Lo noguièr e los gòrps (Lo Quilhaire)

Collecté en 2000 Sur les Communes de Ambeyrac, Capdenac-Gare, Montsalès Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Félix Vialettes (1858-1943) d'Ambeyrac, dit Lo Quilhaire, était un farceur qui se plaisait à raconter des histoires ou menteries que l'on peut rattacher à des contes universellement connus.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Paulette MOURGUES

née Belvèze en 1930 à Montsalès, décédée en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò's una istoèra del Quilhaire.
Aviam un no(gu)ièr aval per Las Condaminas e alèra lo grand-paire voliá ramassar quauques rascals mès, cada còp que i anava, aquel no(gu)ièr èra plen de gòrps. I anava ambe lo fusilh mès aquò's ben recone(g)ut que los gòrps senton lo monde de luènh, amai los fusilhs, amai la podra !
E alèra anava ramassar los rascals cada matin, cada matin aquel no(gu)ièr èra plen de gòrps. Còp sec… Lo vesián arribar de luènh, se'n anavan totes al còp, n'i aviá pas cap, ne podiá pas jamai tirar cap.
Di(gu)èt :
“Aurai pas cap de gòrp, ni cap de rascal…”
Alèra un jorn, se pensèt :
“Los vau ben possedar !”
E lo sera, a la tombada de la nèt, montèt sul no(gu)ièr e l'empeguèt tot.
Lo lendeman matin, quand arribèt, los gòrps èran pausats sul no(gu)ièr, tirèt un còp de fusilh, aquelses gòrps s'envolèron totes al còp e se'n anèron ambe lo no(gu)ièr… »
Le noyer et les corbeaux
« C'est une histoire du Quilhaire.
Nous avions un noyer là-bas aux Condamines et alors le grand-père voulait ramasser quelques noix mais, chaque fois qu'il y allait, ce noyer était plein de corbeaux. Il y allait avec le fusil mais il est bien reconnu que les corbeaux sentent les gens de loin, et même les fusils, et même la poudre !
Et alors il allait ramasser les noix chaque matin, chaque matin ce noyer était plein de corbeaux.
Aussitôt… Ils le voyaient arriver de loin, ils s'en allaient tous à la fois, il n'y en avait aucun, il ne pouvait en tirer aucun.
Il dit :
“Ne n'aurai aucun corbeau ni aucune noix…”
Alors un jour, il pensa :
“Je vais bien les posséder !”
Et le soir, à la tombée de la nuit, il monta sur le noyer et l'encolla entièrement.
Le lendemain matin, quand il arriva, les corbeaux étaient posés sur le noyer, il tira un coup de fusil, ces corbeaux s'envolèrent tous en même temps et s'en allèrent avec le noyer… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...