Lo lop, la cabra e les cabridons

Collecté en 1996 Sur la Commune de Asprières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 123, selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

L'histoire se termine bien mais elle contient une morale implicite visant à donner une leçon de prudence aux enfants.

Les formules de fin de conte soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Paulette MARMIESSE

née Delbosc en 1931 à Montredon (46).

Transcription

Occitan
Français
« E ben aquò èra un òme qu'aviá un tropèl de cabras. Èran totas rossèlas, aquelas cabras, aquò èra de las alpinas, sans dobte. Dins lo tropèl, una annada, li se'n trobèt una de blanca, una blanca tot a fèt pichinèla. Aquò semblava una naine, presque.
Ma foi, un jorn que gardava, la te daissèt defòra, la volguèt pas tornar menar a l'estable parce que las autras fasián pas que la trucar. Aquela cabra demorèt pel bòsc.
De temps en temps, vesiá dels tropèls aquí en fàcia e, sabètz ben, quand sia(gu)èt un bocin bèla, pardí, s'aturèt d'un boc.
Se di(gu)èt :
“Quand mème, quand aurai les pichinèlses, me cal ben assajar de far una cabaneta.”
Li aviá de caçaires qu'èran venguts caçar la palomba e que te'n avián fach dejà un brave tròç, aquí. Alèra se metèt aquí. Fa(gu)èt una pòrta e èra bien tranquilla aquí, amai agèt les cabridons. E mème n'agèt un tropèl, n'agèt sèt, qu'aquò's tot a fèt rare.
Les daissava dedins e lor recomandava :
“Sustot sorti(gu)èssetz pas quand soi pas aquí parce que i a lo lop que vos a sentits e, sabètz, se li durbètz la pòrta, vos aurà lèu manjats. Alèra, demoratz dedins. E mème, vos vau dire quicòm mai. Quand arribarai, tustarai e puèi dirai : Vos pòrti le despartin, soi la mamà que vos pòrta lo despartin. Mès durbiretz pas ! Durbiretz pas ! I a un trauquet per la pòrta e diretz : Fasètz-me veire la pata ! E se la pata es pas blanca, aquò's pas ieu. Alèra durbi(gu)èssetz pas.”
E, en efet, un après-dinnar, quand sia(gu)èt partida cercar per lor donar a manjar, lo lop, que n'i aviá un briu que velhava aquí darrès un aure, di(gu)èt :
“Aquò's lo moment, ara son prèstes a manjar, allez, me cal anar veire se ne pòdi far un bon despartin !”
Va tustar a la pòrta e les cabridons, pardí, dison :
“Qual es aquò ?”
Lo lop se pensèt :
“Me cal imitar la mamà : Aquò's la vòstra mamà que vos pòrta lo despartin ! Durbètz-me !”
Mès les cabridons se rapelèron çò qu'aviá dich la mamà.
Di(gu)èron :
“Fasètz veire la pata… Passatz la pata pel trauc de la pòrta, veire cossí es vòstra pata.”
L'autre passa la pata, èra tota negra, pensatz-vos que les cabridons durbi(gu)èron pas !
Alèra lo lop tornèt partir coma èra vengut mès s'anèt sièire jos un aure, pièi di(gu)èt :
“Me cal reflechir. Ara que son prèstes, les volriái ben plan manjar, ieu… Ne volriá ben far un despartin d'aquelses cabridons. Veire… Cossí poiriái far aquò ?”
T'agachèt pel camin, aval, tot d'un còp passèt lo molinièr qu'anava portar de la farina al bolangièr, pardí. Li venguèt una idèia ! Di(gu)èt :
“Espèra-te, quand lo molinièr serà partit portar sa farina, ieu anarai dins lo molin e ne trobarai ben un bocin per me passar a la pata.”
E z'o fa(gu)èt. Z'o fa(gu)èt, aquò.
Dos o tres jorns aprèssa, vegèt que lo molinièr montava, alèra, el, se va dins lo molin, al fons d'una caissa, te vei de la farina e li te passa la pata, aquí. Assaja de far téner la farina mès aquò voliá pas téner.
Di(gu)èt :
“Mès aquò's pas aquò, calriá ben qu'aquela farina tenguèssa… Cossí vau far ?”
Alèra se pensèt :
“Se trempavi la pata dins l'ai(g)a, que prenguèssi de la farina dins un tròç de boèta, apr'aquí, e la pata trempa, la passarai al moment e, quand passarai ma pata, aquò tendrà, serà blanca.”
Aquò's çò que fa(gu)èt. Prenguèt un bocin de farina e se'n anèt.
Quand arribèt a la cabana, amont, tustèt. Mès, abans de tustar, trempèt sa pata, metèt la farina, la fa(gu)èt bien colar contra la pata e, quand les cabridons di(gu)èron :
“Qual es aquò ?”
El, respondèt :
“Aquò's vòstra mamà que vos pòrta lo despartin ! Podètz me durbir !
– Fasètz veire la pata…”
Passèt la pata. Aquò semblava… Èra blanca. Aquò semblava tot a fèt la pata de la cabra, presque…
Durbi(gu)èron.
A… e vos disi pas… Vos disi pas, quand aquel lop dintrèt aquí dedins. Lo prumièr qu'atapèt, pardí, l'agèt lèu crocat. Lo croquèt pas, mème, l'engolèt. Fa(gu)èt talament viste que les engolava. E n'i a que se recondèron. N'i aviá un qu'èra pichinèl, passèt al pè de la pendula. Li aviá la pendula, aquí. Alèra durbi(gu)èt la pendula e sauta dins la pendula. Tombèt al fons de la pendula e la pòrta se tornèt barrar sus el. N'i aviá que s'èran resconduts sul lièch, maites jol lièch mès les trobèt totes. Les trobèt totes, aquela sala bèstia ! E les engolèt totes !
“Mès que, se pensèt, li a un moment que galòpi, aquí, ara soi un pauc sadol, n'i a pas ges de plus.”
Fa(gu)èt lo torn, ne vegèt pas plusses e fotèt lo camp.
Quand la cabra arribèt, que vegèt que la pòrta èra dubèrta, comprenguèt tot de suita, la paura bestiòta… Dintrèt dins l'ostal, tot èra aquò virat dessús-dejós, li aviá pas res plus, se sie(gu)èt sus una cadièra, di(gu)èt :
“Mon Diu ! M'a manjat totes les cabrits, aquela sala bèstia ! M'a tot manjat ! Pourtant z'o lor aviái dich… Z'o lor aviái dich de pas durbir la pòrta. Cossí a fach ? A ben trobat una rusa, es talament rusat, aquela bèstia. Les m'a totes manjats.”
E plorava, plorava… Plorava talament qu'entendiá pas que quauqu'un fasiá :
“Mamà, mamanon, mamaneta…”
L'entendiá pas non.
M'enfin, al cap d'un moment, l'entendèt.
“Oooo… Ten, n'i a un ! N'i a un qu'es demorat. End es ? End siás, paure pichon ?
– Soi dins la pendula.
– Siás dins la pendula ?
– Oui, soi dins la pendula ! Durbètz-me mamanon, durbètz-me, soi dins la pendula. La pòrta s'es barrada e pòdi pas tornar sortir.”
E bien se(g)ur, lo sorti(gu)èt e li di(gu)èt :
“De qué s'es passat ?”
Z'o li racontèt.
E li di(gu)èt :
“N'i a un briu ?
– A… non ! N'i a pas un briu, ven pas que de partir !
– Escota, despachem-nos… E sabes pas ont es anat ?
– Ai entendut que disiá : Soi sadol ara, ten, me vau anar jaire aval jos l'aure, jos aquel garric aval, al pè de l'ai(g)a. Beurai s'ai set e m'endormirai.
Deu èstre anat aval !
– Aquò's pas plan luènh, çò ditz, prenèm una agulha, un cisèu e un bocin de ficèla. E despachem-nos !”
E parti(gu)èron totes dos.
Quand arribèron aval, pas luènh d'aquel garric, un fotral de garric, aquí, qu'èra al bòrd de l'ai(g)a, lo vegèron, lo lop. Èra talament sadol que roncava, dormiá !
Çò ditz la cabreta :
“Allez, despachem-nos ! Passa-me lo cisèu, un fil a l'agulha, ieu t'i vau far una trapa, aquí, z'o sentirà pas, dòrm talament solide !”
Et allez, ambe lo cisèu : crac-crac ! Te durbi(gu)èt lo ventre del lop. Les cabridons, que les aviá pas vidats, les aviá engolats talement qu'aviá fach vite, tot aquò tornèt sortir.
“Allez, despachem-nos ! Mès, çò ditz la cabra, quand mème, quand se revelhavarà, que s'entracharà que a lo ventre tot plati… Li anem fotre de las pèiras ! Despachatz-vos ! Anatz me quèrre quauquas pèiras. Li anèm remplir lo ventre de pèiras.”
Et allez, t'anèron ramassar quatre o cinc pèiras, o sèt o uèch, sai pas, e las te metèron aquí dins lo ventre del lop. Ela, tornèt cóser e s'anèron recondre un bocin pus naut, amont, darrès un bartàs.
Li aviá pas plan temps qu'èran amont que lo lop se revelhèt.
“Ooooo… qu'aquò me pesa ! Aquelses cabrits, les ai manjats tròp viste… Oi… que l'estomac me fa mal… Ooooo… Ten, me cal anar beure. Me cal anar beure, benlèu aquò me passarà.”
Alèra, anèt al bòrd de l'ai(g)a, mès caliá que se penchèssa per beure un bocin. Quand se penchèt, aquelas pèiras venguèron a l'avant e pof !, mon lop dins l'ai(g)a. Se'n anèt dins l'ai(g)a. Mès que podiá pas sortir parce que las pèiras pesavan tròp. Alèra las pèiras l'entrainèron, a fòrça de far, al fons de l'ai(g)a. E mon lop, allez… ne(g)at.
Pensatz ! La cabra e les cabridons s'atapèron per la man e te fa(gu)èron una ronda amont. Èran contents ! Èran contents !

E ben voilà, mon conte es acabat.
Topinèl, topinon,
Ara avèm pas qu'a anar manjar un fo(g)asson ! »
Le loup, la chèvre et les chevreaux
« En bien c'était un homme qui avait un troupeau de chèvres. Elles étaient rousses, ces chèvres, c'était des alpines, sans doute. Dans le troupeau, une année, s'y trouva une chèvre blanche, une blanche tout à fait petite. Ça ressemblait à une naine, presque.
Ma foi, un jour où il gardait, il la laissa dehors, il ne voulut pas la reprendre à l'étable parce que les autres ne faisaient que lui donner des coups de tête. Cette chèvre resta dans le bois.
De temps en temps, elle voyait des troupeaux là en face et, vous savez bien, quand elle fut un peu grande, évidemment, elle se rapprocha d'un bouc.
Elle se dit :
“Quand même, quand j'aurai mes petits, il me faut bien essayer de faire une petite cabane.”
Il y avait des chasseurs qui étaient venus chasser la palombe et ils en avaient déjà fait un morceau, là. Alors elle se mit là. Elle fit une porte et elle était bien tranquille là, elle y eut même ses chevreaux. Elle en eut même un troupeau, elle en eut sept, ce qui est tout à fait rare.
Elle les laissait dedans et elle leur recommandait :
“Surtout ne sortez pas quand je ne suis pas là car le loup vos a sentis et, vous savez, si vous lui ouvrez la porte, il vous aura vite mangés. Alors, restez dedans. Et même, je vais vous dire autre chose. Quand j'arriverai, je frapperai et puis je dirai : Je vous porte le repas, je suis maman qui vous porte le repas. Mais vous n'ouvrirez pas ! Vous n'ouvrirez pas ! Il y a un petit trou dans la porte et vous direz : Faites-moi voir la patte ! Et si la patte n'est pas blanche, ce n'est pas moi. Alors n'ouvrez pas.”
Et, en effet, un après-midi quand elle fut partie pour aller chercher de quoi leur donner à manger, le loup, qui veillait depuis longtemps là, derrière un arbre, dit :
“C'est le moment, maintenant ils sont prêts à manger, allez, il me faut aller voir si je peux en faire un bon repas !”
Il va frapper à la porte et les chevreaux, évidemment, disent :
“Qui c'est ?”
Le loup pensa :
“Il me faut imiter la maman : C'est votre maman qui vous porte le repas ! Ouvrez-moi !”
Mais les chevreaux se rappelèrent ce qu'avait dit la maman.
Ils dirent :
“Faites voir la patte… Passez la patte dans le trou de la porte, pour voir comment est votre patte.”
L'autre passe la patte, elle était toute noire, vous pensez bien que les chevreaux n'ouvrirent pas !
Alors le loup repartit comme il était venu mais il alla s'asseoir sous un arbre, puis il dit :
“Il me faut réfléchir. Maintenant qu'ils sont prêts, je voudrais bien les manger, moi… Je voudrais bien en faire un repas de ces chevreaux. À voir… Comment pourrais-je faire cela ?”
Il regarda vers le chemin, là-bas, tout à coup passa le meunier qui allait porter de la farine au boulanger, évidemment. Il lui vint une idée ! Il dit :
“Attends, quand le meunier sera parti apporter sa farine, moi j'irai dans le moulin et j'en trouverai bien un peu pour me la passer sur la patte.”
Et il le fit. Il fit cela.
Deux ou trois jours après, il vit que le meunier montait, alors, lui, il va dans le moulin, au fond d'une caisse, il te voit de la farine et il t'y passe la patte, là. Il essaye de faire tenir la farine mais ça ne voulait pas tenir.
Il dit :
“Mais ce n'est pas le tout, il faudrait bien que cette farine tienne… Comment vais-je faire ?”
Alors il pensa :
“Si je trempais la patte dans l'eau, que je prenne de la farine dans un bout de boite, par-là, et la patte mouillée, je la passerai dans la farine le moment venu et, quand je passerai la patte, ça tiendra, elle sera blanche.”
C'est ce qu'il fit. Il prit un peu de farine et s'en alla.
Quand il arriva à la cabane, là-haut, il frappa. Mais, avant de frapper, il trempa sa patte, mit la farine, il la fit bien coller contre la patte et quand les chevreaux dirent :
“Qui c'est ?”
Lui, il répondit :
“C'est votre maman qui vous porte le repas ! Vous pouvez m'ouvrir !
– Faites voir la patte…”
Il passa la patte. Cela ressemblait… Elle était blanche. Ça ressemblait tout à fait à la patte de la chèvre, presque…
Ils ouvrirent.
Oh… je ne vous dis pas… Je ne vous dis pas, quand ce loup entra là-dedans. Le premier qu'il attrapa, évidemment, il l'eut vite croqué. Il ne le croqua pas, même, il l'avala. Il fit tellement vite qu'il les avalait. Certains se cachèrent. Il y en avait un qui était petit, il passa près de la pendule. Il y avait la pendule, là. Alors il ouvrit la pendule et saute dans la pendule. Il tomba au fond de la pendule et la porte se referma sur lui. Certains s'étaient cachés sur le lit, d'autres sous le lit mais il les trouva tous. Il les trouva tous, cette salle bête ! Et il les avala tous !
“Mais, il pensa, il y a un moment que je galope, là, maintenant je suis un peu repu, il n'y en a plus aucun.”
Il fit le tour, il n'en vit plus et il partit.
Quand la chèvre arriva, qu'elle vit que la porte était ouverte, elle comprit tout de suite, la pauvre petite bête… Elle rentra dans la maison, tout était renversé, il n'y avait plus rien, elle s'assit sur une chaise, elle dit :
“Mon Dieu ! Il m'a mangé tous les chevreaux, cette salle bête ! Il m'a tout mangé ! Pourtant je le leur avais dit… Je le leur avais dit de ne pas ouvrir la porte. Comment a-t-il fait ? Il a bien trouvé une ruse, il est tellement rusé, cette bête ! Il me les a tous mangés !”
Et elle pleurait, elle pleurait… Elle pleurait tellement qu'elle n'entendait pas que quelqu'un faisait :
“Maman, mamanou, mamanette…”
Elle ne l'entendait pas.
Mais enfin, au bout d'un moment, elle l'entendit.
“Hou… Tiens, il y en a un ! Il y en a un qui est resté. Où est-il ? Où es-tu, pauvre petit ?
– Je suis dans la pendule.
– Tu es dans la pendule ?
– Oui, je suis dans la pendule ! Ouvrez-moi mamanou, ouvrez-moi, je suis dans la pendule. La porte s'est fermée et je ne peux pas ressortir.”
Et bien sûr, elle le sortit et lui dit :
“Que s'est-il passé ?”
Il le lui raconta.
Et elle lui dit :
“Il y a longtemps ?
– Oh… non ! Il n'y a pas longtemps, il vient juste de partir !
– Écoute, dépêchons-nous… Et tu ne sais pas où il est allé ?
– J'ai entendu qu'il disait : Je suis repu maintenant, tiens, je vais aller me coucher, là-bas, sous l'arbre, sous ce chêne là-bas, près de l'eau. Je boirai si j'ai soif et je m'endormirai.
Il doit être allé là-bas !
– Ce n'est pas très loin, dit-elle, prenons une aiguille, un ciseau et un peu de ficelle. Et dépêchons-nous !”
Et ils partirent tous deux.
Quand ils arrivèrent là-bas, pas loin de ce chêne, un énorme chêne, là, qui était au bord de l'eau, ils le virent, le loup. Il était tellement repu qu'il ronflait, il dormait !
La petite chèvre dit :
“Allez, dépêchons-nous ! Passe-moi le ciseau, un fil à l'aiguille, moi je vais t'y faire une trappe, là, il ne le sentira pas, il dort tellement profondément !”
Et allez, avec le ciseau : crac-crac ! Elle t'ouvrit le ventre du loup. Les chevreaux, qu'il n'avait pas éventrés, il les avait avalés tellement il avait fait vite, tout cela ressortit.
“Allez, dépêchons-nous ! Mais, dit la chèvre, quand même, quand il se réveillera, qu'il s'apercevra qu'il a le ventre tout plat… Nous allons y mettre des pierres ! Dépêchez-vous ! Allez me chercher quelques pierres. Nous allons y remplir le ventre de pierres.”
Et allez, ils allèrent ramasser quatre ou cinq pierres, ou sept ou huit, je ne sais pas, et ils les mirent là dans le ventre du loup. Elle, elle recousit et ils allèrent se cacher un peu plus haut, derrière une haie.
Il y avait peu de temps qu'ils étaient là-haut quand le loup se réveilla.
“Hou… que ça me pèse ! Ces chevreaux, je les ai mangés trop vite ! Ouille… que l'estomac me fait mal… Hou… Tiens, il me faut aller boire. Il me faut aller boire, peut-être que cela me passera.”
Alors, il alla au bord de l'eau, mais il fallait qu'il se penche pour boire un peu. Quand il se pencha, ces pierres vinrent vers l'avant et pouf !, mon loup dans l'eau. Il s'en alla dans l'eau. Mais il ne pouvait pas sortir car les pierres pesaient trop. Alors les pierres l'entraînèrent, à force de faire, au fond de l'eau. Et mon loup, allez… noyé.
Pensez-vous ! La chèvre et les chevreaux se prirent par la main et te firent une ronde là-haut. Ils étaient contents ! Ils étaient contents !

Eh bien voilà, mon conte est achevé.
Toupinel, toupinou,
Maintenant nous n'avons plus qu'à aller manger un fouaçou. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...