La pregaira de la carèma

Collecté en 1999 Sur les Communes de Arques, Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le carême était observé avec rigueur : on nettoyait scrupuleusement la marmite (ola) per manjar la sopa a l’òli (la soupe à l'huile), la graisse animale étant prohibée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILETTE ET ETIENNE BONNEFOUS

née Gaubert au Puech d'Arques, décédée en 2017 ; né en 1929 à Balsac, décédé en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« Pendent la carèma, a la pregaira. Èra pichon e magina… Totes i anavan mai o mens, caliá far penitença. Lo siu papà èra sul braç de la siá mamà e, al fons de la glèisa, vesiá Adrien. Adrien, aquò èra…
– Lo vesin.
– Lo vesin. E a la plaça d'escotar, de dire la pregaira o d'èstre satge, fasiá :
“Adrien ! Adrien !”
Tot en còp la siá mamà lo cridava un bocin. Al cap d'un moment l'atapava e lo preniá jol pòrge, tres o quatre petoirals e li disiá :
“As comprés ? Mot !”
Caliá pas dire mot.
– “Anaràs a la pregaire, Augusta ? – Oui, i anarai mès : mot !” »
La prière du carême
« Pendant le carême, à la prière. Il était petit et imagine-toi... Ils y allaient tous plus ou moins, il fallait faire pénitence. Son papa était sur les bras de sa maman et, au fond de l’église, il voyait Adrien. Adrien, c’était...
– Le voisin.
– Le voisin. Et à la place d’écouter, de dire la prière ou d’être sage, il faisait :
“Adrien ! Adrien !”
Tout à coup sa maman le grondait un peu. Au bout d’un moment elle l’attrapait et elle le prenait sous le porche, trois ou quatre fessées et elle lui disait :
“Tu as compris ? Chut !”
Il ne fallait pas dire un mot.
– “Tu iras à la prière, Auguste ? – Oui, j’irai mais : chut !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...