Sonar la campana

Collecté en 2000 Sur la Commune de Ambeyrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le sonneur (sonièr, sonaire, campanièr, campanièira si c'était une femme) sonnait le glas (las finidas, lo clas) de l'annonce du décès jusqu'à l'enterrement. Dans certaines paroisses, la sonnerie n'était pas la même s'il s'agissait d'un homme, d'une femme ou d'un enfant.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Albert CÉPIÈRE

né en 1920 al Causse de Camboulan d'Ambeyac.

Transcription

Occitan
Français
« Quand quauqu'un es mòrt, venon nos dire de sonar la campana. L'òm sòna la campana. Tres o quatre còps de campana que se segon : tam, tam, tam, tam. E après, caliá esperar quatre o cinc minutas e téner la campana, que sone pas, e en tombent fasiá un son. »
Sonner la cloche
« Quand quelqu'un est mort, ils viennent nous dire de sonner la cloche. On sonne la cloche. Trois ou quatre coups de cloche qui se suivent : tam, tam, tam, tam. Et après, il fallait attendre quatre ou cinq minutes et tenir la cloche, qu'elle ne sonne pas, et en tombant elle faisait un son. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...