La Sent-Ròc

Collecté en 1999 par IOA Sur les Communes de Arques, Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les bénédictions des biens de la terre prolongeant d’antiques rites de protection païens avaient lieu, selon les endroits, à différents moments de l’année. Le curé passait dans les bòrias pour bénir le bétail et les récoltes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILETTE ET ETIENNE BONNEFOUS

née Gaubert au Puech d'Arques, décédée en 2017 ; né en 1929 à Balsac, décédé en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá la Sent-Ròc.
Aquò's una anecdòta que m'agrada.
Ère clergue, ieu, sortiam lo bestial per la carrièira e lo curat fasiá lo torn del vilatge per benesir.
La miá paura mèra qu'èra plan devociosa, me di(gu)èt :
“Mès nom de nom avèm emblidat de sortir lo moton !”
Lo belièr, lo moton, quoi.
O di(gu)ère al curat.
“Mès, me di(gu)èt, mès fotral ! Creses que l'ai(g)a benesida, d'al cap de la carrièira arriba al fons ? Aquò's l'idèia !”
– Elle est bonne celle-là !
– Aquò's lo simbòle, l'idèia, aquò's tot.
Per Sent-Ròc.
– Lo lendeman del 15 d'a(g)òst. »
La Saint-Roch
« Il y avait la Saint-Roch.
C’est une anecdote qui me plaît.
J’étais enfant de chœur, moi, nous sortions le bétail dans la rue et le curé faisait le tour du village pour bénir.
Ma défunte mère qui était très dévotieuse, me dit :
“Mais nom de nom nous avons oublié de sortir le mouton !”
Le bélier, le mouton, quoi.
Je le dis au curé.
“Mais, me dit-il, mais imbécile ! Tu crois que l’eau bénite, du bout de la rue arrive au fond ? C’est l’idée.
– Elle est bonne celle-là !
– C’est le symbole, l’idée, c’est tout.
Pour la Saint-Roch.
– Le lendemain du 15 août. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...