Las tres auquetas

Collecté en 1996 Sur les Communes de Asprières, Ste-Croix, Villeneuve-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 124 (le loup et les trois animaux dans leurs petites maisons), selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

Il s'agit de l'équivalent occitan des "Trois petits cochons", conte universel rendu célèbre par les studios Disney en 1933 (version édulcorée car le loup ne dévore pas les frères aînés et ne meurt pas ébouillanté).

Dans la version de Paulette, le prédateur n'est pas le loup (lop) mais le renard (rainald).

Dans ce conte, l'objectif est de récompenser le sérieux, la capacité d'anticipation et le courage dans l'adversité.

D'autres versions occitanes de ce conte mettent en scène trois porcelets (tres porcelons) ou trois petites poules (tres poletas).

Comme dans de nombreux contes, le plus fragile des protagonistes se révèle être le plus malin.

Ce conte est illustré par un film tourné en 1972 par André Andrieu à La Glassade sur la commune de Sainte-Croix et au Mas de Combies sur la commune de Villeneuve.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULETTE MARMIESSE

née Delbosc en 1931 à Montredon (46).

Transcription

Occitan
Français
« Di(gu)èt :
“Ten, se me crompave quauquas auquetas, aquí, las embucariái e puèi fariam quauques quartièrs.”
Mès s'entrachèt qu'aquò èra la fin del mercat alèra ne'n demorava pas plansas. Li aviá una femna vièlha, aquí, que n'i aviá tres que demoravan. Mès èran pas totas parelhas. Li'n demorava tres : n'i aviá una de bèla, una de moièna e n'i aviá una de pichinèla, tot a fèt pichinèla. Èra plan desgordida, aviá l'uèlh plan revelhat. Alèra, coma li fa(gu)èt un prètz, las prenguèt.
Quand arribèt chas ela, pardí, las te metèt pel codèrc e anèt far lo dinnar. Aprèssa, quand tornèt, que anèt per l'òrt, aquí, te trobèt de la salada, dels cauls, lor t'i gitava un bocin de salada e un bocin de caul. Mès sabètz cossí son las auquetas ! Quand anatz amb elas, vòlon totjorn demorar ambe vautres. Se partètz, vos segon. Se languisson, se languisson. S'entrachèt ben qu'aquelas auquetas languissián e, un jorn, agèt una idèia. Di(gu)èt :
“Ten, l'òme a legit lo jornal, aquí, ara, l'après-dinnar languisson, lor te vau portar lo jornal.”
Copèt tres fuèlhas e lor donèt una fuèlha a caduna.
Se metèron aquí, aquelas auquetas, a se sièire sul jornal e fasián coma se legissián. Legissián pas m'enfin passavan lo temps.
Passavan lo temps. Aquò durèt un bocin. Al cap d'una oreta, n'agèron un sadol. Alèra te plegan aquela fuèlha jos l'ala, aquí, e se'n van. Mès la bèla tornejava al torn de l'òrt… del codèrc. Pas de l'òrt, qu'èra pas per l'òrt parce que auriá fat de degats, mès pel codèrc tornejava e, pel bartàs, trobèt un trauc. Di(gu)èt :
“Benlèu aquò es pus interessent de l'autre band.”
Alèra passèt, e las autras doas darrièr, pardí.
Passèron. Passèron sus la rota, sul camins e, aprèssa, la cleda del prat, dejós, èra dubèrta. Li aviá pas de bestial. Allez ! S'enfilèron pel prat. S'enfilèron pel prat mès que davalèron, davalèron, davalèron e davalèron dins lo bòsc.
Quand sia(gu)èron dins lo bòsc, anava èstre nuèt. E cossí voliatz qu'aquelas tres bestiòtas tornèsson montar ? Aquò èra tròp tard. En plus que vos vau dire de que fa(gu)èron, aquelas coquinas ! Quand sia(gu)èron pel bòsc, aval, li aviá lo riu que davalava, aval, li aviá una i(g)a, li aviá lo riu. Li aviá un pachac, aquí, d'ai(g)a, que èra arrestada aquí un bocin. De qué fa(gu)èron ? Pausèron lo jornal sul bòrd, se fotèron per l'ai(g)a e s'amusèron.
Donc lo temps passava. Èra mai que solicolc quand tornèron sortir, èra mème nuèt. S'entrachèron que, per tornar amont, aquò èra pas possible… Mès avián entendut parlar del lop. Pas del lop… Lo lop, aquò èra pas plan grave, mès lo rainald ! Lo rainald, que li aviá una cròsa, aval, aviá fat una cròsa. Z'o sabián que, dins lo bòsc alai, li aviá una cròsa que, la nuèt, sortiá. Sortiá pas plan que la nuèt parce que li aviá de cans dins lo vilatge e n'aviá paur. Sortiá quand les cans èran al lièt. Sul còp de mèjanuèt, que les cans èran per la palha e que lo monde èran al lièt, el sortiá. Se trobava pas res pel… De còps trobava dels lapins. Sabètz, quand es la plena luna, aquí, avètz ben entendut dire que les lapins fan una ronda e s'amusan, la nuèt. De còps, el, se rescondiá darrès un bartàs e lor sautava dessús, sus quauqu'unses. Mès aquò èra pas totjorn fèsta alèra de còps caliá que montèssa dins lo vilatge. Tachava moièn de li montar pro tard.
Alèra disèm que las auquetas avián enquèra un bocin de temps d'abans elas per se far un arrucador. De qué far ? Cossí far ?
Alèra, la pus bèla di(gu)èt :
“Allez, ieu, li a un lenhièr, aquí, que li an daissat del boès, me vau far un bocin de cabaneta, ajudatz-me !”
Totas li ajudèron. Fa(gu)èron la cabaneta.
Quand vegèt que li podiá claure, di(gu)èt :
“Aquò va ! Soi bien. Vau metre lo jornal davant, aquò me farà la pòrta.”
Mès tornèt pas sortir. Demorèt aquí dedins. Se trobèron pas que doas per far l'autra cabaneta. Mès enfin la pichinèla li ajudèt a l'autra. Fa(gu)èron parelh. Fa(gu)èron una cabaneta, pas tot a fèt tan bèla, avián pas besonh de la far tan bèla, agèron pus lèu fat, e metèron lo jornal davant per far la pòrta.
Mès la pichinèla, degús li volguèt pas ajudar… Demorèron plan las autras dins lor cabaneta mès sorti(gu)èron pas per li ajudar. E se fasiá tard, dejà. Cossí far ?
Reflechi(gu)èt, reflechi(gu)èt…
“Ieu soi pas capabla de tri(g)ossar las barras tota sola… Cossí vau far aquò ? Ten li a un ròc, aquí…”
Li aviá un bocin de pèira que despassava, aquí, di(gu)èt :
“Se podiái far venir una pèira d'un band, una pèira de l'autre e far…”
Mès cossí far ? M'enfin, li arribèt, en possent ambe las patonas, li arribèt e, juste pila, s'anèt metre contra la que despassava. De l'autre band, fa(gu)èt parelh, arribèt a far davalar l'autra. Per far la pòrta, sabiá pas cossí far… Lo jornal… E puèi aviá pas res dessús ela. Èra pas acaptada, aquò èra tres pèiras una contra l'autra. Alèra ne vegèt una amont, un bocin de ròc que èra pus bèl que los autres, di(gu)èt :
“Cossí vau far per lo far davalar ? Se lo podiái far davalar aicí contra, aquò me fariá un bocin de pòrta.”
Èra coquina, vos di(gu)ère ben, èra plan coquinòta, aquela bestiòta. Alèra, amb un tròç de boès, fa(gu)èt coma un alús qu'òm apèla, aquí, passèt jos la pèira e la fa(gu)èt rotlar. Allez, paf !, s'anèt plantar aquí dessús. Alèra ela fa(gu)èt pas que sautar dedins. Di(gu)èt :
“Vau metre lo jornal dessús, tot simplament, aquò m'acaptarà.”
E plan que fa(gu)èt.
Las autras dormián dejà e, ela, enquèra dormiá pas. M'enfin, se metèt aquí, se repausava quand entendèt que quicòm montava pel bòsc, aquí, per las fuèlhas, que quicòm marchava per las fuèlhas… Di(gu)èt :
“Pourvu qu'aquò siasque pas lo rainald… Pourvu qu'aquò siasque pas lo rainald…”
E se trompava pas… Aquò èra lo rainald.
Lo rainald arriba aquí, sent :
“Mon Diu, mès aquò sent ben bon, aicí, dins aquel coet ! Pas possible ! Aquò sent las aucas ! Mès aquò's pas vertat ! Li a pas d'aucas per aquel bòsc…”
E en mai montava, en mai las sentiá. E mème arribèt davant la cabana de la bèla e alèra aquí aquò sentiá bon per el ! Çò ditz :
“Sente que li a quicòm aquí dedins !”
L'autra se revelhèt en sursaut, di(gu)èt :
“Li a pas degús ! Li a pas degús !
– A ! A ! Li a pas degús !”
Ten, cric-crac per aquel papièr, t'agèt lèu manjat la premièira auca…
Mès que se virèt pel band, vegèt que li aviá un autre niu parelh. Di(gu)èt :
“Aquí n'i a una autra !”
La pichinèla las entendiá mès ausava pas sortir…
Ço ditz :
“Aquò's lo rainald, nos manjarà totas… Mès cossí volètz que lor pòrte secors ?”
Talament que l'autra… T'agèt lèu fat. Cric-crac, cric-crac…
Ai òublidat de vos dire una causa, al debut, que me cal vos dire, quand mème…
Aquela auqueta… Sabètz cossí fan las auquetas ? Quand son per la cort, tot çò que veson, z'o atrapan e rap !, z'o gitan sus l'esquina. E ela, s'èra ben trempada dins l'ai(g)a mès sabiá pas far… Sabètz cossí fan, las aucas ? Meton lo cap dins l'ai(g)a e quilhan lo cuol en l'èr. Ela z'o sabiá pas far, èra talament pichona que z'o sabiá pas far… Donc s'èra pas trempada que lo ventre. Aquò's per aquò que di(gu)èt :
“De qué pòde far, ieu, per que lo rainald me mange pas ? Ai pas que del papièr… Cossí volètz que me defende amb un bocin de papièr ?”
Cerquèt ambe lo bèc per las plumas. Sabètz pas de qué trobèt ? Una alumeta. Una alumeta que s'èra pas trempada, èra tota seca enquèra. Èra d'aquelas alumetas que, quand las frotatz pel solièr o mème per un mur, o mème per n'importa ont, s'alucan pertot.
Quand lo rainald arribèt per la manjar, pensatz que aviá mème pas besonh d'esquiçar lo papièr, li èra pas lo papièr, aviá pas qu'a penchar lo nas e…
Mès que, coquina coma èra, ela, fretèt son alumeta contra la pèira e fotèt fuòc al papièr. Quand lo rainald se penchèt, allez òp !, lo te flambèt !
Mès que, l'autre, la barba li brutlava, tot lo brutlava ! Mès que tota la borra li flambava ! Mès que se rotlèt per tèrra e, en se rotlent, se fotèt dins l'ai(g)a… Aquò d'aquí rai, aviá pas brica de borra sus el… Èra tot cramat e aquò pudiá lo rostit ! Atanben vos dise que agèt pas enveja de la manjar, que parti(gu)èt s'estremar chas el e que la daissèt plan tranquilla.
E mon auqueta, quand vegèt que tot èra calme, tornèt sortir e tornèt partir chas ela.
Quand arribèt amont, la patrona… Li aviá dejà una nuèt qu'èra passada e una jornada. La patrona aviá dich :
“Las tornarai pas veire… Mas auquetas, las tornarai pas veire…”
Quand la vegèt arribar, que s'èra ja(g)uda, aquí, davant lo polalhièr, di(gu)èt :
“Mon Diu !”
Apelèt son òme, li di(gu)èt :
“Mon auqueta es tornada ! Mon auqueta es tornada ! E aquò's la pus pichinèla qu'es tornada ! A… mès de qu'an fat, aquelas bestiòtas ? End son anadas ?”
E l'auqueta o z'o racontèt, parce que aquò èra del temps que las bèstias parlavan, pardí. Z'o li racontèt, çò que s'èra passat, e la patrona li di(gu)èt :
“E ben escota, coquina coma siás, te tuarai pas, tu, te gardarai.”
Li trobèt un polit gabre qu'èra plan polit e n'agèron de pichinèlses, talament que degús m'a pas dit que sia(gu)èsson mòrts, ieu pense se son enquèra en vida.
M'enfin, mon conte es acabat ! »
Les trois petites oies
« Elle dit :
“Tiens, si je m'achetais quelques petites oies, là, je les gaverais et puis nous ferions quelques confits.”
Mais elle s'aperçut que c'était la fin du marché alors il n'en restait pas beaucoup. Il y avait une vieille femme, là, à qui en en restait trois. Mais elles n'étaient pas toutes identiques. Il lui en restait trois : il y en avait une grande, une moyenne et il y en avait une petite, tout à fait petite. Elle était bien dégourdie, elle avait l'œil bien éveillé. Alors, comme elle lui fit un prix, elle les prit.
Quand elle arriva chez elle, évidemment, elle les mit dans le petit pré et elle alla faire le dîner. Après, quand elle revint, qu'elle alla au jardin, là, elle trouva de la salade, des choux, elle leur jeta un peu de salade, un peu de chou. Mais vous savez comment sont les petites oies ! Quand vous allez avec elles, elles veulent toujours rester avec vous. Si vous partez, elles vous suivent. Elles s'ennuient, elles s'ennuient. Elle s'aperçut bien que ces petites oies s'ennuyaient et, un jour, elle eut une idée.
Elle dit :
“Tiens, mon mari a lu le journal, là, maintenant, l'après-midi elles s'ennuient, je vais leur porter le journal.”
Elle découpa trois feuilles et leur donna une feuille à chacune.
Elles se mirent là, ces petites oies, à s'asseoir sur le journal et elles faisaient comme si elles lisaient. Elles ne lisaient pas mais enfin elles passaient le temps.
Elles passaient le temps. Cela dura un moment. Au bout d'une petite heure, elles en eurent assez. Alors elles te plient cette feuille sous l'aile, là, et elles s'en vont. Mais la grande faisait le tour du jardin… du petit pré. Pas du jardin, car elle n'était pas dans le jardin parce qu'elle aurait fait des dégâts, elle faisait le tour du petit pré et, dans la haie, elle trouva un trou. Elle dit :
“Peut-être est-ce plus intéressant de l'autre côté ?”
Alors elle passa, et les autres-deux derrière, évidemment.
Elles passèrent. Elles passèrent sur la route, sur le chemin et, après, la clôture du pré, au-dessous, était ouverte. Il n'y avait pas de bétail. Allez ! Elles s'engagèrent dans le pré. Elles s'engagèrent dans le pré mais elles descendirent, elles descendirent, elles descendirent et elles descendirent dans le bois.
Quand elles furent dans le bois, il allait être nuit. Comment vouliez-vous que ces trois petites bêtes remontent ? C'était trop tard. En plus je vais vous dire ce qu'elles firent, ces coquines ! Quand elles furent dans le bois, là-bas, il y avait le ruisseau qui descendait, en bas, il y avait un gouffre, il y avait le ruisseau. Il y avait une grosse flaque, là, d'eau qui était arrêtée là quelque peu. Que firent-elles ? Elles posèrent le journal sur le bord, elles se mirent à l'eau et s'amusèrent.
Donc le temps passait. C'était plus que le crépuscule quand elles ressortirent, c'était même la nuit. Elles s'aperçurent que, pour revenir là-haut, ce n'était pas possible… Mais elles avaient entendu parler du loup. Pas du loup… Le loup, ce n'était pas bien grave, mais le renard ! Le renard, car il y avait une cave là-bas, il avait fait une cave. Elles le savaient que, dans le bois là-bas, il y avait une cave dont il sortait la nuit. Il ne sortait guère que la nuit car il y avait des chiens dans le village et il en avait peur. Il sortait quand les chiens étaient au lit. Vers minuit, quand les chiens étaient dans la paille et les gens au lit, lui, il sortait. S'il ne trouvait rien pour le… Parfois il trouvait des lapins. Vous savez, quand c'est la pleine lune, là, vous avez bien entendu dire que les lapins font une ronde et s'amusent, la nuit. Parfois, lui, il se cachait derrière une haie et il leur sautait dessus, sur quelques-uns. Mais ce n'était pas toujours la fête alors des fois il fallait qu'il monte dans le village. Il faisait en sorte d'y monter assez tard.
Alors nous disons que les petites oies avaient encore un peu de temps devant elles pour se faire une cachette. Que faire ? Comment faire ?
Alors, la plus grande dit :
“Allez, moi, il y a un bûcher, là, ils y ont laissé un peu de bois, je vais me faire une sorte de petite cabane, aidez-moi !”
Toutes l'aidèrent. Elles firent la petite cabane.
Quand elle vit qu'elle pouvait y renter, elle dit :
“Ça va ! Se suis bien. Je vais mettre le journal devant, ça me fera la porte.”
Mais elle ne ressortit pas. Elle resta là-dedans. Elles se retrouvèrent simplement à deux pour faire l'autre petite cabane. Mais enfin, la petite aida l'autre. Elles firent pareil. Elles firent une petite cabane, pas tout à fait aussi grande, elles n'avaient pas besoin de la faire si grande, elles eurent plus vite fait, et elles mirent le journal devant pour faire la porte.
Mais la petite, personne ne voulut l'aider… Les autres restèrent tranquillement dans leur cabane mais elles ne sortirent pas pour l'aider. Et il se faisait tard, déjà. Comment faire ?
Elle réfléchit, elle réfléchit…
“Moi, je ne suis pas capable de trimbaler les barres toute seule… Comment vais-je faire cela ? Tiens, il y a un rocher, là…”
Il y avait un bout de pierre qui dépassait, là, elle dit :
“Si je pouvais faire venir une pierre d'un côté, une pierre de l'autre et faire…”
Mais comment faire ? Mais enfin, elle y arriva, en poussant avec ses petites pattes, elle y arriva et, juste pile, elle alla se mettre contre celle qui dépassait. De l'autre côté, elle fit pareil, elle arriva à faire descendre l'autre. Pour faire la porte, elle ne savait pas comment faire… Le journal… Et puis elle n'avait rien au-dessus d'elle. Elle n'était pas couverte, c'était trois pierres l'une contre l'autre. Alors elle en vit une en haut, un bout de rocher qui était plus grand que les autres, elle dit :
“Comment vais-je faire pour le faire descendre ? Si je pouvais le faire descendre ici contre les autres, ça me ferait une sorte de porte.”
Elle était coquine, je vous le dis bien, elle était bien coquinette, cette bestiole. Alors, avec un morceau de bois, elle fit comme un levier, là, elle passa sous la pierre et la fit rouler. Allez, paf !, elle alla se planter là-dessus. Alors, elle, elle ne fit que sauter dedans. Elle dit :
“Je vais mettre le journal dessus, tout simplement, cela me couvrira.”
Et elle fit bien.
Les autres dormaient déjà et, elle, ne dormait pas encore. Mais enfin, elle se mit là, elle se reposait quand elle entendit que quelque chose montait dans le bois, là, dans les feuilles, que quelque chose marchait dans les feuilles… Elle dit :
“Pourvu que ce ne soit pas le renard ! Pourvu que ce ne soit pas le renard !
Et elle ne se trompait pas… C'était le renard.
Le renard arrive là, il sent :
“Mon Dieu, mais ça sent bien bon, ici, dans ce coin ! Ce n'est pas possible ! Ça sent les oies ! Mais ce n'est pas vrai ! Il n'y a pas d'oies dans ce bois…”
Et plus il montait, plus il les sentait. Il arriva même devant la cabane de la grande et alors là ça sentait bon pour lui ! Il dit :
“Je sens qu'il y a quelque chose là-dedans !”
L'autre se réveilla en sursaut, elle dit :
“Il n'y a personne ! Il n'y a personne !
– Ah ! Ah ! Il n'y a personne !”
Tiens, cric-crac dans ce papier, il eut vite mangé la première oie…
Mais il se tourna sur le côté, il vit qu'il y avait un autre nid identique. Il dit :
“Là il y en a une autre !”
La petite les entendait mais elle n'osait pas sortir…
Elle dit :
“C'est le renard, il nous mangera toutes… Mais comment voulez-vous que je leur porte secours ?”
Si bien que l'autre… Il eut vite fait. Cric-crac, cric-crac…
J'ai oublié de vous dire une chose, au début, que je dois vous dire, quand même…
Cette petite oie… Vous savez comment font les petites oies ? Quand elles sont dans la cour, tout ce qu'elles voient, elles l'attrapent et rap !, elles le jettent sur leur dos. Et elle, elle s'était bien trempée dans l'eau mais elle ne savait pas faire… Vous savez comment elles font, les oies ? Elles mettent la tête dans l'eau et dressent le derrière en l'air. Elle, elle ne savait pas le faire, elle était tellement petite qu'elle ne savait pas le faire… Donc, elle ne s'était mouillée que le ventre. C'est pour ça qu'elle dit :
“Que puis-je faire, moi, pour que le renard ne me mange pas ? Je n'ai que du papier… Comment voulez-vous que je me défende avec un morceau de papier ?”
Elle chercha avec son bec dans ses plumes. Vous ne savez pas ce qu'elle trouva ? Une allumette. Une allumette qui ne s'était pas mouillée, elle était toute sèche encore. C'était de ces allumettes qui, quand vous les frottez contre un soulier ou même un mur, ou même n'importe où, s'allument partout.
Quand le renard arriva pour la manger, vous pensez bien qu'il n'avait pas besoin de déchirer le papier, il n'y était pas, le papier, il n'avait qu'à pencher le nez et…
Mais, coquine comme elle était, elle, elle frotta son allumette contre la pierre et mit feu au papier. Quand le renard se pencha, allez hop !, elle le flamba !
Mais, l'autre, la barbe lui brûlait, tout lui brûlait ! Mais toute la fourrure flambait ! Mais il se roula par terre et, en se roulant, il se mit à l'eau… C'est sans importance, il n'avait pas beaucoup de poils sur lui… Il était tout cramé et ça puait le rôti ! Aussi, je vous dis qu'il n'eut pas envie de la manger, qu'il partit se cacher chez lui et qu'il la laissa bien tranquille.
Et ma petite oie, quand elle vit que tout était calme, elle ressortit et repartit chez elle.
Quand elle arriva là-haut, la patronne… Il y avait déjà une nuit qui était passée et une journée. La patronne avait dit :
“Je ne les reverrai pas… Mes petites oies, je ne les reverrai pas…”
Quand elle la vit arriver, qu'elle s'était couchée, là, devant le poulailler, elle dit :
“Mon Dieu !”
Elle appela son mari, elle lui dit :
“Ma petite oie est revenue ! Ma petite oie est revenue ! Et c'est la plus petite qui est revenue ! Ah… mais qu'ont-elles fait, ces petites bêtes ? Où sont-elles allées ?”
Et la petite oie le lui raconta, parce que c'était au temps où les bêtes parlaient, évidemment. Elle le lui raconta, ce qui s'était passé, et la patronne lui dit :
“Eh bien écoute, coquine comme tu es, je ne te tuerai pas, toi, je te garderai.”
Elle lui trouva un joli jars qui était bien beau et ils eurent des petits, si bien que personne ne m'a dit qu'ils fussent morts, moi je pense qu'ils sont encore en vie.
Mais enfin, mon conte est achevé ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...