Aval, aval en ribièireta… (Una pastoreleta)

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Anglars-Saint-Félix Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le thème de cette chanson se retrouve à quelques variantes près dans le Sud-Aveyron et dans les Monts de Lacaune (département du Tarn).

Nous en avons publié une version collectée à Montredon Labessonnié. (CORDAE)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ COUFFIN

né en 1914 à Linrézie d'Anglars.

Transcription

Occitan
Français
« Aval, aval en ribièireta,
Li aviá una gentilha pastoreleta,
Èra polida coma un solelh,
Los uèlhs li flambavan coma un calelh.

De mai en mai me'n aprochave,
E pus polida la trobave,
Li di(gu)ère : “Pastoreleta,
Volriatz pas lo(g)ar un pastorèl ?

– A si, ço di(gu)èt la pastora,
Mès aquò's pas encara l'ora,
Passatz aqueste ser o deman matin,
Ne jo(g)arem lo despartin.”

Lo pastorèl manca pas l'ora
Qu'aviá promés a la pastora,
Mès quand sia(gu)èt arribat al pastural,
La pastorèla agèt filat.

La vegèt a la fenèstra,
Que penchenava son pel ros,
Que penchenava son pel ros,
E li di(gu)èt : “Ara mossur ieu me fote de vos.

Vòstre capèl a la carabina,
Se sètz pas un colhon, n'avètz plan la mina,
E al cordon de vòstre capèl,
Mès n'avètz pas l'èr d'un regde aucèl.” »
Là-bas, là-bas, dans la petite vallée... (Une petite bergère)
« Là-bas, là-bas, dans la petite vallée,
Il y avait une gentille petite bergère,
Elle était jolie comme un soleil,
Ses yeux flambaient comme une lampe.

Plus je m’approchais,
Plus je la trouvais jolie,
Je lui dis : “Petite bergère,
Ne voudriez-vous pas louer un berger ?

– Ah si, dit la bergère,
Mais ce n’est pas encore l’heure,
Passez ce soir ou demain matin,
Nous jouerons le déjeuner.”

Le petit berger ne manque pas l’heure
Car il avait promis à la bergère,
Mais quand il fut arrivé au pâturage,
La petite bergère avait filé.

Il la vit à la fenêtre,
Qui peignait ses cheveux roux,
Qui peignait ses cheveux roux,
Et elle lui dit : “Maintenant, monsieur je me fous de vous.

Votre chapeau aux bords relevés,
Si vous n’êtes pas un couillon, vous en avez bien l’air,
Et au cordon de votre chapeau,
Mais vous n’avez pas l’air d’un rude oiseau.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...