Lo rodièr

Collecté en 2000 Sur la Commune de Anglars-Saint-Félix Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le charron était appelé rodièr en occitan (ròda = roue).

La fabrication des roues et des instruments aratoires associait les métiers du bois et ceux du fer.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ COUFFIN

né en 1914 à Linrézie d'Anglars.

Transcription

Occitan
Français
« Ai fach lo mestièr de charron, lo mestièr que fasiá mon paire e fasiam tot a braç a l'epòca.
Comencère d'anar a la jornada a quinze ans. Aquò m'a pas empachat de venir a quatre-vint sièis ans.
Aquò èra una acha, una rèsse, una varlòpa, un riflard e de vironas per traucar, de cisèls per far de mortaisas, aquò èra un pauc tot aquò qu'aviam, e de cotèls de doas mans per far de riats, per far las ròdas de carris, per far tantas causas.
A mès las farràvem pas, nautres, las ròdas, las fasiam e aquò èra lo fabre de la comuna que las farrava en principe.
De carris o de ròdas. O de broetas per sortir lo fems a l'epòca.
Anàvem a la jornada chal monde e nos noirissián, tota la jornada. Començàvem lo matin e li aviá pas d'ora a l'epòca, agachàvem pas la mòstra, agachàvem lo solelh.
Mon paure pèra aviá pas jamai marchat en bicicleta, portava los otisses sus l'esquina e ieu pièi fa(gu)ère ambe la bicicleta.
Preniam un fais d'otisses sus l'esquina : los otisses pichinèls dins una museta bèla exprès e lo rèsta penjat a una règla per l'esquina. E l'acha sus l'espatla. E de còps fasiam tres quilòmèstres per anar al trabalh, de còps quatre. A pè. E lo ser tornar, èrem fatigats mès tornàvem a pè per jaire a l'ostal.
Aquò èra tot fach en garric un pauc.
Per far un carri e ben, a dos, caliá tres jorns. A dos. Un carri sans las ròdas. Las ròdas, caliá comptar una setmana per far un parelh de ròdas. Las ròdas, las fasiam a l'ostal, fasiam aquò… Aquò èra l'ivèrn que fasiam las ròdas. »
Le charron
« J’ai fait le métier de charron, le métier que faisait mon père et nous faisions tout à la main à l’époque.
Je commençai à aller à la journée à quinze ans. Ça ne m’a pas empêché d’arriver à quatre-vingt-six ans.
C’était une hache, une scie, une varlope, un riflard et des tarières pour percer, des ciseaux pour faire des mortaises, c’était un peu tout ce que nous avions, et des planes pour faire des rayons, pour faire les roues de chars, pour faire tant de choses.
Mais nous ne les ferrions pas, nous, les roues, nous les faisions et c’était le forgeron de la commune qui les ferrait en principe.
Des chars ou des roues. Ou des brouettes pour sortir le fumier à l’époque.
Nous allions à la journée chez les gens et ils nous nourrissaient, toute la journée. Nous commencions le matin et il n’y avait pas d’heure à l’époque, nous ne regardions pas la montre, nous regardions le soleil.
Mon défunt père ne s’était jamais déplacé à bicyclette, il portait les outils sur le dos et moi ensuite je fis avec la bicyclette.
Nous prenions un fardeau d’outils sur le dos : les petits outils dans une grande musette exprès et le reste pendu à une règle sur le dos. Et la hache sur l’épaule. Et parfois nous faisions trois kilomètres pour aller au travail, parfois quatre. À pied. Et le soir à nouveau, nous étions fatigués mais nous rentrions à pied pour coucher à la maison.
Tout était fait en chêne.
Pour faire un char, eh bien, à deux, il fallait trois jours. À deux. Un char sans les roues. Les roues, il fallait compter une semaine pour faire deux roues. Les roues, nous les faisions à la maison, nous faisions ça... C’était l’hiver que nous faisions les roues. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...