Los perdigals a la bagueta (Lo Quilhaire)

Collecté en 2000 Sur les Communes de Ambeyrac, Montsalès, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Félix Vialettes (1858-1943) d'Ambeyrac, dit Lo Quilhaire, était un farceur qui se plaisait à raconter des histoires ou menteries que l'on peut rattacher à des contes universellement connus.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULIN BELVÈZE

né en 1931 à Montsalès.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá mon grand-paire, abitava aicí e anava a la caça. Caçava. De còps preniá lo permés quand aviá un bocin d'argent mès, se n'aviá pas, anava caçar quand mèmes…
Ambe son fusilh a piston, aviá tirat per La Condamina, aviá mancat un lapin, aviá mancat un rainald, una lèbre… Enfin, èra onze oras e mèja, di(gu)èt :
“Tòrni dintrar.”
E quand aviatz tirat un còp ambe lo fusilh a piston, caliá tornar cargar. Aquò èra pas una cartocha. Caliá engulhar la poudre, la borra e lo plomb, e l'autra borra. E caliá metre una amorça.
Macarèl, a onze oras s'entrachèt qu'aviá una pòcha traucada e tot lo plomb èra partit per tèrra. I aviá pas res dins la boèta.
“A…, di(gu)èt, soi polit ! Se te vesi quicòm, ara, cossí vau far ?”
Quand, tot d'un còp, arribèt aquí darrèr l'ostal, te vegèt una clocada de perdi(g)als. Montavan per la vinha.
“A… macarèl, di(gu)èt, que son polits aquelses perdi(g)als ! Cossí vau far ?”
Pas de plomb. Aviá cargat ambe de la podra mès i aviá pas de plomb. Èra pas lo moment d'anar a l'ostal ne quèrre mai…
Se pensèt :
“Se li fotiái la bagueta ?”
Te fotèt la bagueta sus la podra, se metèt a ginolhs, aquelses perdi(g)als que montavan per la vinha, mon paure, los tirèt. Lor te fotèt un pet !
Li anèt per los ramassar : n'i aviá set d'enfilats per la bagueta !
E s'es pas vertat, anatz lo veire ! Lo mentur es pas luènh ! »
Les perdreaux à la baguette
« Il y avait mon grand-père, il habitait ici et il allait à la chasse. Il chassait. Il prenait parfois le permis quand il avait un peu d'argent mais, s'il n'en avait pas, il allait chasser quand même…
Avec son fusil à piston, il avait tiré dans La Condamine, il avait manqué un lapin, il avait manqué un renard, un lièvre… Enfin, il était onze heures et demie, il dit :
“Je rentre.”
Et quand vous aviez tiré une fois avec le fusil à piston, il fallait recharger. Ce n'était pas une cartouche. Il fallait enfiler la poudre, la bourre et le plomb, et encore la bourre. Et il fallait mettre une amorce.
Macarèl, à onze heures il s'aperçut qu'il avait une poche trouée et tout le plomb était parti par terre. Il n'y avait rien dans la boite.
“Ah…, dit-il, je suis joli ! Si je vois quelque chose, maintenant, comment vais-je faire ?”
Quand, tout à coup, il arriva ici derrière la maison, il vit une couvée de perdreaux. Ils montaient dans la vigne.
“Ah…macarèl, dit-il, qu'ils sont beaux ces perdreaux ! Comment vais-je faire ?”
Pas de plomb. Il avait chargé avec de la poudre mais il n'y avait pas de plomb. Ce n'était pas le moment d'aller en chercher d'autre à la maison…
Il pensa :
“Si j'y mettais la baguette ?”
Il te mit la baguette sur la poudre, se mit à genoux, ces perdreaux qui montaient dans la vigne, mon pauvre, il les tira. Il leur mit un pet !
Il alla pour les ramasser : il y en avait sept d'enfilés sur la baguette !
Et si ce n'est pas la vérité, allez le voir ! Le menteur n'est pas loin ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...