Fòire la vinha

Collecté en 1999 par IOA Sur les Communes de Arques, Balsac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En général, il fallait avoir terminé de piocher (fòire) la vigne pour Pentecôte.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

GILETTE ET ETIENNE BONNEFOUS

née Gaubert au Puech d'Arques, décédée en 2017 ; né en 1929 à Balsac, décédé en 2015.

Transcription

Occitan
Français
« Anavan sustot fòire la vinha lo luns de Pascas.
– E òc. E òc.
– Sovent li aviá de tipes, d'obrièrs, que avián lo luns o lo sabtes e, se avián pas tròp d'argent, en lor balhent un bocin, quicòm, te venián ajudar a fòire la vinha lo luns.
– E òc. Aquò's coma la salsissa, quand èra penjada, s'acabava tròp lèu e caliá ne gardar per far lo fòire, caliá pas que la mangèsson tota tot de suita.
– Oèi mès aviam un vièlh, que l'apelàvem Tonion, Vinge s'apelava, Tonion, e li disián :
“As gardada la salsissa ? – E òc, per far lo fòire, mès la salsissa fa pas lo fòire !” »
Piocher la vigne
« Ils allaient surtout piocher la vigne le lundi de Pâques.
– Eh oui. Eh oui.
– Souvent il y avait des types, des ouvriers, qui avaient le lundi ou le samedi et, s’ils n’avaient pas trop d’argent, en leur donnant un peu, quelque chose, ils venaient t’aider à piocher la vigne le lundi.
– Eh oui. C’est comme la saucisse, quand elle était suspendue, elle était trop vite finie et il fallait en garder pour piocher la vigne, il ne fallait pas qu’ils la mangent toute tout de suite.
– Oui mais nous avions un vieux, que nous appelions Touniou, Vinge il s’appelait, Touniou, et ils lui disaient :
“Tu as gardé la saucisse ? – Eh oui, pour piocher la vigne, mais la saucisse ne pioche pas la vigne !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...