Lo quicòm de la memè

Collecté en 2000 Sur les Communes de Ambeyrac, Marcillac-Vallon Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Raymond DOUCET

né en 1919 au Causse de Camboulan d'Ambeyrac.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò se passava a Marcilhac. Amont, sabètz que las vinhas son plenas de paredons. Aquí li aviá una familha que èra en trenh de vendenhar. Avián invitat los vesins, tot aquò, los amics… Discutavan, aquò èra una jornada de plaser, de rire. Vendenhavan. Li aviá la memè e ela vendenhava, vendenhava, montava, totjorn aviá un paredon d'avanci. A un moment, èra amont sus un paredon e li aviá lo gamin, aquí, que se trachèt de quicòm, a la memè…
Demandèt a sa maire :
“De qué a, la memè ?
– T'ocupa pas, venhenha !”
Al cap d'un autre moment, la memè, pardí, aviá pas de… Totjorn parelh, aviá pas de collants e lo gamin di(gu)èt a sa maire :
“Mès de qué a, la memè ?
– E ben, ço li di(gu)èt, aquò's quicòm.”
Allez, bon.
Alèra fini(gu)èron la jornada, de vendenhar e quand sia(gu)èt lo moment abans de se quitar, lor di(gu)èron als amics, als vesins :
“Venètz per sopar !
– A non, venèm pas, avètz pro trabalh a far o aital !
– Mès si ! Mès si ! Mès si !, ço di(gu)èron, venètz, venètz, trobarem ben, farem ben quicòm per sopar !”
E lo gamin :
“E ben, di(gu)èt, se nos cal plomar lo quicòm de la memè per sopar, soparem pas de bona ora !” »
La chose de la mémé
« Ça se passait à Marcillac. Là-haut, vous savez que les vignes sont pleines de terrasses. Là, il y avait une famille qui était en train de vendanger. Ils avaient invité les voisins, tout ça, les amis. Ils discutaient, c'était une journée de plaisir, de rire. Ils vendangeaient. Il y avait la mémé et, elle, elle vendangeait, elle vendangeait, elle montait, elle avait toujours une terrasse d'avance. À un moment, elle était là-haut sur une terrasse et il y avait le gamin, là, qui s'aperçut de quelque chose, à la mémé…
Il demanda à sa mère :
“Qu'est-ce qu'elle a, la mémé ?
– Ne t'occupe pas, vendange !”
Au bout d'un autre moment, la mémé, évidemment, elle n'avait pas de… Toujours pareil, elle n'avait pas de collants et le gamin dit à sa mère :
“Mais qu'est-ce qu'elle a, la mémé ?
– Eh bien, lui dit-elle, c'est quelque chose.”
Allez, bon.
Alors ils finirent la journée, de vendanger, et quand ce fut le moment avant de se quitter, ils leur dirent aux amis, aux voisins :
“Venez pour souper !
– Oh non, nous ne venons pas, vous avez assez de travail à faire ou autre !
– Mais si ! Mais si ! Mais si !, dirent-ils, venez, venez, nous trouverons bien, nous ferons bien quelque chose pour souper !”
Et le gamin :
“E ben, dit-il, s'il nous faut plumer la chose de la mémé pour souper, nous ne souperons pas de bonne heure !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...