Ai, ai paure pichon !

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Arnac-sur-Dourdou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Lorsqu’un veuf (viuse) ou une veuve (viusa) se remariait, on organisait de bruyants charivaris (caravalins, carvalins, carivaris…) qui sont encore dans les mémoires. Cette tradition offensante avait pour but de faire entendre le désaccord supposé du défunt ou de la défunte.

Son

JACQUELINE SAUDADIER

née Sales en 1924 à La Mouline d'Arnac.

Transcription

Occitan
Français
« Ai, ai, paure pichon,
T'an cirat las bòtas,
T'an cirat las bòtas.
Ai, ai, paure pichon,
T'an cirat las bòtas amai lo cafè. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...