Las fèstas de Balsac

Collecté en 1999 Sur les Communes de Arques, Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La fèsta, organisée par les conscrits, était en général la fête votive, la vòta. Elle pouvait donner lieu à plusieurs journées de manifestations, mais dans certains villages, elle se déroulait sur une seule journée, le dimanche, précédée ou commencée par les aubades.

À Balsac on faisait la fête pour la Saint-Bourrou, le lundi de Pentecôte, et pour Notre-Dame, le 15 août.

La fouace (fogassa), pâtisserie reine en Rouergue, était incontournable le jour de la fête votive.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILETTE ET ETIENNE BONNEFOUS

née Gaubert au Puech d'Arques, décédée en 2017 ; né en 1929 à Balsac, décédé en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« Organisavan las fèstas, c'est-à-dire Pentacosta, quand fasiam la Sent-Borron qu'apelàvem, e pièi Nòstra-Dama al 15 d'a(g)òst.
Atalàvem mèmes de buòus, garnissiam de carris e nos passejàvem tota la comuna lo luns de Pentacosta c'est-à-dire lo luns de Pascas, de…
– De Pentacosta, la Sent-Borron.
– De Pentacosta.
Nos passejàvem ambe… Nos deguisàvem un briat, n'i aviá un qu'èra en femna, l'autre rabalava la sofrusa, l'autre… E li aviá un nommat… Un tipe qu'apelàvem Baccus. Pagàvem un tipe, un ivronha.
– Lo fasián biure, totjorn.
– Li romplissiam las calças de palha e se jasiá. Èra jos la barrica mès buviá… Mès, lo ser, se teniá pas.
– Lo matin fasián ambe los carris lo forbi e tot aquò e pièi lo ser passajavan la fo(g)assa. E pièi la manjavan sus la plaça, après !
– Per la plaça, per tot lo monde.
– Mès, per Nòstra-Dama…
– Per Pentacosta, aquò èra la fèsta del vin.
– De la vinha.
– E per Nòstra-Dama, c'est-à-dire al 15 d'a(g)òst, aquò èra la fèsta del blat.
– Lo luns de Pentacosta totes partián amb un borron aquí a la botonièira e li aviá la messa. Lo curat disiá la messa pels vinhairons e per la vinha. E pièi fasián fèsta tot lo jorn. Ne buvián tant que podián.
– I aviá lo famós “Paissèl”…
“Lo paissèl” que fasián cantar al pepè.
– Que aquò èra lo paure pèra que totjorn entonava, qu'ai totjorn vist perque èra bèlcòp pus vièlh qu'ieu. »
Les fêtes de Balsac
« Ils organisaient les fêtes, c’est-à-dire Pentecôte, quand nous faisions la Saint-Bourrou comme nous l’appelions, et puis Notre-Dame au 15 août.
Nous attelions même des bœufs, nous garnissions des chars et nous nous promenions dans toute la commune le lundi de Pentecôte c’est-à-dire le lundi de Pâques, de...
– De Pentecôte, la Saint-Bourrou.
– De Pentecôte.
Nous nous promenions avec... Nous nous déguisions un peu, il y en avait un qui était en femme, l’autre traînait la sulfateuse, l’autre... Et il y avait un nommé... Un type que nous appelions Bacchus. Nous payions un type, un ivrogne.
– Ils le faisaient boire, toujours.
– Nous lui remplissions le pantalon de paille et il se couchait. Il était sous la barrique mais il buvait... Mais le soir, il ne tenait pas debout.
– Le matin ils faisaient avec les chars le fourbi et tout ça et ensuite le soir ils promenaient la fouace. Et puis, ils la mangeaient sur la place, après !
– Sur la place, pour tout le monde.
– Mais, pour Notre-Dame...
– Pour Pentecôte, c’était la fête du vin.
– De la vigne.
– Et pour Notre-Dame, c’est-à-dire le 15 août, c’était la fête du blé.
– Le lundi de Pentecôte ils partaient tous avec un bourgeon de vigne là à la boutonnière et il y avait la messe. Le curé disait la messe pour les vignerons et pour la vigne. Et ensuite ils faisaient la fête tout le jour. Ils en buvaient tant qu’ils pouvaient.
– Il y avait le fameux “Paissèl”.
– “Le Paissèl” qu’ils faisaient chanter au pépé.
– C’était mon défunt père qui entonnait toujours, je l’ai toujours vu parce qu’il était beaucoup plus vieux que moi. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...