Los lops

Collecté en 1997 par IOA Sur les Communes de Alrance, Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les anciens racontaient le temps où les loups rôdaient en Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

HENRIETTE BOUSQUET

née Bousquet en 1905 à Fijaguet de Villefranche de Panat.

Transcription

Occitan
Français
« La miá paura mamà me disiá que n'aviá vist un, ela, de luènh e encara aviá crese(g)ut qu'aquò èra un can. Alara, un òme que trabalhava… Èra lo(g)ada, ela, aviá una vintena d'ans e li di(gu)èron :
“Ten, vei aquel lop que mònta alà lo long d'aquel bartàs !”
Alara agachèt, ela di(gu)èt :
“Ieu auriái crese(g)ut qu'aquò èra un can…”
Mès lo miune paure papà n'aviá vistes.
Lo prumièr còp… Fasiá pastre quand èra jove, s'èra lo(g)at plan jove coma un còp èra. Fasiá pastre, èra Lacalm aquí a la bòria que èra a Virenca. Coneissètz Virenca a Lacalm ? E ben la bòria de Virenca. E, per la montada de Lacalm, de l'ont es lo camp, sus la rota que mònta, i aviá las fedas e l'apelèron a l'ostal que venguèsse despertinar. I aviá l'ai(gu)ièira qu'èra pas barrada, ambe un fenestron, e vesiá las fedas dincas aquí. E, tot en un còp en despertinent, vegèt un lop que li preniá un anhèl.
Aquel òme se lèva vite, vite, e lo patron atanben, i foton lo camp a l'escorsa mès que, quand arribèron, lo lop èra partit, aviá pres l'anhèl.
Lo miune paure papà que s'èra tornat lo(g)ar per l'an que ven, di(gu)èt :
“Podètz cercar un autre pastre, ieu fau pas pus pastre de ma vida ! Lo lop m'a pres l'anhèl, me'n prendrà pas un autre.”
E se'n anèt faire maçon, se'n anèt ambe lo paure Julien de Canta-Cocut, aquí. »
Les loups
« Ma défunte maman me disait qu’elle en avait vu un, elle, de loin et encore avait-elle cru que c’était un chien. Alors un homme qui travaillait... Elle était louée, elle, elle avait une vingtaine d’années et ils lui dirent :
“Tiens, vois ce loup qui monte là-bas le long de cette haie !”
Alors elle regarda, elle dit :
“Moi j’aurais cru que c’était un chien...”
Mais mon défunt papa en avait vu.
La première fois... Il était berger quand il était jeune, il s’était loué très jeune comme autrefois. Il était berger, il était à Lacan là à une ferme qui était à Virenque. Vous connaissez Virenque à Lacan ? Eh bien la ferme de Virenque. Et, dans la montée de Lacan, là où est le champ, sur la route qui monte, il y avait les brebis et ils l’appelèrent à la maison pour qu’il vienne déjeuner. La souillarde n’était pas fermée, avec une petite fenêtre, et il voyait les brebis jusque là. Et, tout à coup, en mangeant, il vit un loup qui lui prenait un agneau.
Cet homme se lève vite, vite, et le patron aussi, ils foutent le camp en vitesse mais, quand ils arrivèrent, le loup était parti, il avait pris l’agneau.
Mon défunt papa qui s’était loué à nouveau pour l’année suivante, dit :
“Vous pouvez chercher un autre berger, moi je ne fais plus berger de ma vie ! Le loup m’a pris l’agneau, il ne m’en prendra pas un autre.”
Et il s’en alla faire maçon, il s’en alla avec le pauvre Julien de Chante-Coucou, là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...