Lo cerèis e los gòrps (Lo Quilhaire)

Collecté en 2000 Sur les Communes de Ambeyrac, Montsalès, Villefranche-de-Rouergue Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Félix Vialettes (1858-1943) d'Ambeyrac, dit Lo Quilhaire, était un farceur qui se plaisait à raconter des histoires ou menteries que l'on peut rattacher à des contes universellement connus.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAULIN BELVÈZE

né en 1931 à Montsalès.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí darrèr, al fons de l'òrt, m'aviá ajut racontat, lo grand-paire, que avián un cerèis, un cerèis qu'èra bèl. Èra bèl… Fasiá quatre o cinc mèstres de naut. E i aviá de cerèisas ! Ne metiá cad'an. N'i aviá de milieirats. N'i aviá mai de cent quilòs, se(g)urament. Las bròcas ne petavan mès jamai cap aviá pas copat. Las bròcas ne petavan. N'èran farcidas, de cerèisas.
Mès aquelas putas de gòrp, macarèl, aicí que n'es tot plen, cad'an, cad'an ne daissavan pas cap… Te tombavan aquí dessús a una vintena o trenta, o cinquanta tanplan, lor podiatz ben quirdar ! Se'n anavan pas.
“Macarèl, çò di(gu)èt, se'n anaràn ben !”
Te carguèt lo fusilh a piston. Li te fotèt una boèta de podra dedins.
Di(gu)èt :
“Benlèu auràn paur !”
Te fotèt una amòrça e, de per un bojal aquí, lor fotèt un pet.
Mon paure, aquelses gòrps durbi(gu)èron las alas, s'acramponèron ambe los artelhs, ambe las onglas, prenguèron la volada mès que, en prenguent la volada, prenguèron l'aure, prenguèron lo cerèis. E desempèi i a pas plus de cerèis al fons de l'òrt…

E s'es pas vertat, sètz pas oblijats de lo creire,
Avètz pas qu'a montar per un escalièr de veire. »
Le cerisier et les corbeaux
« Ici derrière, au fond du jardin, le grand-père m'avait eu raconté qu'ils avaient un cerisier, un cerisier qui était grand. Il était grand… Il faisait quatre ou cinq mètres de haut. Et il y avait des cerises ! Il en produisait chaque année. Il y en avait des milliers. Il y en avait plus de cent kilos, sûrement. Les branches en pétaient mais jamais aucune ne s'était cassée. Les branches en pétaient. Elles en étaient farcies, de cerises.
Mais ces putes de corbeaux, macarel,ici qu'il y en a tout plein, chaque année, chaque année ils n'en laissaient aucune…
Ils te tombaient là-dessus à une vingtaine ou trente, ou aussi bien cinquante, vous pouviez bien leur crier ! Ils ne s'en allaient pas.
“Macarel,dit-il, ils s'en iront bien !”
Il te chargea le fusil à piston. Il mit une boite de poudre dedans.
Il dit :
“Peut-être auront-ils peur !”
Il mit une amorce e, par une petite ouverture, il leur tira dessus.
Mon pauvre, ces corbeaux ouvrirent les ailes, ils se cramponnèrent avec les orteils, avec les ongles, ils prirent la volée mais, en prenant la volée, ils prirent l'arbre, ils prirent le cerisier. Et depuis il n'y a plus de cerisier au fond du jardin…

Et si ce n'est pas vrai, vous n'êtes pas obligés de le croire,
Vous n'avez qu'à monter par un escalier de verre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...