vegèt… Durbi(gu)èt la pòrta, vegèt pas que Mitat de Poleton. Afolada, parti(gu)èt en brament e z'o anèt racontar al rei.
Lo rei li di(gu)èt :
“Mès es pas possible ! Aquela bestiòta m'a pas fat aquel torn ! Portaz-me aquò aicí !”
E lo li tornèron portar sus la taula coma avián fat d'abans, la velha.
E aquí lo rei li di(gu)èt :
“Creses pas qu'en pus… M'as tuat las polas, m'as fat tuar totas mas polas, creses pas que te vau donar enquèra l'argent ? Allez, allez, fotètz-me aquò ambe las fedas.”
E cap a l'estable de las fedas.
Quand sia(gu)èt ambe las fedas, li aviá dos motons. E vos dise pas cossí èran, aquelses arets ! T'avián las còrnas… Èran reviradas, las còrnas, aquò d'aquí rai, las còrnas li podián pas far mal, mès avián un cap tan dur ! Alèra lo perseguián dins l'estable, lo galopavan… El, se metiá ben contra la paret mès fasiá atencion parce que, l'aurián coençat contra la paret, lo tuavan.
“O… espera-te ! Lop, lop, sòrs de dins mon ventre e tua-me totas aquelas fedas !”
Aquò sia(gu)èt lèu fat. Aquò sia(gu)èt lèu balajat.
Mès a dètz a mèja, quand lo pastre venguèt per durbir a las fedas, que durbi(gu)èt l'estable e que vegèt aquel carnatge ! Alèra aquí, alèra aquò bramava ! E cap al rei, pardí, z'o racontar al rei.
“Mès es pas possible !, çò fa lo rei, aquela bestiòta m'a pas fat aquò ! Allez, portatz-me aquò aicí !”
Lo li tornan portar e, bien entendu, lo rei se metèt en colèra. Li aviá tuat las fedas, li aviá tuat las polas e li voliá enquèra que li tornèssa l'argent ?
Tot d'un còp di(gu)èt al tipe que l'aviá portat, li di(gu)èt :
“Mès sèm pas en trenh de far lo pan uèi ?
– A… si. Si, si, amai lo forn es plan cald. Va èstre prèste a enformar. La pasta es levada, ten, ieu pense que n'i a que començan dejà de portar las tortas.
– Bòn, bòn, bòn, bòn, çò fa lo rei. Allez, atapatz-me aquò e… dins lo forn ! Abans que siasque descantit, fotètz-me aquò dins lo forn !”
Mitat de Poleton, quand vegèt que l'anavan metre dins lo forn, se fasiá de missant sang. Amai se demandava plan se seriá pas brutlat abans de… Et puis, tot un còp, di(gu)èt :
“Allez, que me giten et puis allez !”
Lo gitèron e dejà las plumas començavan de li rostir. Mès :
“Ai(g)a, ai(g)a, sòrs de dins mon ventre e arrosa-me tot aquò !”
L'ai(g)a se metèt a rajar, el se metèt pel band, sus una pèira del forn, aquí, e lo monde que portavan las tortas… Aquela ai(g)a partiá, partiá… Tot aquò se'n anava per l'ai(g)a ! Li aviá las tortas ambe los palhassons que aquò se'n anava per l'ai(g)a ! Tot aquò que bramava !
Lo rei sòrt a la fenèstra, vei tota aquela ai(g)a que s'enfornava mème dins lo castèl, alèra comencèt d'ajure paur. Alèra di(gu)èt a un tipe :
“Vai me cercar una borsa ambe l'argent, donèm-lo li e que se'n fota lo camp ! E que nos prenga aquela ai(g)a !”
Parce que li demandèt, a Mitat de Poleton :
“Se te dòne l'argent, prendràs l'ai(g)a ?
– Oui, no'n tornarem totes dos.”
Li gitèt l'argent e… Cric-crac, cric-crac : mon ai(g)a se tornèt transformar en tres o quatre gotas e se'n anèron totes dos.
Quand arribèt d'ont l'ont èra la ribièira, li di(gu)èt :
“E ben te vau daissar aquí, quand serai passat, e ieu me'n vau portar l'argent a la patrona.”
Daissèt l'ai(g)a aquí e tornèt partir chas el.
Quand arribèt amont, èra plan content de donar aquel argent a la patrona e la patrona plan content de lo tornar veire, son Mitat de Poleton !

E ben voilà, mon conte es acabat !
Topinèl, topinon,
Ara anèm anar manjar un fo(g)asson ! »
Moitié de Poulétou
« C'est Moitié de Poulétou.
Mais comment vais-je faire pour raconter ça, moi ?

Ça se passait au temps des rois, il y avait une pauvre femme dont le mari était mort au service du roi et le roi lui devait de l'argent. Ça se payait, alors à ce moment-là, en louis d'or. Il lui en devait pas mal et il ne voulait pas les lui rendre.
Pourtant, cette pauvre femme en avait bien besoin… Elle en avait bien besoin parce qu'elle n'avait qu'une vache, quelques lapins et quelques poulets. Elle avait une couvée de poussins. Il y en avait douze. Il y en avait treize mais le dernier était si petit qu'elle l'appelait Moitié de Poulétou.
Et alors, cette pauvre femme, un matin alors qu'elle allait les nourrir, elle pleurait, elle pleurait…
“Mon Dieu, que vais-je faire, moi ? Mon Dieu, que vais-je faire, moi ? Ma vache est morte en vêlant. Je n'ai pas de veau, je n'ai pas de vache… Et le roi qui me doit de l'argent et qui ne veut pas me le rendre ! Pourtant je n'ai rien pour vivre… Comment vais-je faire ?”
Et elle pleurait.
Ce petit poussin que nous appelons Moitié de Poulétou avait bon cœur, le pauvre, et il pensa :
“Si moi j'y allais, trouver le roi ? Si moi j'allais trouver le roi et que je lui demande l'argent, peut-être qu'il me le donnerait…”
Et allez, il se décida. Il partit.
Mais il avait de petites jambes et il n'était pas arrivé quand le soir arriva.
Il se trouva dans un bois, il dit :
“Il faut bien que je me trouve quelque chose pour me protéger, pour passer la nuit. Je suis fatigué, d'abord je ne peux plus marcher de nuit. Je vais me coucher.”
Il te vit là un châtaignier, un énorme châtaignier qui était creux. Dans ce creux, il y avait des feuilles qui s'étaient rassemblées. Il se mit là-dedans, il se cacha bien là-dedans et passa une bonne nuit.
Le matin, à l'aube, ce qui le réveilla, c'est quelque chose qui lui soufflait à la figure.
Il dit :
“Qu'est-ce qui me souffle dessus ?”
Il se réveille. Que voit-il ? Le renard.
Le renard, quand il le vit si petit… D'abord, déjà, il venait de bien se rassasier, lui, alors il n'avait pas faim. Et puis, quand il le vit si petit, il lui dit :
“Mais que fais-tu là, pauvre petite bête ? Que tu es loin de ta basse-cour ! Que fais-tu là ?
– Eh bien je me suis reposé car j'ai bien marché toute la journée, j'ai bien fait une bonne nuit.
– Et comment t'appelles-tu ?
– Eh bien je m'appelle Moitié de Poulétou.
– Et où vas-tu comme ça, Moitié de Poulétou ?
– Je vais chez le roi.
– Tu vas chez le roi ?
– Oui.
– Et que vas-tu faire chez le roi ?
– Eh bien je vais le trouver parce qu'il doit de l'argent à ma patronne et il ne veut pas le lui rendre. Et moi je vais le chercher.
– Et, fit le renard, mais si tu vas chez le roi, ne peux-tu pas me prendre ?
– Ah… bien sûr, si tu veux. Bien sûr, si tu veux, je peux te prendre.
– Eh bien tiens, allez, je viens. Eh bien mais il nous faut une formule…
– Ah… mais nous aurons vite fait, tiens : Cric-crac, cric-crac, entre dans mon ventre et nous nous en allons !”
Parce que, le renard, quand il fit cette formule, tiens, il ne devint pas plus grand qu'un grain de blé. Alors, le poussin, avec le bec, il l'attrapa.
Il dit :
“Allez, entre dans mon ventre et nous nous en allons !”
Il repartit, il marcha encore toute la journée et le soir arriva. Alors il dit :
“Il faut encore que je m'arrête cette nuit.”
Alors là, il y avait une haie. Il y avait là des églantiers, les ronces, il y avait un moment qu'ils ne les avaient pas été coupées et, au fond, là, des feuilles et autres s'étaient amoncelés.
Moitié de Poulétou dit :
“Tiens je vais passer la nuit ici bien tranquille.”
Il gratta un peu les feuilles et se coucha là, il dormit même bien.
Le matin, quelque chose le réveilla parce que ça grattait les feuilles.
Il dit :
“Tiens, qu'est ce qui… ?”
Il faisait jour, il faisait un peu jour, alors :
“Qu'est-ce qui gratte les feuilles ?”
Et là il te vit le loup, le loup qui s'étonna de voir cette petite bête, là, cachée ici dans ce tas de feuilles.
Il dit :
“Que fait cette petite bête si loin de sa basse-cour ?”
Et, bien sûr, il lui demanda :
“Qui êtes-vous ?
– Je suis Moitié de Poulétou.
– Ah… Moitié de Poulétou ! Et où vas-tu comme ça ?”
Et il lui dit :
“Tiens, je vais chez le roi qui doit de l'argent à ma patronne et il ne veut pas le lui rendre. Moi, je vais le chercher.
– Eh bien, si tu vas chez le roi, évidemment, je voudrais bien te demander quelque chose…
– Eh bien demande… Demande.
– Ne me prendrais-tu pas ?
– Ah… bien évidemment ! Si, si ! Mais attention, j'ai déjà le renard.
– Ah… mais ça ne me fait rien ! Je suis copain avec lui. Ça ne me fait rien.
– Eh bien allez, nous allons faire la formule : Cric-crac, cric-crac…”
Allez, mon loup se retrouva à peu près comme un grain d'avoine.
Alors le poulet, avec le bec, le ramasse et dit :
“Entre dans mon ventre, tiens-toi tranquille et nous partons.”
Et il repartit.
À la mi-journée, par-là, il arriva devant une rivière. Ce n'était pas un ruisseau, c'était une rivière. Tiens, il m'a même été dit que c'était un peu comme le Lot qui passe là, pas loin de chez nous.
Comment vouliez-vous que cette petite bête saute ? Il n'avait pas d'ailes assez grandes pour sauter, il ne savait pas nager… Il y avait une chaussée mais il y avait tellement d'eau qu'il ne pouvait pas sauter la chaussée. Il n'y avait pas de pont.
Alors il était là sur le bord de l'eau, il cherchait comment faire et tout à coup, l'eau lui dit :
“Mais tu veux passer de l'autre côté, toi !
– Et oui !
– Et où veux-tu aller ?
– Eh bien je veux aller chez le roi là-bas, car son château est de l'autre côté, et il me faut bien passer…
– Tu veux aller chez le roi… Et que veux-tu aller faire chez le roi ?
– Je veux y aller parce qu'il doit de l'argent à ma patronne, il ne veut pas le lui rendre et moi je vais le chercher.
– Et dis, tu ne me prendrais pas avec toi ?
– Ah… bien sûr, bien sûr. Bien sûr, si tu veux je te prendrai mais j'ai le loup et le renard.
– Ah… mais ça ne me fait rien, je les connais. Ils viennent souvent boire ici, je les connais. Ça ne me fait rien.
– Et allez : Cric-crac, cric-crac…”
Trois gouttes d'eau à peu près. Alors le poussin eut vite fait, il t'avala tout ça et put passer, l'eau était partie.
Alors il continua. Au crépuscule, là, à la tombée de la nuit, il arriva devant le château. Mais, devant le château, il y avait un grand portail et puis c'était gardé. Et il y avait un pont-levis aussi.
Mais coquin… Il était tout petit, il se cacha un peu et puis quand beaucoup de gens passèrent, lui, il passa. Il passa et ils ne le virent pas. Il alla jusque dans le château. Il entra même dans le château. Il arriva à entrer mais après, quand il fut là, il y avait une grande porte, une belle porte.
Il dit :
“Là, le roi doit être ici. Mais comment vais-je faire pour entrer ?”
Car ils n'entraient qu'un par un, là.
Il s'était caché derrière une espèce de caisse, là, ils ne le voyaient pas.
Il dit :
“Dès qu'un entrera, moi je rentrerai.”
Il le fit bien mais ils le virent…
Alors l'autre referma la porte rapidement pour ne pas le laisser rentrer chez le roi et lui dit :
“Que fais-tu ici, toi ? Comment diable es-tu arrivé jusqu'ici ?
– Eh bien j'ai fait comme j'ai pu, je me suis débrouillé… Je suis Moitié de Poulétou, je vais vous dire, et je veux voir le roi !
– Tu veux voir le roi ?”
Il appela d'autres copains qui étaient par-là, il appela d'autres personnes et il leur dit :
“Dites, il veut aller voir le roi, celui-là ! Quand même… Que lui veux-tu au roi ?
– Eh bien je veux lui demander de l'argent parce qu'il le doit à ma patronne et il ne veut pas le lui rendre. Et moi je viens le chercher !”
Oh… Ils se mirent tous à rire… Mais ils rirent tellement fort que le roi l'entendit et sortit.
Il dit :
“Que se passe-t-il, ici ?
– Eh bien, il se passe, tenez sire, que ce poussin, ce Moitié de Poulétou comme il dit, veut vous parler.
– Il veut me parler ? Portez-moi ça sur la table, là-bas.”
Ils le lui apportèrent sur la table. Lui il s'assit dans un fauteuil… Ce devait être ce qu'ils appellent le trône. Il s'assit là et il le mit en face.
Il lui dit :
“Que me veux-tu ?
– Eh bien vous devez de l'argent à ma patronne, Unetelle, et vous ne voulez pas le lui rendre, elle en a bien besoin et moi je viens le chercher. Donnez-moi l'argent et je repartirai.
– Et combien lui dois-je ?
– Oh… je ne sais pas…”
Alors il appela un type, le roi, qui alla voir les libres de comptes. Il lui devait, je pense, une vingtaine de louis d'or. C'était énorme, énorme. Il n'eut pas envie de le lui rendre et il dit :
“Allez, attrapez-moi ça et foutez-moi çà au poulailler, là-bas, avec les poules !”
Ils l'attrapèrent et le mirent au poulailler. Mais, au poulailler… Les poules ne furent pas trop méchantes mais il y avait un énorme coq qui avait des ergots incroyables ! Il lui volait dessus et, avec le bec, il le frappait. Il l'aurait eu vite tué…
Seulement Moitié de Poulétou :
“Renard, renard, sors de dans mon ventre et tue-moi tout ça !”
Ce fut vite fait.
Mon renard partit après, bien sûr.
Mais le matin, quand ils vinrent donner à manger et qu'ils virent ce carnage, ils n'étaient pas contents, bien entendu. Cette pauvre femme qui venait apporter du grain, qui vit… Elle ouvrit la porte, elle ne vit que Moitié de Poulétou. Affolée, elle partit en criant et elle alla le raconter au roi.
Le roi lui dit :
“Mais ce n'est pas possible ! Cette petite bête ne m'a pas fait ce tour ! Apportez-moi ça ici !”
Et ils le lui apportèrent à nouveau sur la table comme ils avaient fait avant, la veille.
Et là le roi dit :
“Tu ne crois pas qu'en plus… Tu as tué mes poules, tu m'as fait tuer toutes mes poules, tu ne crois pas que je vais encore te donner de l'argent ? Allez, allez, foutez-moi ça avec les brebis !”
Direction l'étable des brebis.
Quand il fut avec les brebis, il y avait deux moutons. Et je ne vous dis pas comment ils étaient, ces béliers ! Ils t'avaient les cornes… Elles étaient retournées, les cornes, ça, ça n'a pas d'importance, les cornes ne pouvaient pas lui faire de mal, mais ils avaient une tête si dure ! Alors ils le poursuivaient dans l'étable, ils lui courraient après… Lui, il se mettait bien contre le mur mais il faisait attention parce que, s'ils l'avaient coincé contre le mur, ils le tuaient.
“Hou… attends ! Loup, loup, sors de dans mon ventre et tue-moi toutes ces brebis !”
Ce fut vite fait. Ce fut vite balayé.
Mais à dix heures et demi, quand le berger vint pour ouvrir aux brebis, qu'il ouvrit l'étable et qu'il vit ce carnage ! Alors là, alors ça criait ! Et direct chez le roi, évidemment, pour le raconter au roi.
“Mais ce n'est pas possible !, fait le roi, cette petite bête ne m'a pas fait ça ! Allez, apportez-moi ça ici !”
Ils le lui apportent à nouveau et, bien entendu, le roi se mit en colère. Il lui avait tué les brebis, il lui avait tué les poules et il voulait encore qu'il lui rende l'argent ?
Tout à coup, il dit au type qui l'avait apporté, il lui dit :
“Mais ne sommes-nous pas en train de faire le pain, aujourd'hui ?
– Ah… si. Si, si, et même le four est bien chaud. Il va être prêt à enfourner. La pâte est levée, tiens, je pense qu'il y en a qui commencent déjà à apporter les tourtes.
– Bon, bon, bon, bon, fait le roi. Allez, attrapez-moi ça et… dans le four ! Avant qu'il soit éteint, foutez-moi ça dans le four !”
Moitié de Poulétou, quand il vit qu'ils allaient le mettre dans le four, se faisait du mauvais sang. Et même il se demandait bien s'il ne serait pas brûlé avant de… Et puis, tout à coup, il dit :
“Allez, qu'ils me jettent et puis allez !”
Ils le jetèrent et déjà ses plumes commençaient à rôtir. Mais :
“Eau, eau, sors de dans mon ventre et arrose-moi tout ça !”
L'eau se mit à couler, lui il se mit sur le côté, sur une pierre du four, là, et les gens qui apportaient les tourtes… Cette eau partait, partait… Tout ça s'en allait à l'eau ! Il y avait les tourtes avec les corbeilles en paille qui s'en allaient à l'eau ! Tout ça qui criait !
Le roi sort à la fenêtre, il voit toute cette eau qui s'engouffrait même dans le château, alors il commença à avoir peur. Alors il dit à un type :
“Va me chercher une bourse avec l'argent, donnons-le-lui et qu'il foute le camp ! Et qu'il nous prenne cette eau !”
Parce qu'il lui demanda, à Moitié de Poulétou :
“Si je te donne l'argent, tu prendras l'eau ?
– Oui, nous repartirons tous deux.”
Il lui jeta l'argent et… Cric-crac, cric-crac : mon eau se retransforma en trois ou quatre gouttes et ils partirent tous deux.
Quand il arriva là où était la rivière, il dit :
“Eh bien je vais te laisser là, quand je serai passé, et moi je m'en vais porter l'argent à ma patronne.”
Il laissa l'eau là et repartit chez lui.
Quand il arriva là-haut, il était bien content de donner cet argent à sa patronne et sa patronne bien contente de le revoir, son Moitié de Poulétou !

Eh bien voilà, mon conte est achevé.
Toupinel, toupinou,
Maintenant nous allons aller manger un fouaçou ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...